mercredi 24 septembre 2008

L'abandon

Une question me turlupine depuis longtemps, et je vais la poser, histoire de savoir si je suis dans la norme. Ça m’arrive de vouloir me situer ; dans la marge, à côté, en bas, en haut, et juste d’en parler, j’ai le tournis. Faut dire que je n’ai pas vraiment le sens de l’orientation.

C’est au sujet de l’abandon (quel mystère, c’est mon titre !), pas l’abandon d’un enfant, l’abandon d’un livre, le sujet restera léger mais intense. Je ne veux pas remettre en question les abandons, c’est notre droit de lecteur le plus strict, comme celui de clore le bec à tous les bla-bla de notre écran jacasseur, le téléviseur.

À combien de pages, reste une question intéressante qui mène droit à mon questionnement ; abandonnez-vous un livre plus facilement lorsqu'il est emprunté à la Bibliothèque ou à votre ami ? Je vais tout se suite vous répondre que dans mon cas, et je m’oblige quasiment à acheter mes livres pour ça, quand il est emprunté, mon jugement est plus cassant. C’est drôle, tout à coup, je suis moins ouverte, plus catégorique. Je laisse moins de chance au coureur que dans le cas du pavé à une trentaine de dollars. Surtout quand on est au courant des « pinottes » que l’on nous accorde en échange dans les librairies, et cela quand ils ne tiennent pas mordicus à ce que l’on reparte une pile encore plus épaisse sous le bras (c’est comme ça, à Sherbrooke).

J’aime m’obliger à lire un roman jusqu’au bout et non, ce n’est pas vrai que je me soumets à n'importe quelle nullité (cela serait une insulte pour les autres !). C’est juste que j’ai tendance à considérer les livres comme des personnes et je tiens à laisser du temps à quelqu’un pour s’exprimer avant de le mettre au rancart. Et cela me procure de réelles bonnes surprises. Vraiment, vraiment. D’ailleurs, cela pourrait en être une autre, question, vous est-il arrivé d’avoir été très tenté de décrocher, et puis, d’avoir réalisé que vous auriez manqué quelque chose ?

Ceci dit, c’est très personnel et l’idée n’est pas de juger vos habitudes. Non, ma question est, et j’y reviens quitte à passer pour une radoteuse : abandonnez-vous un livre plus facilement quand vous n’y avez pas investi de vos dollars ?

19 commentaires:

réjean a dit...

Oui, Venise, je vais abandonner un livre plus vite si je l'ai emprunté à la bibliothèque que si je l'ai acheté. Quant à regretter d'avoir abandonné un livre, je crois que ça ne m'est jamais arrivé, sinon je ne m'en souviens plus.

Virge a dit...

En effet, je l'abandonne plus facilement lorsqu'il est emprunté. Je me teste beaucoup à la bibliothèque, je prends des livres que je ne connais pas, je me dis que je n'ai rien à perdre et je me trompe parfois!

Les tourneurs de page a dit...

j'avais lu cette phrase je me souviens pu trop ou: quand réalise-t-on qu'un livre est plate? quand on a finit de le lire ....
Oui les livres de la bibliothèque c'est vrai que ça m'arrive de les abandonner ... c'est pour ça que je fais SUPER attention à ce que j'achète ... je voudrais pas être déçue, mais on prends plus de chance quand on emprunte des livres.

Beo a dit...

Personnellement ce n'est pas une question d'argent. C'est clair que la déception sera plus grande si j'ai payé le gros prix-et le pavé au lieu d'un format poche-, je serai super frue!

Mais moi dès que je commence à sentir que je me force... ça commence déjà à être louche!

Vraiment, si toutes les conditions sont réunies: calme, bien installée, bonne luminosité, grignotage et que j'arrive pas à rentrer dans l'histoire, je me force à une ou deux reprises un autre jour, mais c'est très rare que ça m'arrive.

Je ne prends plus rien en biblio depuis que je suis ici...

Karine :) a dit...

