lundi 11 mai 2009

Gagnants du Prix des libraires

Il n’est pas question de passer à côté d’un SCOOP malgré ma hâte de vous transmettre mes impressions sur Paul à Québec. Quand un billet est fin prêt, je trépigne de vous l’envoyer. Comme une lettre. Tellement frappée je suis par l’idée de courir à la boîte rouge, de lui tirer la langue, d’y déposer mon butin, précieuse hostie avalée goulûment. Sans s’étouffer. Pas vu encore de ma vie de boîte à lettres pleine à régurgiter. Plus souvent qu'autrement, je tends l’oreille pour entendre, le toc du choc sur le métal ou encore le léger bruissement de son aile de papier doucement déposée sur ses consoeurs formant un amas informe avant de devenir cette précieuse missive dans le creux d’une main heureuse.

Mais là, je ne suis pas gentille, je fais pareil à toute remise de Prix qui se respecte, ne respectant aucunement les curiosités avides de savoir, et je discoure, discoure à n’en plus savoir mettre de point final sur le Prix des Libraires – édition 2009.

Je cesse et sortez, je vous prie, vos tambours et trompettes de vos garde-robes ... attention, le nom du gagnant ou de la gagnante est ........

Catherine Mavrikakis et son Ciel de Bay City aux éditions Héliotrope. Ce soir, au Lion d’Or, on lui aura remis un prix d’une valeur de 2 000 $ et d’une grande valeur à ses yeux puisqu’elle avoue beaucoup aimer flâner dans les librairies :
« C’est dans les librairies que je me fais flâneuse. J’aime m’attarder sur des bouquins que je découvre au hasard de mes déambulations. Le livre est une rencontre et je préfère encore le hasard à la blind date ou au mariage arrangé. Je déteste aller acheter un livre dont j’ai besoin, je préfère que les étalages me fassent de l’oeil, que quelques mots me soient dits, qu’une quatrième de couverture me parle et que la libraire me lance négligemment, de loin, que celui-là, oui, en effet, « il est tout à fait pour moi », dans une complicité faite de silences et d’indications presque secrètes ou encore dans un vrai coup de gueule.
- vous avez remarqué, elle a parlé du quatrième de couverture, pas un mot sur la couverture :-) -

Bravo. Je la félicite. C’est un roman qui mérite son Prix.

Et pour la catégorie Hors Québec, pour vous qui savez encore plus ce dont il en retourne que moi qui en lit si peu, le gagnant est ...

Cormac McCarthy, pour son roman La route, paru aux Éditions de l’Olivier.

Ne vous gênez pas de me dire ce que vous en pensez. Et, en passant, un bravo à Réjean pour sa prédiction en plein dans le mil. Finalement, avaient-ils tant besoin de délibérer ces décideurs ... ;-) :

LE COMITÉ DE SÉLECTION 2009

Robert Boulerice de la librairie Le Parchemin à Montréal,
Geneviève Caron de la librairie Renaud-Bray, Côte-des-Neiges à Montréal,
Susane Duchesne de la librairie Monet à Montréal,
Anne-Marie Genest de la librairie Pantoute, succursale St-Roch à Québec,
Julien Lefort-Favreau de la librairie Gallimard à Montréal,
Donald Servais de la Boutique du livre à Québec,
Marie-Hélène Vaugeois de la librairie Vaugeois à Sillery.

Et les régions, elles ?!? J'apprends qu'elles ne sont pas représentées !? Bais coudonc. Une autre chose que je devrais me faire expliquer.

Et là-dessus, je vais quand même dormir sur mes deux oreilles (en rotation cependant), et demain, je vous poste ma lettre ... euh, mon billet !

7 commentaires:

Laurence a dit...

Yé! Le ciel de Bay city! Ça commence bien une journée, ça!

Et... oui, oui, Venise, je suis toujours là... cernée jusqu'aux oreilles, mon petit bureau de prof croulant sous les corrections de fin de session, mais toujours làààà! ;-)

Karine :) a dit...

Merci pour l'info, Venise! Je n'ai lu aucun des deux mais Le ciel de Bay City m'attend dans ma pile!

C'est vrai que c'est étrange qu'il n'y ait aucun membre du jury provenant des régions (je me suis tout de suite dépêchée pour voir s'il n'y avait pas un libraire de mon coin)... mais bon, peut-être était-ce plus simple comme ça, ou manquait-il de candidatures, va savoir!!!

réjean a dit...

Merci pour vos félicitations, Venise. Je n'ai fait que suivre la tendance forte. À chaque année, au Québec, il y a un livre qui gagne beaucoup de prix. Cette année, j'ai tout de suite senti que ce serait Mavrikakis. Elle avait eu le prix de la ville de Montréal, le prix des collégiens et maintenant celui-là. Quant à La route, comme les critiques ont dit que c'était un chef-d'oeuvre, les libraires ne pouvaient passer à côté sans avoir l'air fou... Pour moi, tout cela est sans surprise.

Lacaravane a dit...

Dommage tout de même que ce soit sans suprise... j'aime bien l'image du libraire-fouineur-découvreur de perles...

réjean a dit...

@Lacaravane
C'est vrai que c'est dommage.

Venise a dit...

@ Catherine Mavrikakis était invitée à Christiane Charette ce matin. Elle une énergie vive, alerte et qui ne semble pas se prendre trop au sérieux coiffée qu'elle est de ses trois Prix maintenant.

Glané dans le propos avant l'entrevue j'ai compris la procédure ainsi : le comité de sélection (membres en provenance de Qc et Mtl uniquement) s'occupe des sélections (10 finalistes, puis 5), et ensuite, tous les librairies votent, c'est à cette étape que la voix des régions se fait entendre.

Julien Lefort-Favreau a dit...

J'ajouterais que les libraires des "régions" ne sont pas exclus: une libraire de Trois-Rivières a longtemps été sur le comité. La sélection des membres du jury est faite de façon un peu aléatoire. Il suffit d'ailleurs de soumettre son nom à l'ALQ. On invite donc les libraires de partout à travers la province à participer!