lundi 30 avril 2007

Connaissez-vous Odette Toulemonde ?


Sous le nom d'Odette Toulemonde, une fan existe vraiment. L'anecdote est arrivée à Éric-Émmanuel Schmitt, écrivain qui a beaucoup frappé l'auditoire à l’émission Tout le monde en parle. Il dégage quelque chose de joyeux et de lumineux. Bon enfant. En passant, une de ses pièces joue sur une scène québécoise et elle est inspirée de son roman "Oscar et la dame Rose".

Je reviens à Odette Toulemonde. Qui n'a pas déjà ressenti, devant quelqu’un que l’on admire beaucoup, une émotion si vive qu’elle nous enlève tous nos moyens ? Être gêné de sa gêne a quelque chose qui ne nous avantage pas nécessairement !

Cette fameuse Odette Toulemonde (nom fictif évidemment) avait peut-être pressenti sa réaction devant son idole car elle avait apporté une lettre qu'elle lui a remise. Il l'a prise, et il s'en confesse maintenant, avec un brin de hauteur. Elle n'était pas son genre et comme on dirait par chez nous, l’ensemble lui apparaissait quétaine.

Il a évidemment fini par lire la lettre et a découvert, sous ce dehors trompeur, une femme profonde capable d’une pensée spirituelle, lui allant droit au coeur. D’ailleurs, depuis ce jour, il essaie de la retracer et essaie toujours. Delà, l’idée du film et puis ensuite de la nouvelle. J’ai su hier seulement que la nouvelle était tirée du film, j’ai été surprise, c’est l’inverse habituellement.

Il y a des moments dans la vie où il y a une correspondance qui exige que l’on s’y arrête. Je suis à lire cette nouvelle tirée d’un recueil de nouvelles (8) * quand mon amie m’avoue son malaise d’avoir laissé échapper sa forte admiration envers Richard Séguin (voir le commentaire du 26 avril). Elle a été flattée de lire son commentaire dans le blogue jusqu’au moment où elle a supposé (ce qui n’est pas impossible) que l’artiste lise sa réaction.

Ça m’a amené à réfléchir au pourquoi. Pourquoi cette peur que la personne concernée l’apprenne ? L’admiration a des assises positives, c’est reconnaître ce que l’autre nous apporte, pourquoi alors en être si gênée ? Si on cherche sous le malaise, on peut y trouver la hantise d'être manipulée. En tant que groupie, on s’expose. On se dit que l’autre pourrait en profiter, faire ce qu’il veut de nous, comme un jouet. Un jouet de plus dans sa panoplie.

Voilà pourquoi je trouve excessivement intéressant le sujet du film. Et d’autant plus intéressant que le réalisateur est une personne célèbre qui a eu à se mordre les doigts d’avoir jugé une admiratrice un peu trop rapidement. L’histoire donne la large part aux groupies, Odette Toulemonde éprouve une forte admiration mais elle ne perd pas la raison pour autant. La nouvelle met quasiment les fans sur un piédestal, ce qui change un peu de la rumeur populaire !

Ce nouvel angle où le fan n'est pas nécessairement un être vide en quête de remplissage a un côté rafraîchissant. Une personne mâture et équilibrée peut éprouver une forte émotion en présence de son idole sans avoir perdu une parcelle de sa cervelle !

Odette Toulemonde et autres histoires (8) – Éric-Emmanuel Schmitt –
Édition Albin Michel, 282 pages, 26.95 $


Admirativement vôtre,

Venise

Aucun commentaire: