dimanche 24 août 2008

Une brève histoire du tracteur en Ukraine

Voilà une histoire abordée d’une manière des plus originales et je dirai heureusement parce que les questions pourraient se poser gravement ; Quoi faire avec un vieillard qui, après la mort de sa femme, perd la tête pour une femme qui a de grosses boules, dont il a lui-même défrayé le coût d’ailleurs, surtout quand ce vieillard est votre père ?! Doit-on laisser une personne âgée faire tout ce qu’elle a envie de faire avec le patrimoine familial parce qu’elle a l’âge de raison ? Les deux filles de ce père Ukrainien, (un génie fou ou un fou génial ?) vont se les poser et y répondre promptement : Non ! On assiste donc au conciliabule de ces deux sœurs, diamétralement opposées dans leur conception de la vie, pour comploter dans le dos de Valentina, la profiteuse, celle qui désire la supposée richesse de leur père mais pas ce qui vient avec, la vieillesse.

Le ton et la structure du roman maintenant, parce que toute l’originalité vient de là. Le ton est mi-figue, mi-raisin et aussitôt que l’on pense qu’il est sérieux, on s’aperçoit que non, pas du tout. Il y a un humour, poussé dans les situations, et subtil par le ton. Les personnages ne sont pas des clowns, loin de là, ils se prennent tous au sérieux, même les plus risibles, dont le père et Valentina. Si on est chatouilleux sur la vulnérabilité des personnes âgées, sujet que l'on considère tabou, le ton pourrait paraître irrévérencieux tandis que pour les autres il sera carrément désopilant.

La structure du roman est très spéciale, on ne fait pas dans la banalité et le conformisme. Le dévoilement des personnages se fait par petits coups, par des situations loufoques, leur passé sera dévoilé doucement ouvrant une fenêtre sur leur drame présent.

Le fil conducteur n’a pas l’air d’être tenu solidement et puis, surprise, il l’est, ce qu’on réalise pleinement à la fin. La brève histoire du tracteur en Ukraine est le livre rédigé par le père et il nous le lit au fil du roman. On aime ou pas, disons que mon conjoint a plus aimé que moi.

Je dis un gros bravo à cette auteure d’une première œuvre pour avoir abordé avec intelligence et humour un sujet humain ; jusqu’où peut-on intervenir dans la vie de nos parents vulnérables parce que très âgées. Il aborde aussi le thème du jugement, car tout le monde se juge d'après les apparences dans cette histoire. J’ai bien aimé me promener sur le fil de rasoir de la drôlerie et de la gravité, c’est une expérience d’ambigüité très intéressante. Et moi qui ai pris soin de ma mère jusqu’à l’âge de 91 ans, de concert avec mon frère avec qui je ne voulais pas m’entendre (il a bien fallu pourtant !), me fait dire que cette histoire en est une d’actualité, déjà présente pour certains et à venir pour tous !

À lire avec du recul, en se donnant la permission de rire de situations à ne pas étiqueter « sacrées » seulement parce que vécues par des personnes âgées.

6 commentaires:

Danaée a dit...

Je l'ai lu aussi et je l'ai terminé il y a environ deux ou trois semaines. J'ai bien aimé les aspects que tu relèves aussi. Souvent, j'hésitais, cependant. C'est parfois un peu longuet. On sent qu'on étire la sauce (les tergiversations et les conversations entre les soeurs, notamment). Mais c'est bien ficelé et bien plus profond que le ton le laisse croire au premier abord. Un très bon premier roman, original. Qui, je crois, mérite son succès.

Karine a dit...

Il faut que je me décide à le sortir de ma pile, celui-là!!! Après ton billet, je vais le remonter un peu. De l'humour je ne dis pas non!

Lucie a dit...

Hum... pas exactement un enthousiasme délirant.
N'oublie pas de reproduire ton commentaire sur le site de La recrue!
Bon retour!

Suzanne a dit...

Tiens, je ne l'ai pas encore lu celui-là! Donc lecture en devenir.
Bon retour

JULES a dit...

Ce sont les histoires de tracteurs qui m'ont un peu refroidie... Sinon, j'ai trouvé ce livre charmant et vraiment drôle par moment, et enrageant dans d'autres moments, et... À lire! Je viens tout juste de constater que je n'avais pas inclus ma critique dans ma liste de 2008! Merci de me rappeler à l'ordre soeur Venise!

Caro[line] a dit...

Je le note ! Et bien qu'il soit sorti chez un éditeur français, j'ai envie de le commander à la librairie du Québec de Paris pour avoir la version Alto. :-)