jeudi 28 février 2008

La suite du Combat des livres

Bon, avant de vous faire de sincères aveux, je réponds tout de suite à Caro(line), expliquant rapidement en quoi consiste ce fameux "Combat des livres". À tous les ans, dans le cadre d'une émission radiophonique très écoutée, Christiane Charette, a lieu le Combat des livres. Cinq romans québécois sont choisis et défendus par 5 personnalités publiques. Cette année, il y a un journaliste, un ex-premier ministre, une comédienne, un metteur en scène et une animatrice/réalisatrice du milieu anglophone. C'est une des règles, qu'il y ait une personne du milieu anglophone mais à part de celui-là, tout est laissé au bon jugement des combattants.

Le Combat a lieu toute la semaine et se termine donc demain. La première journée est la présentation des livres par les panélistes (défenseurs, combattants), ils exposent avec une passion calme pourquoi ils ont choisi cette oeuvre littéraire. C'est la journée que je préfère. Dès le lendemain, cela se gâte, on commence à utiliser des arguments déloyales et la mauvaise foi est de rigueur au dire même de l'animatrice en chef. Ce qui m'afflige est qu'un moment donné le Combat prend le dessus sur les livres. C'est l'éclat du combat qui compte. Le mieux pour en juger est bien d'aller écouter le Combat, (tu vois Karine, tu peux te reprendre !) ici. Le plus "laid", celui qui a suscité un tollé d'indignation est celui du 27 février. Je rajoute aussi, plus particulièrement pour Caro(line), que les 5 livres sont mis en évidence dans différentes librairies du Québec. D'ailleurs, je trouve un peu bizarre qu'il en soit ainsi pour ce (futile) Combat et que les finalistes du Prix des Libraires ne le soient pas, eux. De ces paradoxes de la vie qui me rendent perplexe.

Bon, j'arrive à mes sincères aveux, hier, j'ai fait la promesse de ne plus jamais écouter un mot de ce Combat .... mais ... mais ... je participe au concours (Voyage à Amsterdam, capitale du livre en 2008) et les indices sont donnés juste avant la joute oratoire du Combat. J'avoue .... ce matin, j'ai flanché, en me disant après chaque phrase : "là, ça y est, je ferme". Mon oreille était complètement subjuguée par ce que les panélistes exprimaient comme les remords de Serge Denoncourt (metteur en scène), et puis la défenseresse de "La détresse et l'enchantement" , la très ardente, Sophie Faucher a tenu à préciser qu'il faudrait changer les règles du jeu. Parfaitement d'accord et la quantité de réactions sur leur site le prouve hors de tout doute raisonnable et non raisonnable.

J'ai d'ailleurs laissé mon mot d'indignation intégralement et il est publié (nous sommes peut-êre une soixantaine !) sous "Vos arguments" pour le livre "La détresse et l'enchantement", panéliste Sophie Faucher. Mais il ne faut absolument pas que vous ratiez le premier commentaire car il provient d'un des auteurs en lice Éric Dupont, auteur de La logeuse. Son commentaire est tout à fait adorable ... vraiment, vraiment, vraiment adorable !!! N'hésitez pas, allez le lire, une petite minute et vous y êtes : ici.

6 commentaires:

Karine a dit...

Merci pour le lien, Venise. J'irai certainement écouter quand j'aurai un peu de temps devant moi... je suis curieuse de voir cet étrange débat...

Dommage que le but soit de gagner à tout prix et de n'importe quelle manière et non pas de défendre les oeuvres littéraires... On dirait presque Big Brother comme il en est parlé!!

Caro[line] a dit...

Merci, Venise, pour tes explication ! Je ne crois pas qu'on ait le même genre d'émission en France... Quand j'aurai le temps, j'irai écouter !!! C'est dommage que ça dégénère au détriment de la littérature et des livres... car au fond, chacun présente un livre et le but est de mettre en avant 5 livres, pas un et d'en démolir 4, non ? Ah la la... !!!

Nélimuse a dit...

Je suis une inkulte comme dirait Fashion, car je n'ai pas lu ce livre, mais je connais quand même Gabrielle Roy et Sophie Faucher. Mon choix, dans ce Combat, aurait balancé entre La logeuse et La détresse et l'enchantement.

Je fais ma quémandeuse, mais est-ce qu'il y aurait dans la salle une bonne âme qui, peut-être, aurait pitié de mon inkulcuture et me passerait ce roman?

Merci Venise de remédier à cette inkulture en parlant de romans québécois.

réjean a dit...

Hum, Venise, j'avoue que je ne suis pas fier de vous. Moi, je n'ai pas flanché. :-)

Serge a dit...

La logeuse d'Éric Dupont ? Vraiment ? Bravo à Dupont mais tout le monde est passé à côté de toutes les faiblesses de ce roman qui, contrairement à ce qui a été dit sur le site de la SRC, n'a RIEN inventé. Enfin, encore une preuve qu'on est capable de monter un roman moyen en superstar.

Triste.

réjean a dit...

Je suis parfaitement d'accord avec vous, Serge. Triste en effet !