jeudi 9 août 2007

Garage Molinari

Garage Molinari maintenant que je traiterai de roman « bonbon-bonheur », malgré l'adversité. Quand j'ai lu sur le dos du livre « Ce lot de phrases qui sont autant de contrepoids, de petites forteresses dressées contre la fragilité des choses et qui font qu'on sort de ce roman avec un goût de vivre accru » - Jean Fugère, je me suis passé la remarque « Tiens, est-ce que Jean Fugère avait justement besoin d'un goût de vivre accru ? » Quand Réginald Martel de La Presse, a déclaré « Soubreveste ! Quel roman ! [...] On pense au Petit Prince, mais en mieux !» ... Je me suis dit ; ne serait-on pas en train d'exagérer, là ? J'ai maintenant ma réponse : si c'est une manière d'insinuer que la poésie est omniprésente à qui sait s'ouvrir les yeux, qu'un regard candide pur embellit et améliore les liens entre les gens et les événements, doublé d'un « on me conte une belle histoire et j'y crois » passant par-dessus le rationnel et la logique pratique ... alors il n'y a aucune exagération !


Je dirais même plus : est-ce suffisant ? Il y a le destin et la vie quotidienne, pas faciles, et l'auteur ne le cache pas. Ce côté sombre est écrit noir sur blanc. Mais les pensées, elles, celles de Jérome et sa continuelle référence à la nature et ce quelque chose de poétiquement enfantin est inscrit en italique (concrètement parlant !), déjouant le sort et la typographie normale. Combien de fois ai-je été émue aux larmes dans ce livre ? En fait, j'avais continuellement la larme à fleur de yeux, enchantée par la beauté de l'image et de l'imaginaire. Je vais vous faire un terrible aveu : je suis entièrement et totalement jalouse ! Quant à écrire sur la beauté de la nature humaine, végétale et animale, j'aurais aimé qu'elle sorte des entrailles de mon cerveau, mot pour mot, comme dans Garage Molinari !


Un petit coup de déprime ? Un mauvais coup du destin ? Vite « Garage Molinari » de Jean-François Beauchemin !


2 commentaires:

Anonyme a dit...

Désolée, je ne partage pas ton avis sur ce livre. Pour ma part, j'avais très peu accroché lors de ma lecture...

Venise a dit...

Cher Anonyme,

Faut pas être désolé. Cela serait d'un tel ennui, si tout le monde aimait les mêmes choses et étaient tous du même avis.

Venise Landry