lundi 21 janvier 2008

Question et Réponse (livres hameçons)

Commentaire de M. Denis Lebrun à ma question et par la suite, ma réplique à sa très appréciée réponse :

Denis LeBrun :
Dans cette bataille qui s'amorce, je crois que toutes les librairies sont concernées, y compris les petites chaînes comme Raffin et GGC, qui possèdent d'excellentes librairies. Je dirais même que Renaud Bray, qui ne pratique pas de guerre de prix a tout intérêt qu'on civilise le marché du livre. Votre commentaire, Venise, me permet aussi de rectifier votre perception des librairies indépendantes. GGC est une bonne librairie, et vous n'avez aucun "remord" à avoir d'y bouquiner. Quand nous avons formé notre regroupement promotionnel (Les LIQ) pour donner une voix aux petites et moyennes librairies, nous nous sommes fixé un certain nombre de règles d'adhésion. Celles-ci comprenaient un maximum de succursales . Au delà de ce nombre nous avons estimé que les chaînes concernées avaient les moyens de faire leur propre promotion. Dans toute réglementation il y a malheureusement une part d'arbitraire.

Venise :
Ah ... je suis soulagée ! Vous avez démasqué mon remord d'acheter chez ces librairies qui ont récemment été éliminées de l'appellation
"indépendantes".
Ici, en Estrie, je me voyais un peu coincée, mon remord s'en trouvait apaisé mais mon mari et moi éprouvons un attachement à la Librairie Raffin de la rue St-Hubert à Montréal pour l'avoir vu grandir sous nos yeux. On s'attache à tout être qui grandit sous nos yeux ... Et puis, ils sont si chaleureux, nous n'avons pas du tout l'impression d'être un numéro chez eux. On nous appelle par nos noms et on s'informe toujours si on continue d'aimer Eastman (déménagement de Montréal voici 3 ans). Et puis, vous osez nommer "Renaud-Bray", cette chaîne souvent confondue avec le "méchant". Faut dire, qu'ils y a plusieurs comportements que je n'aime pas chez eux, ne serait-ce que l'effronterie d'aller s'installer en face (ou presque) de Chez Raffin sur la rue St-Hubert. Est-ce vraiment faire preuve de la passion du livre ou plutôt de l'argent que génère le livre ? Qu'ils fassent de l'argent avec plein de « gugus » m'importe peu, d'abord qu'ils honorent le livre et ceux qui le servent, comme leurs employés.

Je vous remercie sincèrement, et beaucoup, cela fait longtemps que je désirais une réponse claire sur le sujet.

Mon deuxième sujet annoncé était « Revue et Corrigée » et sa consonance littéraire mais pourtant qui ne l'est pas. C'est la Revue et Corrigée du théâtre du Rideau Vert, spectacle joyeux et percutant qui visite tous les événements de 2007, un Bye-Bye théâtral finalement. C'est rare que je dévie du littéraire mais là, le titre me le permettant (oui, oui, je me fais des « accroires ») mais surtout la teneur exceptionnelle de cette prestation qui jouit d'ailleurs d'une excellente presse. Et pour cause ! J'ai eu tellement de plaisir, toute l'année a été touchée d'une manière moqueuse et amusante. C'est haut en couleurs, le texte est critique mais sans méchanceté. De la joie moqueuse sur tous les tons, par de talentueux comédiens qui habitent une palette colorée de personnages. C'est terminé pour cette année en souhaitant que la tradition perdure, prenez-en note si vous aimez sortir d'un spectacle la rate grosse à éclater et la mâchoire douloureuse.

N.B. : L'illustration n'a pas de rapport avec Revue et Corrigée, c'est seulement que je la trouve belle et appropriée ces temps-ci ...

Aucun commentaire: