samedi 23 février 2008

Entortillée dans mes livres

C’est ça aussi quand on en lit quatre de front. Je choisis même pas de le faire, c’est de leur faute à eux ! Premièrement, avant tout, il y a le doyen, le très grave roman à saveur biographie de Robert Lalonde «Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure? ». Vous comprenez tout de suite pourquoi ce n’est pas léger, mais comprenez-vous aussi que le style de Lalonde est si riche que je le compare à de la crème 35%, c’est bon mais peut-on en abuser ? Tout est là. Je le savoure à petites doses et l’idée était aussi d’en faire profiter Marc, en lui en lisant des passages. Il est très admiratif devant ce style recherché, abouti, mais ... mais ... j’ai eu le malheur (ou le bonheur) de lui lire un billet de « Un taxi la nuit » de Pierre-Léon Lalonde. Aïe ... mais c’est vrai, une compète entre Lalonde ! Je ne l’avais même pas encore réalisé. Vous avez remarqué, j’ai dit un billet puisque c’est tiré d’un blogue et que ce mini livre très attrayant par sa forme carrée (Hamac-carnets) est en nomination pour le Prix des Libraires. Mais je reviens à mon couple de Lalonde, Marc a préféré, malgré sa quasi vénération vis-à-vis le premier de le tromper avec le deuxième. J’ai suggéré de revenir au premier, de temps en temps. Pour le devoir du plaisir ou pour le plaisir du devoir. C’est bien beau la légèreté mais c’est encore plus beau en contraste avec la gravité. Vous me suivez ?!

Mais mon "butinage" ne s’arrête pas à cette histoire de Lalonde, je termine bientôt « Léon, Coco et Mulligan » de Christian Mistral. Pas du tout les mêmes thèmes, malgré qu’un taxi va chercher les gens dans les bars et qu’il y a même un personnage, Hugo, qui est chauffeur de taxi.

Mais pourquoi s’arrêter là dans le batifolage à trois quand on gagne un quatrième livre ? Pas gagner dans le sens de gagner sa vie, péniblement parfois, non ... gagner pour vrai comme Les Lavigueur. Mon exemple est de premier ordre puisque c’est « Les Lavigueur, la vraie histoire » selon Yve Lavigueur que j’ai gagné en remplissant un formulaire sur le site de Radio-Canada (j’aime Radio-Canada et Radio-Canada m’aime !). Faut dire que pour ce dernier, j’ai fouillé seulement, extrayant des paragraphes par ci et par là, voire si c’est digeste ou si ça goûte trop sucré, ou trop amer, ou trop surette ou en tout cas, quelque chose qui goûte « trop ». Ça goûte jamais trop bon « trop ».

J’ai bien aimé la série et j’aime aller à la source. Quels sont exactement les bouts remplis par l’imaginaire de l’ami de la famille qui a décidé d’aider le fils à rendre justice à son père ? Je comprends la démarche du fils, c’est un genre d’hommage à son père, malgré toutes les carences du paternel, le portrait vaut toujours mieux que l’espèce de personnage de cirque créé par les médias. Malgré que ce sont maintenant les médias qui sont devenus des personnages de cirque. On se renvoie la balle et personne ne l’attrape !

Donc, quatre livres mais je vous garantie que c’est « Coco ... » qui va sortir le premier, en billet ici. Ça s’en vient, patience, j’essaie de me désentortillée !

3 commentaires:

Danaée a dit...

As-tu déjà terminé Parfum de Poussière? S'ajoutera-t-il à ces quatre-là?

Venise a dit...

@ Danaée Je me vois pas dépasser le 4 ! Aussi, je compte bien, à tout le moins, avoir fini "Coco ...". Surtout que Parfum de poussière est un livre beaucoup plus volumineux que nos autres Recrues jusqu'à date.

Karine a dit...

Quatre!!! Ouffff, je ne suis pas capable d'en faire autant!

Au fait, je vais lire votre livre-recrue avec vous ce mois-ci! ;)