jeudi 8 janvier 2009

Le deuxième roman de Nicolas Dickner

Quel en est le titre ? Premièrement, peut-on s’attendre à un titre ordinaire de la part d’un Nicolas Dickner ? Nikolski, par exemple, qui savait que Nikolski est une communauté de 39 habitants, dont 30.77% sont des blancs, 69,23% des amérindiens, 12 familles rassemblées sous 15 maisons, ce qui signifie à proprement parler 0,3 personnes par kilomètre carré, situé dans les Iles Aléoutiennes, en Alaska, localisé à 52e degré, 56 minutes, 29 secondes Nord – 168e degré, 51 minutes, 39 secondes Ouest, d’une surface de 344 kilomètres carrés où sise un aéroport militaire, Nikolski Air Station.

Évidemment, que pour tout savoir sur Nikolski, et du coup un peu sur l'amour de la recherche de son auteur, il m'a fallu demander à ce compagnon de tous les jours : GOOGLE. Lisez ce que Nicolas Dickner pense de GOOGLE et vous allez voir que ceci explique cela :

"GOOGLE a prétendument été conçu pour se rendre le plus vite possible d'un point A à un point B. En réalité, ça ne marche pas comme ça. On connaît le moment où l'on met les pieds dans GOOGLE, mais on ne sait pas à quel moment on en sort, et avec quel contenu. Cela crée du chaos, du désordre, et pour un écrivain, c'est une mine d'inspiration incroyable." (Réf 1.)

"Internet hachure de beaucoup mes séances de travail, et c'est ce que je souhaite. Il m'aide à la fois à me documenter sur les idées que j'aborde, à la fois à éviter de laisser des paragraphes de mon récit inachevés. Je peux créer en temps réel. C'est quelque chose de très organique, de naturel, de l'ordre de la respiration. Ce qui n'est pas le cas lorsque vous faites des recherches en bibliothèque par exemple." (Réf. 1)

"GOOGLE fournit désormais des instruments de bureautique et de gestion, des plateformes de communication, des outils d'orientation, des archives - bref, il structure nos activités cognitives et mémorielles. Pas une année ne passe sans que GOOGLE ne solidifie ses positions dans l'imaginaire collectif, ce qui inspire à Nicholas Carr la neuroquestion de l'année: GOOGLE nous rend-il stupides?" (Réf. 2)

Intéressante question mais ce n’est pas moi qui y répondra ! Mais si la question est quel sera le prochain titre « pas ordinaire » de monsieur Dickner, je suis à même d’y répondre mais auparavant, pour faire durer le suspense de la primeur, écoutez-le nous en parler en 2006 (ça se prépare de longue date les « bébés » Dickner).

« C'est un équilibre nouveau pour moi: manoeuvrer les activités qui me permettront de gagner mon pain tout en m'assurant de me mettre à ma table de travail pour préparer mon deuxième roman. » « Et comme je ne veux pas surfer sur la formule Nikolski mais faire quelque chose d'authentiquement nouveau, ça veut dire que j'ai du pain sur la planche ! »

Il a sûrement bien boulangé parce qu'après trois ans, voici ...

TARMAC

Oui, Tarmac. Pour la définition, cette fois je n’ai pas demandé à GOOGLE mais Le Petit Robert : Tarmac : Dans un aérodrome, partie réservée à la circulation et au stationnement des avions .

La sortie ? Une autre raison pour moi d'avoir hâte à la fin de l'hiver (pardonnez-moi, amateurs de sports d'hiver) car la sortie est prévue "en même temps que les bourgeons ! " selon l’expression même d’Antoine Tanguay, directeur de Alto, maison d’édition de Nikolski et de Tarmac

Référence pour les "extraits" :
1 À la pêche au gros, Xavier K. Richard - Voir
2 Hors Champ « L’année lexicale » de Nicolas Dickner – Voir

8 commentaires:

Danaée a dit...

Tiens? Après un petit fond "nautique" avec Nikolski, peut-on s'attendre à quelque chose d'aérien avec Tarmac?

Allie a dit...

Bon, à ma grande honte je n'ai pas encore lu Nikolski. Ça viendra, c'est en projet! Je me l'offrirai peut-être pour mon anniversaire... :)
J'ai quand même lu ton billet avec intérêt et c'est toujours un plaisir de voir qu'un auteur qu'on aime, récidive!

Venise a dit...

@ Danaée : Il aimerait donc que les mots nous transportent ...

@ Allie : C'est curieux, il arrive qu'un "grand" titre dont on parle partout me fige dans mon désir d'aller vers lui. Peut-être est-ce mon côté défricheur certain d'être déçu ! Je me soigne en me disant que je vais être la première à le découvrir avec mon regard ;-)

... j'espère que ton anniversaire est bientôt alors !

Caro[line] a dit...

Ahhhh ! Je suis ravie d'apprendre deux choses : 1. Nicolas Dickner a écrit un deuxième roman, et 2. Alto est l'éditeur. J'ai hââââte !!!

Epicure a dit...

Excellente nouvelle, un nouveau Dickner au printemps! Juste à temps pour le Salon du livre de Québec peut-être? Merci pour l'info!

Kitty a dit...

Ahh Nicolas Dickner ! Quel écrivain, mais surtout quel écrivain québécois !!
J'avais adoré Nikolski et j'attends donc avec impatience l'arrivée de Tarmac...
Pour ceux qui veulent en lire plus, Nicolas Dickner a aussi écrit un recueil de nouvelles intitulé "L'encyclopédie du petit cercle" publié aux éditions de L'instant même. C'est un tout petit livre, mais on y retrouve ce petit quelque chose, propre au style de l'auteur, qui nous transporte ailleurs...
À découvrir en attendant le nouveau roman !

Anonyme a dit...

Une entrevue sur l'auteur et son nouveau roman :
http://www.coteblogue.ca/articles/nicolas-dickner-entrevue-lecture/
Au plaisir,
caroline

Venise a dit...

@ Caroline : Merci pour le tuyau. J'y vais de ce clic. J'ai aussi bien aimé l'entrevue chez Christiane Charette ce matin.

J'entame Tarmac ce soir.