samedi 20 septembre 2008

Et nous avons voté !

Pas encore pour un gouvernement, mais pour le Top 3 à partir de notre première année de lecture à La Recrue. Est-ce que je vous l’apprends ? Je comprends qu’on n’en parle pas tout à fait autant que monsieur Coupure-Harper, mais j’ose espérer que la nouvelle est à se répandre dans la blogosphère littéraire.

Nous avons choisi ce Top 3 parmi douze Recrues qui nous ont donné des frissons et des émotions. Je n’ai pas toujours trouvé évident de me prononcer, surtout au début, j’ai trouvé l’exercice délicat et ardu. Surtout quand j’étais particulièrement envahie d’émotions, il faut arriver à y voir assez clair pour s’expliquer. En plus, ce sont des premières œuvres et notre motif pour le faire porte son filon émotif; donner un coup de pouce aux auteurs d’une première œuvre québécoise.

Finalement, il a fallu que je change dans ma tête le mot « coup de pouce » pour vitrine. Ce qui fait toute une différence. Oui, les rédacteurs ont parfois éprouvé du dissentiment presqu’en chœur pour certains romans mais au moins, on parlait de l’écrivain et de sa première œuvre. Tout, sauf le silence qui sonne l’indifférence, celle-ci, pour un écrivain, est une claque en pleine figure. Malgré les haussements d’épaules de certains d'entre eux, je reste convaincue que tous désirent viscéralement être lus car, sinon, ils laisseraient leurs textes dans un tiroir. Le geste de proposer son texte à une maison d’édition est limpide de clarté : être entendu et ultimement faire une différence dans la vie de certains lecteurs.

Reste que je ne vous ai pas encore parlé de ce que j’ai trouvé le plus frappant dans cette expérience d’un an déjà et c'est le regard différent d’un lecteur à l’autre. Ça continue à me remuer au plus haut point. J’ai visionné sur le net le premier Club de lecture de Bazzo.tv, il y avait là autour de la table, la comédienne Sophie Cadieux, l’écrivain, Jean Barbe, et le médecin Réjean Thomas qui se sont prononcés sur « Les accommodements raisonnables » de Jean-Paul Dubois et Bestiaire d’Éric Dupont. Leurs regards pétillaient dans la différence. Un peu ébranlés malgré tout d’entendre une vision complètement différente, à commencer par celle de l’animatrice. De les voir au lieu de les lire venait renchérir l’inébranlable constatation ; une manière de lire est aussi distinctif qu'une empreinte digitale.

La différence entre les êtres humains n’a pas fini de m’ébranler car La Recrue entame une nouvelle année avec Enthéos de Julie Gravel-Richard. Maintenant, nous tentons de choisir plus méthodiquement nos premières œuvres. Le vote se fait maintenant confidentiellement, en tentant d’exprimer pourquoi celui-là plus que cet autre. Une personne, Lucie, est mandatée pour accueillir en vrac les propositions livresques et elle nous en fait part consciencieusement. Nous nous structurons un peu. Et s’ajoute une nouvelle rédactrice, Anick Arsenault, dont nous vous parlerons sous peu.

Tout ceux qui m’ont accompagné jusqu’à cette dernière ligne sans cliquer sur Top 3, je ne vous trouve décidément pas assez curieux …

9 commentaires:

réjean a dit...

C'est bien d'avoir resserré les règles de sélection de La Recrue. Je vois que vous avez mis Enthéos au programme le mois prochain. À force de vous fréquenter, vous et vos camarades de la blogosphère, je peux deviner d'avance ce que vous direz de ce roman, puisque vous en avez un peu parlé d'un blogue à l'autre. J'ai quand même hâte d'avoir un portrait d'ensemble.
Oh, je vois que vous lisez Les enfants du sabbat d'Anne Hébert, un livre de possession démoniaque que l'auteur a presque renié de son vivant. Lecture non recommandée avant de dormir, sinon
cauchemars garantis...

Phil a dit...

Je suis depuis plusieurs mois l'aventure de la Recrue et je trouve que c'est un très beau projet. Bravo et j'ai hâte à la nouvelle saison !

Venise a dit...

@ Réjean : Les enfants du sabbat ne me font pas mal rêver. Je commence à revenir de ma surprise et y prendre goût. La magie noire, un thème pas si souvent que ça creuser à ce point. Il faut du talent ! Il faudrait que je trouve les propos de l'auteure ; pourquoi ce quasi reniement de ce roman ?
@ Phil : Je suis de plus en plus fière de La Recrue. Nous tentons d'en pousser la promotion auprès des éditeurs et ça marche !

Beo a dit...

J'ai pas cliqué sur Top 3 de suite parce que j'aime bien lire le billet jusqu'à la fin et revenir aux liens par la suite.

Sinon... je ne peut que suivre les mouvements de La Recrue qu'à distance alors ;)

Bravo aux 3 récipiendaires, ainsi qu'à l'équipe de La Recrue!

Karine :) a dit...

C'est vraiment une belle aventure que la vôtre avec la Recrue! J'aime bien vous suivre de temps en temps! Pour cette lecture, je ne vais pas le faire, l'ayant déjà lu... et tu sais bien ce que j'en ai pensé!!

Longue vie à ce projet!

réjean a dit...

J'adore Anne Hébert. Dans une entrevue qu'elle a donnée il y a longtemps, elle affirmait du bout des lèvres qu'elle était allée trop loin dans ce roman très noir, en tout cas elle ne semblait plus l'aimer. Elle y aborde des thèmes très tabous pour l'époque. Personnellement, je l'avais lu à sa parution. J'ai vu aussi la pièce qui a été écrite à partir de cette oeuvre et présentée au Trident il y a 3 ou 4 ans. Ce n'était pas si mal. Aujourd'hui, ce n'est pas un livre que je relirais, contrairement à Kamouraska, son chef-d'oeuvre avec Les fous de Bassan, à mon avis.

Laurence a dit...

Bonjour Venise!
Tu sais quoi? Ça m'a fait chaud au coeur que les 3e et 2e positions soient de chez Québec-Amérique, la maison d'édition qui m'a donné ma chance... Je ne veux pas faire ma "têteuse", je garde mon esprit critique face à cette belle équipe qui fait un travail honnête bien que parfois, j'aie ressenti un peu de frustration... mais c'en est une, une équipe, et une belle! Tricotée serrée et qui a la passion du métier et ça, les auteurs, on l'apprécie toujours! Surtout, je dois souligner le travail de mon directeur littéraire, en qui j'ai une totale confiance, Normand de Bellefeuille, et puis la jeune et sympathique éditrice, Anne-Marie Villeneuve, humble et à l'écoute... Je lisais le blogue de Danaée, qui ne tarit pas d'éloge au sujet de son éditeur, Septentrion, et j'avoue que ça a beaucoup attiré mon attention. Mais je dois dire qu'avec Q-A, j'ai été très choyée aussi, et je pense que l'attention portée aux auteurs, ça se reflète dans le succès de grand nombre de ses publications!

Laurence a dit...

* d'éloges

Maxime Jobin a dit...

J'ai bien hâte de voter l'année prochaine avec vous. D'autant plus que ça voudra dire que La Recrue a 2 ans d'existence!