dimanche 15 novembre 2009

L'immense abandon des plages - Mylène Durand

Premier roman et c'est le 15 du mois ? Vous ne serez donc pas confiner à ma seule vision, il y en a 8 autres : Lucie, Catherine, Anick, Marco, Caroline, Julie, à La Recrue du mois. Se rajoute aussi celle de Claudio et Phil.

Le titre le laisse supposer, on sera happé par la poésie des mots. D’emblée, je le dis, la couverture est belle, attirante et surtout, maintenant je peux le dire, elle rend cent fois le propos.

J’ai déjà osé aborder non pas seulement le texte mais la lectrice du texte qui est moi. Je crois bien que cette fois-ci, je dois encore une fois me détailler dans le seul but de mieux placer l’écriture particulière afin, bien sûr, de lui rend hommage, justement. Je le confesse, je n’avais pas la disposition d’esprit, et donc l’ouverture, pour entrer dans une histoire de mots purs qui rendent hommage au deuil, une révérence à la mer qui avale tout sur son passage et de mère avalée par la mer. Je me suis braquée que l’on m’enferme, que l'on m’oblige à entendre trois voix si semblables qu’elles se répondent en échos, sans s’entendre et encore moins se comprendre. Avec l’impression figée d’une salle d’attente, d’une parenthèse de vie. Mais malgré que j’aurais préféré plus de correspondance entre les voix, je me suis prêté au jeu de cette histoire de trio d’orphelins. Ma préférence va à Claire, à la voix la plus claire, plus terre à terre parfois, ses lettres ressemblant à de vraies lettres, dont tous les maux appellent sa sœur, Élie. Celle-ci, enfuie à Montréal n’appelle pas, ne réplique pas à sa sœur, n’entend que ses propres démons intérieurs. Julien, le silence fait frère, s’offre en victime muette. Une voix en italique que j’ose nommer narratrice situe, décrit, susurre des sons suaves de mots portés par un vent poétique.

Mylène Durand m’a invité à vivre momentanément la claustrophobie d’un archipel d’Îles qui parle d’une elle, la mère disparue. Ces Iles-de-la-Madeleine qui, pour moi, ont toujours appelé le vent, le soleil, la liberté, sous cette plume légère frôlant la gravité, ses îles se sont transformées en cauchemar criant dont les ô secours s'évanouissent au pied des berges.

Malgré mes réticences du départ, j’ai certainement plus d’une fois eu le souffle coupé devant l’amour des mots qui les portaient si haut, me suis inclinée devant cette histoire de séparation vécue comme un prétexte en or pour un long poème à voix racontés. Les affres de la mer mil fois répétées, la lassitude en moins, mon esprit a fini par se laisser avaler par la détresse de l’absence.

5 commentaires:

Suzanne a dit...

L'amour des mots, même s'il n'était que de quelques lignes je veux le lire. Et merci pour les tiens, tes mots, qui invitent inévitablement à découvrir à notre tour.
Belle journée.

Venise a dit...

Si tu aimes la poésie de la mer, tu aimeras sûrement. Nous sommes bien loin des Iles de la Madeleine touristique ! C'est une vision intérieure unique en son genre. Moi qui n'ai jamais vu les Iles encore, je compte regarder plus joyeusement ! Je ne suis pas en deuil, c'est plus facile.

Une autre facette de la mer nous est présentée, son côté sombre, qui a sa beauté intrinsèque.

Suzanne a dit...

Je suis déjà à lire une intrigue se situant aux Îles de la Madeleine. Donc je ne serai pas trop dépaysée. De plus native du bord de mer je suis déjà preneuse.

ClaudeL a dit...

Pas native de la mer, mais je m'en ferais facilement une mère adoptive. Moi qui ne voit la mer qu'en touriste, mais qui voudrait en parler en des mots plus poétiques, romantiques, sentis, les tiens, tes mots ont toujours le tour de nous rendre au moins curieuse. Réussite encore une fois, ferai venir le livre à la biblio.

C'est bien aussi de demander des livres à la biblio, des fois ça donne des idées à la bibliothécaire de l'intérêt des lecteurs et lectrices. Livre que peut-être ils (ou elles) n'auraient pas pensé acheter, croyant à tort qu'on lit seulement des polars ou des best-sellers

ClaudeL a dit...

zut: moi qui ne vois et qui ne voudrais. S pas t.