mercredi 27 février 2008

Du vrac … pour noyer le poisson


Je vous sers du vrac, pour noyer le poisson (ou le poison). Si vous naviguez un peu avec moi, vous allez le reconnaître, le fameux poisson, je vais l’identifier.


Du gros nouveau pour le livre québécois

Comme les gens aiment de plus en plus faire leur achat de livres via l’Internet pourquoi ne pas s’ajuster à ce besoin ? C’est ce que le LIQ (association des librairies indépendantes) a intelligemment décidé.

Livresquebecois.com sera lancé dans la semaine du 10 mars. Ce portail internet de promotion et de vente de livres québécois vise le public francophone au Québec comme à l’étranger.

C’est le premier volet d’une grande librairie virtuelle qui comportera une base de données de 7 000 titres parus au cours des deux dernières années. Le site assurera la promotion du livre québécois en collaboration avec le magazine bimestriel des LIQ, Le libraire.

Couverture inusitée

Roman construit sous forme de contes énigmatiques sur la Chine. J’aime bien l’audace de la couverture qui représente avec justesse le pays puisque les Chinois écrivent à la verticale au lieu de l’horizontal. Amusant. Et puis, c'est un libraire de la librairie Monet qui a craqué pour ce livre ici.

Les Donneurs

Les donneurs est une association bénévole issue de Joliette et fondée en 2001 dont la principale activité annuelle est l’écriture publique. Des écrivains (cette année : Jean-Pierre Girard, Madeleine Monette, Gilles Pellerin, Roxanne Bouchard, Michel Vézina et Josée Bilodeau) offrent leur temps et leur talent au public, pour les aider à écrire une chanson d’amour, une lettre d’excuse ou de bêtise, tout ce qui s’écrit finalement. En attendant l’événement dans Lanaudière, La Foire du livre de Bruxelles accueillera ce Collectif d’écrivains en mars.


… Et le fameux poisson

Le Combat des livres chez Christiane Charrette dont je devais parler, c’était dans mes plans, j’aurais dû le faire hier d’ailleurs, puisque je n’étais pas encore fâchée « noir » … non, rouge, tiens ! Tout coulait de source, les combattants n’avaient pas encore fait de sottes alliances, de la stratégie, prétendent-ils. Et le débat se déroulait dans un respect empreint de l’admiration que chacun porte à la littérature. Il y a eu consensus devant « Le concierge du Panthéon » de Jacques Godbout, défendu par Bernard Landry et celui-ci a été éliminé. Et puis parce que notre ex-premier ministre s’est fait transparent hier, disant d’emblée et avec passion même, qu’il se rangeait derrière « La détresse et l’enchantement » de Gabrielle Roy, ce matin, c’était le carnage. Les trois autres participants s’étaient entendus pour frapper sans vergogne sur notre écrivaine presque devenue une plumitive, tellement on avait besoin de la démolir pour se donner une joute pas gagnée à l’avance. Et bien, finalement, c’est le perdu d’avance qui était sûr. Tout ça m’a légèrement dégoûtée, je dois l’avouer. S’il faut en arriver à des joutes où tout est permis pour gagner, les coalitions, le mensonge, démolir et frapper sans discernement et cela qu’importe les arguments massues de Sophie Faucher qui a commencé haut et fort, se sentant secondée par l’esprit de l’écrivaine. Qu’elle dise n’importe quoi, pauvre elle, ils s’étaient mis à trois pour l’abattre. Même dans un ring de boxe les règles seraient plus équitables. C’est rare que l’on voit ça, une vaincue à l’avance qu’importe les armes, la force et l’enjeu. Il n’y avait rien à faire pour dévier le combat.

Cela ne fait pas de sens et je m’empresse de leur faire savoir ; je n’écouterai plus ce Combat des livres. Tous les moyens ne sont pas bons pour arriver à une fin. C'est mon opinion et je vais la respecter !

8 commentaires:

Karine a dit...

Bien entendu, je n'ai pas écouté... Y a-t-il moyen de lire un résumé quelque part? De la stratégie? Qu'est-ce que ça vient faire là-dedans? Je vais tenter d'aller voir par moi-même mais ce serait dommage d'assister à un "loft story" livresque au lieu d'une confrontations d'idées en bonne et dûe forme! Mais bon... je parle peut-être à travers mon chapeau! Je vais fouiner pour pouvoir discuter en connaissance de cause!

réjean a dit...

Venise, moi non plus je n'écouterai plus ce combat.

Carole a dit...

Comme je suis contente de lire ton billet Venise. Je n'ai plus l'impression de me révoltée seule contre les poisons qui coulent...

Ton billet me fait du bien !

Caro[line] a dit...

Venise, pourrais-tu m'expliquer ce qu'est le Combat des Livres, s'il-te-plaît ? Car je suis perdue !!!

Danaée a dit...

Pfff. Moi, de toute façon, je pleure encore Marie-France Bazzo!

Et je n'ai pas besoin d'un combat des livres pour savoir à quel point La détresse et l'enchantement est un livre mature, vrai. Je l'ai lu deux fois et je compte le faire encore d'ici peu. Gabrielle Roy est une grande écrivaine québécoise qui passera l'épreuve du temps.

Quant au combat des livres... je n'ai pas entendu la fameuse joute de ce matin, mais je pense qu'il a l'avantage de mettre sur la sellette des bouquins intéressants et de déchaîner les passions autour du thème de la lecture. Comment peut-on être contre cela? Ça change de bien des "loft story"!

J'ai d'ailleurs acheté Une saison dans la vie d'Emmanuel, de Marie-Claire Blais, "conditionnée" par la pub autour du combat. C'est une copie de plus pour cette auteure. Voyons ça comme cela! :)

Venise a dit...

@ Karine, j'ai écrit un billet, avec des clics, si tu veux aller écouter l'émission du 27 février que tu as râté

@ Caro(line), j'ai écrit un billet avec une explication du Combat des livres, pour toi et pour d'autres.

@ Danaée, il me semble qu'il y aurait matière à améliorer cette formule, ne pas la laisser tomber, elle fait vendre des copies !!!

Caro[line] a dit...

Merciiiii !

Bérénice a dit...

bonjour,
je recherche le billet (le "fameux" billet même) où il est question du Combat des livres, je ne le touve pas...
d'avance merci