mardi 9 septembre 2008

Bienvenue à la table des rédacteurs de La Recrue


Je sors de mon inertie et ce sont mes collègues de La Recrue, Danaée et Lucie qui m’y poussent. Par leur exemple.

La Recrue. Je ne vous en parle pas si souvent de La Recrue, ce blogue littéraire sur la relève québécoise dont je suis un des membres. J’ai supposé que vous nous visitiez régulièrement maintenant que le site est de plus en plus nourri. Mais je suppose peut-être trop. Par exemple, ce mois-ci, c’est Big Bang de Neil Smith à qui nous faisons une place d’honneur. Depuis le 20 août que nous en avons fait l’annonce, pas moins de onze billets ont été postés afin de mieux connaître cet auteur. Aujourd’hui, une entrevue "Neil au pays des mots" vous y attend. Laissez-vous transporter d'un clic de souris, vous ne le regretterez pas.
Mais parfois, pour savoir si ça clique, ça exige plus qu’un clic de souris. Samedi soir, six (Lucie, Danaée, Éric, Catherine, Maxime ,Venise) des maintenant neuf rédacteurs de La Recrue se sont rencontrés et pour certains c'était une première. Des moi qui se rencontrent sous un même toit pour la seule envie de se voir en « vrai ». J’y ais naturellement trouvé de vraies personnes, la réelle découverte est qu'elles sonnent toutes vraies !

J’ai aussi découvert combien ça parle abondamment des gens qui écrivent dans le silence. J’ai participé et assisté à un tourbillon d’opinions, d’impressions, d’avis divergents ou convergents. Plusieurs sujets tournaient évidemment autour de la littérature ; les maisons d’éditions, les manuscrits, la qualité d’écriture, les écrivains en général ou en particulier. Et les attentes, autant du lecteur que de l’auteur. C’est sûr, qu’Enthéos, de Julie Gravel-Richard (Danaée), récemment sorti des presses de la Collection Hamac était un excellent déclencheur à ce genre de conversation.
Mon mari, Marsi, m’accompagnait. Il avait exprimé quelque réticence à y être, supposant qu’il se sentirait un peu perdu dans cette conversation spécialisée bloguale en général ou bloguale en particulier. Eh bien, il a vraiment beaucoup aimé la rencontre et espère qu’il y en a aura une prochaine. Moi aussi, et si le dieu des blogues existe (Hi ! Hi !), qu’il fasse que ce soit avec tous ses rédacteurs, dont la fondatrice, Carole (blogue à la vitesse intermittente mais toujours une mine précieuse de renseignements)

Un souvenir qui laisse un bien bon goût dans ma mémoire et à l’avenir, je lirai les mots des rédacteurs en les voyant s’articuler. Et vive le monde en 3D !
N.B. Il y a Lucie qui porte un regard sur la soirée ainsi que Danaée.

8 commentaires:

Lucie a dit...

Le monde en 3 D, comme tu dis, est toujours plus convaincant! Au plaisir de se retrouver lors d'un événement similaire!

Karine a dit...

Vos résumés donnent le goût d'y être!!!

Dans mon cas, ce n'est pas drôle, j'ai rencontré davantage de blogueurs français que de blogueurs québécois!!! Mais bon, pas facile d'habiter au bout du monde!!!

Laurence a dit...

Ces petites réunions me font penser aux salons littéraires du 19e siècle, véritables laboratoires artistiques de l'époque. Il nous en faut, des groupes comme le vôtre, pour faire entendre la voix des lecteurs et des auteurs, pour partager, échanger, opiner, s'insurger, encenser. Bravo!

Chère Venise, je ne sais pas si vous avez reçu mon message à travers le Voir... juste au cas, je vous invite encore une fois à visiter La Caravane (roulotte littéraire). Le concept est un peu différent, mais la passion est la même! www.lesblogues.com/lacaravane
Au plaisir!

Laurence

réjean a dit...

Bonjour Venise,
Allez-vous vous inscrire au projet de roman épistolaire de Marie Laberge ?
Si vous n'en avez pas entendu parler, il y a des articles dans la section Lectures de Cyberpresse.
Bonne journée.

Venise a dit...

@ Laurence : Non, je n'ai pas reçu votre message mais je m'empresse de faire une visite dans mon blogue du Voir pour le découvrir.
@ Réjean : Eh bien ! J'aurais aimé avoir et exécuté cette idée, malgré qu'il soit préférable d'avoir un nom pour se lancer dans une telle entreprise. Elle aime explorer cette Marie Laberge, après son polar, de l'inconnu, elle plonge encore dans l'inconnu. Aucune manière de vérifier comment les lecteurs vont réagir.
Partons de moi par exemple. J'aime beaucoup le style épistolaire, je désire mieux connaître l'auteure, Marie Laberge et pourtant j'hésite. Il y a un prix à tout dans la vie et celui-ci n'est pas moindre : 33 $ + taxes pour recevoir ces 26 lettres avec aucune assurance de les attendre comme les lettres d'une amie, comme il est mentionné sur le très beau site de Marie Laberge. C'est vrai qu'un roman tourne autour de ce prix (un peu moins quand même) mais on peut le feuilleter.

Je vais y réfléchir mais je suis tentée, ne serait-ce que pour faire partie d'une nouvelle aventure et d'en faire part sur Le Passe-Mot.

Laurence a dit...

Re-bonjour Venise!

Merci de votre commentaire encourageant! J'ai "réparé" le lien vers La recrue, ça devrait désormais fonctionner (enfin j'espère... disons que les écrivains ne font habituellement pas les meilleurs informaticiens... héhé).
Et voici le lien vers La Caravane: http://www.lesblogues.com/lacaravane

Au plaisir de vous lire! ;-)

Laurence

Danaée a dit...

J'ai vraiment adoré notre rencontre! Et moi aussi, je vais prier ton dieu! :)

joe blogue a dit...

C'est très dynamique ici, j'aime! Et tes bonnes aventures nous indiquent le chemin vers des trésors, merci!