vendredi 7 mars 2008

Bordeline : à la limite du génie

Oui, ça y est, j’ai vu Bordeline de Lyne Charlebois. Je comprends maintenant les exclamations, les éloges, l’admiration béate. C’est un chef-d’œuvre dans le genre. La difficulté était grande pourtant, un film au propos très intime et abordant un thème pas du tout racoleur ; des génitrices mentalement déséquilibrées qui transmettent, veut ou veut pas, le gène du déséquilibre à sa progéniture, fille. Ça ne fait pas rire du tout.

Nous sommes littéralement aspirés par ce qui se passe à l’écran. Tout y est fortement amené, les comédiennes sont renversantes, le propos va à l’essentiel. C’est succinct, on ne parle pas pour rien dire, l’image est éloquente, du vrai cinéma quoi ! Pas de bla-bla, et dire combien il aurait pu en avoir quand on se rappelle que cette histoire part d’un paquet de feuilles de mots, un livre, deux livres.

Isabelle Blais est le pilier et à elle seule vaut le détour. C’est une performance d’actrice qui en met plein la vue, et pas de la petite vue, de la vue panoramique. Mais dieu que ses mères sont fortes, denses, intenses. Sylvie Drapeau, magnétique dans sa folie silencieuse et Angèle Coutu, cette image de grand-mère à la bourrasque dure et tendre tout à la fois, ce personnage restera à jamais incrusté dans la mémoire de notre cinématographie. Un personnage secondaire ça ? L’incarnation qu’elle en a fait la propulse en avant plan, elle devient primaire, primordial.

Toutes ces images éclatées et éclatantes ne m’ont pas enlevées le goût des mots, le goût de lire ces deux récits que je possède, précieusement rangés dans mon coffre-fort livre. J’ai hâte de retourner dans ce monde d’ingénieuse folie, ces mots qui soulèvent la poussière du vécu sans que l’on étouffe par manque d’air.

Bordeline et La Brèche, Marie-Sissi Labrèche – Boréal Compact – 23.90 $ pour le coffret revampé au goût du jour (photos puisées dans Bordeline, le film)

10 commentaires:

Karine a dit...

Tu m'as convaincue... je verrai donc ce film! J'ai bien aimé le livre "Borderline" qui "fesse", comme on dit en bon québécois!!! ;)

Nélimuse a dit...

Je m'excuse de te le faire remarquer, mais moi, je semble avoir le gène de l'institutrice : gène dans le sens que tu utilises prend un accent grave et non un accent circonflexe (sans gêne aucune, j'espère...) ;)))

Venise a dit...

@ Karine, je serais bien surprise que tu sois déçue. J'étais accompagnée de deux personnes dont une qui venait par pure curiosité puisque ce n'est pas son genre de film et il a aimé la profondeur et l'intensité. Il était ébranlé même.
@ Nélimuse Je ne vais pas me gêner de changer mon gène ... on écrit moins souvent gène que gêne, pour ma défense, c'était de l'automatisme ! Merci !

Mrs Pillsbury a dit...

J'ai pas encore débuté le livre. Je suis trop occupée avec "les accoucheuse" (que j'adore jusqu'à maintenant) et "la grammaire est une chanson douce" (je le lis à petite dose, c'est trop bon ! une perle !)
Je n'ose pas trop lire tout ce que tu as écrit sur le film donc, ayant peur d'en savoir trop ! J'adore Isabelle Blais mais maudite qu'elle me tape sur les nerfs en même temps : elle chante, joue la comédie, interprète des rôles dramatiques à merveille...et est belle en plus ! C'est trop pour une seule personne ! Pourrait-on partager ses talents ?

Venise a dit...

@ Mrs Pillsbury. C'est sûr que ça fait plusieurs talents pour une même personne. Elle en a un autre aussi, elle semble pas trop s'enfler la tête avec ça. Et puis, y a pas juste la tête qui n'est pas enflée ...

Frisette a dit...

Moi aussi je suis maintenant plus que convaincue!

Ce sera ma prochaine excursion au cinéma. :)

JULES a dit...

Et moi je suis ravie que tu aies aussi apprécié que moi! Elle est bourrée de talent cette petite Blais et redécouvrir Angèle Coutu, ostin'd'beu que ça fait du bien!

Caro[line] a dit...

Bonjour Venise,

Grâce à Jules (qui me l'a gentiment offert), j'ai lu "Borderline". Quelle belle découverte ! C'est une histoire dure mais tellement pleine d'émotion... Une très belle découverte !

J'ai cru comprendre que le film se basait sur ce roman et un autre. Le second, c'est bien "La Brèche" ? C'est une suite à "Borderline" en fait ? Je pense que oui... et donc il faut absolument que je le lise et que j'aille voir ce film ! Sauf que personne n'en parle en France... vais attendre un petit peu, voir s'il va arriver jusqu'à nous. Sinon peut-être sera-t-il dans la programmation d'un festival québécois qui se passe à Paris tous les ans.

Venise a dit...

@ Caro(line): Ça fait curieux, tu as lu le livre, mais pas vu le film et moi c'est l'inverse. Je te souhaite vraiment de voir ce film, au Festival peut-être comme tu dis. J'ai pas l'ombre d'un doute que tu vas aimer. Et c'est rare que je me risque à dire ça !
Il paraît que oui, c'est tiré des 2 livres et qu'il y a quelques "plus" rajouté par la réalisatrice Marie Charlebois qui a toujours consulté l'auteure. C'est ce que Marie-Sissi Labrèche a déclaré à Tout le monde en parle. Elle est hyper nerveuse, elle gigote, ce n'est pas croyable mais elle a quelque chose de très sympathique. Elle ne cache rien.

Caro[line] a dit...

Je vais donc surveiller l'éventuelle sortie de ce film en France et aller fourrer mon nez à la librairie du Québec pour acheter La Brèche !