samedi 6 octobre 2007

Pas pour le même Prix ...


Bon, ça y est, j'ai pris mes rêves pour la réalité ! Je me suis trompé de Prix ! Le Québécois n'est pas parmi le Prix Goncourt comme monsieur "Anonyme" (pourquoi je suis certaine que c'est un homme donc !?) me l'a fait remarqué. C'est pour le moins quelqu'un d'articulé qui semble bien connaître le milieu littéraire et qui a une idée bien arrêtée sur les Prix, en ce sens qu'il nous conseille de ne pas nous y arrêter !

C'est sûr que suivre les Prix à la lettre enlève le plaisir de découvrir des trésors. Mais je reviens à mon erreur, c'est donc parmi le Prix des 5 continents de la Francophonie que se cachait mon Québécois, Jean-Pierre April pour Les Ensauvagés. Ça m'apprendra à ne pas vérifier à la source mes relents de mémoire ***.

L'erreur a peut-être trouvé son utilité, donnant le coup d'envoi à monsieur - ou madame car je ne suis pas pour me mettre dans le trouble là ! - de s'exprimer sur la valeur des Prix. Cette personne ne les tient pas en haute estime, voyez vous-même :

Olivier Adam, un québécois ? Certainement pas ! Ce sera peut-être son année (il a fréquenté les listes), même si son livre est un brin déprimant, comme le reste de son oeuvre d'ailleurs. Quant à Nothomb, elle pourra peut-être enfin avoir son prix,même si elle n'a jamais réussi à prouver qu'elle ne fait que de bons romans, sans plus. Surveillez Tom est mort et Portrait de l'écrivain en animal domestique. Salvayre est une autre habituée des listes. Enfin, pour couper court, on se fout un peu du Goncourt. Je préfère les prix du public, même s'ils sont souvent organisés par des grandes chaînes d'imbéciles et ne comportent que des sélections... d'imbéciles (GPL Archambault). Le Prix des libraires est, somme toute, influencé par une poignée de libraires, influencables par les représentants et impressionnés par la presse et le jet-set (ça reste le meilleur prix au Québec). Alors les prix, une stratégie pour les imbéciles? Soyez curieux et lisez en dehors des sentiers battus. Peu importe le prix, qui sera toujours moins cher qu'un spectacle ou qu'un souper au resto.


* * *

On dit qu'on apprend de l'erreur, alors continuons d'apprendre :

Le Prix des cinq continents de la francophonie 2007 a été attribué à Wilfried N’Sondé, un auteur congolais (Brazzaville) pour son livre Le coeur des enfants léopards (Actes Sud), a annoncé ce jeudi l’Organisation internationale de la francophonie. Ce prix littéraire doté de 10.000 euros sera remis officiellement lors de la "Fureur de lire", le 18 octobre à Bruxelles. Ce roman relate l’histoire d’un jeune Africain qui vient de perdre son premier amour et commet l’irréparable. En garde à vue, il se replonge dans ses souvenirs et redoute l’avenir du fond de sa cellule.

Erreur corrigée à moitié pardonnée !

2 commentaires:

Anonyme a dit...

L'anonymat a du bon, croyez-moi ! Oui je connais bien le milieu. Et puis c'est un petit jeu intéressant, à condition bien sûr de ne pas se cacher derrière pour attaquer gratuitement. Je ne voulais pas être trop dur(e?) envers quelques prix mais la triste situation de la littérature et de la lecture me donne envie de brasser les idées reçues. Les prix doivent exister mais il ne faut surtout pas s'y fier. Il faudrait peut-être les voir comme des guides ? Pas grave pour l'erreur, qui est avant tout humaine, mais il faut souligner qu'Olivier Adam est apprécié des lecteurs (et lectrices)du Québec. Il était finaliste au Prix des libraires il y a 2 ans.C'est toujours le meilleur prix, je souligne non pas pour le ou la gagnant(e) mais bien pour la liste intéressante des pré-sélections.

Éric a dit...

Au sujet du Prix des libraires, sur lequel j'ai siégé pendant quatre ans, je trouve qu'Anonyme parle à travers son chapeau. Puisqu'il semble tellement au courant du processus d'attribution, j'aimerais qu'il nous explique en détail son fonctionnement. Selon sa réponse, je rectifierai au besoin.