vendredi 3 août 2007

Première saucette d'écriture


Eh oui, entre deux menaces d'orage, nous nous sommes fait notre petite place dans la verdoyante nature. J'étais avec deux très bonnes amies, des habituées du stylo des Correspondances.

Aujourd'hui, vendredi, étaient ouverts cinq chambres d'écriture au village. Mais attention, pas les moindres ! Le Jardin des poètes nous a accueilli avec ce petit quelque chose de romantique ; un pont, d'immenses papyrus, un hamac, bancs de parc, ombrelle, fauteuils, tables, autant de petits recoins aménagés pour les épistolières. Oui, je me permets de féminiser jusqu'au jour où nos jardins se rempliront de la gent masculine. En ce moment, ils se font rares ... Oui, oui, messieurs, je n'invente pas, venez-y voir ! Il est temps que vous preniez votre place dans nos jardins d'écriture !

Évidemment, je n'ai jamais le temps d'écrire autant de lettres que je le voudrais. Demain, je vais me reprendre, je me le promets ! Par contre, je suis contente pour une chose, j'hésitais cette année à concourir à la Poste Restante. Manque de temps, et peut-être me dis-je, manque d'inspiration. Finalement, je me retrouve dans le jubé de l'Église St-Édouard. Une bénévole gentille et attentionnée m'explique les instructions. Je prends le formulaire en me disant, on verra bien. Au pire ou au mieux, je continuerais à correspondre à mes proches, sans la pression d'un concours. Et puis, me voilà à lire les cinq pistes d'écriture. Deux textes très inspirants complètent ces pistes, laissant de la place à l'expansion de l'imaginaire. Je choisis la cinquième et je laisse partir ma plume, elle semble savoir où elle s'en va, je la suis. Et puis, je mets le point final sur mon brouillon. Il ne me reste qu'à copier, mes amies arrivent, me demandent si j'ai fini puisqu'à 15 h 00, on désire assister à une lecture de Robert Lalonde à la Galerie Riverin-Arlogos. Après ma transcription, très fière de moi, je remets ma copie. Je suis d'autant plus contente, plusieurs personnes participent.

Finalement, Robert Lalonde est trop populaire, il ne restait plus de places ! Je voue en avise, il faut réserver tôt. Même si ce n'est pas inscrit sur le programme, ne prenez pas de chance, à l'accueil sous le chapiteau au coeur du village, ne vous gênez pas de poser toutes les questions désirées si vous tenez à une activité.

Demain, ma copine se laisse tenter par une ballade littéraire. Sous le thème lettres d'amour ou artistes peintres. Il y a aussi écrivains français ou québécois, Femmes de lettres, poètes, elle a le choix de l'environnement sonore (agrémenté de musique) dans laquelle elle prendra sa marche sur le sentier de la Route verte. Les départs se font à des heures précises, places limitées, réservez donc à l'avance. Voyez, la littérature s'adapte, on peut s'imbiber de belles pièces littéraires et musicales, tout en gardant la forme.

Ah oui, j'oubliais ce qui m'a grandement impressionnée : le Salon des artisans. Vraiment, il y a du talent au pied carré. Les exposants offrent des objets très diversifiés, pour toutes les bourses. C'est vraiment joli tout plein. Bâtiment Club de l'âge d'or. Ça vaut vraiment le coup d'oeil !

Ce soir, je m'offre un échange épistolaire de Gaston Miron avec Éveline Gélinas, Robert Lalonde, Sébastien Ricard, comme hier soir, à la Marjolaine (19 h 30). Mais aujourd'hui, pluie aidant, il fait moins chaud.

Je vous reparle aussitôt que je le peux, je quitte pour aller souper au Petit Eastman !

P.S. : Demain, dame nature nous fait le cadeau d'une journée ensoleillée (100% soleil) mais pas trop chaude. Il faut absolument que vous en profitiez, ces journées-là sont si rares au Québec. On vous attend !

1 commentaire:

Danaée a dit...

C'est drôle que l'écriture épistolière ne rejoigne pas beaucoup d'hommes... Pourtant, le thème de la mémoire devrait aller chercher un auditoire masculin. Mais bon. C'est peut-être toute une série de facteurs mélangés qui expliquent cela.

Je trouve vraiment que l'évènement des Correspondances est intéressant et stimulant. Je les mettrai à mon programme, je me le promets!