Difficile de répondre à la question, moi qui n'emprunte rien en bibli!! Mais je pense que oui, j'abandonnerais plus facilement... ne serait-ce que parce que quand j'achète un livre, je ne le "classe" dans ma biblio que quand je l'ai terminé... et que quand j'en abandonne un, il traîne généralement pendant un mautadit bout de temps (psychanalysez-moi!!! ;) )

Mais j'ai beaucoup, beaucoup de mal à abandonner un livre... la plupart du temps, je veux voir où l'auteur veut en venir. J'admire ceux qui abandonnent facilement mais c'est comme plus fort que moi!

Lucie a dit...

Il m'arrive d'emprunter des livres à la bibli que je ne lirai pas... ou une prochaine fois (généralement faute de temps). Je pense par contre que si j'emprunte un livre à un ami et qu'il me l'a recommandé, même si je ne clique pas nécessairement, je vais aller jusqu'au bout de ma lecture. C'est comme ça que j'ai lu Belle du seigneur, le livre culte d'une amie. Si je l'avais emprunté à la bibli, c'est clair que j'aurais décroché puisque l'« action » commence vers la page 400 (de 1000). Mais j'ai quand même beaucoup retiré de ma lecture au bout du compte...

Suzanne a dit...

Hou là!!! Qu'il soit emprunté ou non il est rare que j'abandonne un livre. je tente toujours, avant de laisser tomber, de savoir pourquoi ou encore où l'auteur veut en venir. Bien entendu je ne suis pas sado au point de terminer malgré certaines souffrances à lire lol! Bref, je laisse la chance au coureur mais si la route est trop ardue, là je laisse tomber.

Phil a dit...

J'ai moins de scrupules à abandonner un livre emprunté qu'un livre payé de mes deniers. En fait j'emprunte beaucoup de livres. Je suis un bon usager de ma bibliothèque. Et du coup je n'achète que rarement des livres. Parce que je ne les trouve pas à la bibliothèque ou parce que je sais que leur lecture va me prendre du temps, plus de temps que la bibliothèque ne me l'autoriserait.
En fait je remarque que je suis très sélectif dans mes lectures. J'essaie de ne lire que des bons livres. Je laisse moins de place à la surprise qu'à une époque. Moins de risques = moins d'abandons.

Shilum Mangore a dit...

je suis pas capable d'abandoner un livre, même une bouse de type polar cheap.
les deux seuls que j'ai abandonner, c'est le seigneur des anneaux, frodon qui marche dans le bois, pu capable. et Putain de Nelly Arcand, quand je me suis rendu compte que ma copie n'était pas mal imprimé mais bien qu'elle se répetait avec exactement les même phrases.

si j'achète un livre que j'aime pas, je le revends.

Laurence a dit...

Wow! Vous êtes vraiment fidèles! Moi je fais beaucoup de "libertinage" en lecture: je lis 3 ou 4 livres en même temps, je suspends ma lecture, puis la reprends quelques semaines plus tard, je papillonne... bref, je suis une lectrice très "volage" et ce, peu importe si le livre m'a subjuguée ou non. Je ne sais pas pourquoi je fais ça, je suis le gré de mes humeurs, sans doute. Ou peut-être qu'il s'agit de relents de mes habitudes universitaires: quand on a 40 livres à lire en 1 session... J'aime bien aussi "méditer" des passages de livre qui m'ont beaucoup plu, des phrases, des sensations. Alors je laisse le livre en plan, je savoure ce que je viens d'y lire, puis, y retourne un peu plus tard, pour continuer à l'effeuiller. Enfin, l'anarchie, quoi! ;-)

Laurence a dit...

Et pour ce qui est de la question de Venise: peu importe si le livre provient de la bibliothèque ou non... si je l'ai acheté et qu'il ne me plaît pas, je le revends dans une librairie de livres usagés ou il prend la poussière au sous-sol (ce qui est bien triste). Moi, je dirais que c'est plutôt le contraire des autres lecteurs qui ont fait des commentaires: quand j'emprunte un livre à la bibli, je me sens un peu coupable si je ne le lis pas ou ne le termine pas, en songeant aux usagers qui attendent qu'il soit disponible...

JULES a dit...

Je laisse plus facilement quand je n'ai pas acheté le livre. Sinon, je sais qu'il me hantera du haut de sa tablette! J'en ai quelques unes comme ça et j'ai l'impression de toujours tomber sur ceux-ci lorsque je fouille dans ma bibliothèque! Mais je n'ai aucun problème à abandonner un livre. C'est le coup de foudre ou non et cela dès les débuts sinon...

Cuné a dit...

J'abandonne de plus en plus facilement un livre qui ne m'accroche pas, et ce dès les 20 premières pages, je n'hésite plus, que je l'aie acheté ou pas.
Par contre il m'arrive de le reprendre un peu plus tard et d'avoir envie de m'accrocher un peu, j'ai parfois de bonnes surprises...

Maxime Jobin a dit...

J'hésite toujours à abandonner un livre, surtout que je les achète presque tous (car oui, j'ai plus de facilité à abandonner un livre emprunté qu'un livre qui m'a couté quelque chose). Souvent je me force à en lire au moins la moitié, question de voir si je réagis trop vite. Je ne voudrais pas passer à côté d'un chef d'œuvre! Je suis parfois agréablement surpris de voir que le tout s'améliore après quelques chapitres de plus. Mais lorsque ce n'est pas le cas, je n'hésite pas à le laisser bouder dans un coin. Parce que, finalement, si un livre ne me procure aucun plaisir, à quoi bon le lire!

Mistral a dit...

C'est ce qui est cool avec un livre. Il va vous attendre, dix jours, dix ans.

Danaée a dit...

J'essaie de choisir mes livres, normalement en ayant lu quelques bonnes critiques. Les recroisements, ça finit par être bon signe. Idéalement, je n'achète que des livres qui me donnent confiance.

Donc, ainsi, j'évite les situations d'abandon. Mais, comme tout le monde, j'essaie de rentabiliser mes achats! Sinon, la bibliothèque me permet de prendre des "risques" littéraires. Ça sert à ça, non?

Sérieusement, j'essaie de persévérer dans mes lectures. Comme d'autres l'ont dit avant moi, j'aime savoir où l'auteur voulait nous emmener. Quand on arrive à la fin, alors on peut vraiment juger le livre à sa pleine valeur.

Évidemment, les choses se corsent quand on a des lectures obligatoires, par exemple pour la Recrue. Mais là, on ne peut pas abandonner!!!

Grominou a dit...

J'emprunte presque tous les livres que je lis, ou alors je les achète usagés, pour quelques dollars. Mais je dois dire que j'abandonne plus facilement un livre de la bibliothèque qu'un livre qu'un ami m'a prêté en me le recommandant!

En général, j'essaie de m'accrocher une cinquantaine de pages avant de me décider... Mon record: Les Coloriés d'Alexandre Jardin, abandonné en moins de dix pages! Le style d'écriture infantile me tombait sur les nerfs!

Allie a dit...

J'aurais tendance à dire que j'abandonne plus facilement un livre que je n'ai pas acheté.... mais en fait ce n'est pas si vrai que ça. J'ai longtemps eu des "scrupules" à abandonner un livre. Maintenant, je crois qu'il y a simplement des moments ou des périodes propices à recevoir un livre, à y être réceptif. Si un livre ne me convient pas au moment où je le lis, je l'abandonne. Certains sont des abandons auxquels je ne reviens pas, alors que d'autres sont classés quelque part dans ma bibliothèque et j'y reviens, quand je sens que c'est le temps. Souvent je réussis à le lire après une seconde tentative.
Mais je me dis aussi qu'il y a des livres auxquels nous ne sommes pas sensibles, pour nombre de raisons. Je l'accepte mieux maintenant.

Laurence a dit...

Je suis d'accord avec Allie: il y a des moments "propices" pour la lecture de tel ou tel livre. C'est comme pour les films: si j'ai envie d'un film d'amour larmoyant, ne m'emmenez pas voir le dernier Alien... je n'écouterai simplement pas. Il faut être réceptif, prêt à s'enfoncer dans un livre, à faire le grand saut. Sinon, c'est peine perdue, vaut mieux le laisser nous zieuter depuis la bibliothèque quelques temps...