mardi 22 décembre 2009

Marie-Tempête - Dominique Demers

Je me fais rare, happée par le temps des fêtes qui nous offre tout, sauf du temps ! Et comme si j’en avais le temps, j’ai un vilain rhume. Je ne suis pas comme nos grands-mères qui disaient : Pas le temps d’être malade !

Il me semble que ça va me faire du bien de me libérer de ce roman qui a traîné si longtemps sur la table de chevet. Cette réédition de 2008 contient trois romans destinés aux adolescents :
« Les grands sapins ne meurent pas » 1993
« Ils dansent dans la tempête » 1994
« Un hiver de tourmente » 1998
Au titre de la préface de Jacques Allard « Marie-Tempête, un vrai roman », je me permets d'ajouter : un vrai roman ... pour ado !

À prime abord, je n’étais pas attirée par Marie-Tempête, un peu plus par sa suite pour adultes : « Pour rallumer les étoiles » (je craque pour le titre !). Dominique Demers, docteure en littérature jeunesse, écrivaine, animatrice, scénariste, conteuse et directrice littéraire, tous ses titres bien affichés sur la quatrième de couverture donne de la crédibilité. C’est probablement ce que s’est dit l’ami qui m’a offert les deux bouquins en cadeau de fête.

Les thèmes choisis sont typiquement ados : la révolte contre les parents, surtout la mère, le « que je suis malheureuse, aucun adulte ne me comprends », le je-m’en-foutisme des histoires d’adulte », l'amour exalté pour un garçon et tout faire pour le repousser. J’ai été jusqu’à avoir l’impression que l’auteure faisait tout pour la rendre malheureuse, juste pour nous donner des émotions fortes. Très peu d’émotions fortes pour moi, puisque je ne l’ai pas prise au sérieux. J’avais plutôt le goût de lui secouer les puces ! Et en passant, son père, aussi présent pour sa fille qu’un coloc !

Marc lui a laissé une chance. En plus, il trouvait le style, surtout quand elle décrit la nature, très réussie. Je lui donne tout à fait raison sur ce point. Des descriptions que les ados n’ont pas dû sauter puisque D. Demers manie habilement l’art de mêler les humeurs de la nature avec les émotions exaltées d’une Marie-Lune de 15 ans. Aux deux premiers romans, il y a beaucoup d’actions, ce que Marc appréciait, il restait accroché (c’est important pour celle qui lit à voix haute !) mais au troisième, est-ce parce qu’il a été écrit quatre ans plus tard, l’histoire se présente comme une île qui se serait décrochée de ses continents. En gros, c’est la détresse absolue de Marie-Lune suite à une autre fatalité du destin (il s’acharne vraiment sur elle mais ça me semble tellement évitable), la fuite et la retraite dans le bois chez les sœurs cloîtrées. Une première prise de contact avec le silence et Dieu. Contrairement à Marc, j’ai préféré ces préoccupations moins typiquement adolescentes, moins clichés, sans pour autant digérer sa personnalité de jeune demoiselle qui s’acharne à tout faire pour se mettre dans le trouble. Pourtant le destin s’occupe déjà très bien de le faire.

J’suis méchante avec Marie-Lune, n’est-ce-pas ? C’est vrai. Comprenez par là qu’il y a une réussite de l’auteure qui a créé une adolescente « pure fibre ». Parce que l’on va se le dire tout à fait entre nous, parfois ils sont quand même un peu ... euh, comment dire, énervants non ? Donc, il est à gager que lu par ceux à qui s’adressent ce roman, ça doit chanter un autre air que le mien. Autre point un peu dérangeant, ça sentait le désuet (années 1993-94) surtout dans la relation parent/enfant ; pas assez en arrière de soi encore pour y trouver un réel charme.

À part de ça, ça va bien ! Pour rallumer les étoiles, comme Marie-Lune est adulte, nous le lirons (quant à l’avoir !) afin de vérifier si elle a grandi en sagesse, autant qu’en âge. Mais pas tout de suite, non, non, pas tout de suite !!!

16 commentaires:

Karine:) a dit...

J'avais beaucoup aimé les deux premiers tomes, lus adolescente, mais beaucoup moins le troisième... j'ai ressenti ça plus comme Marc, je crois. Quant à la suite, ça ne m'a pas tellement plu... mais je suis un peu à contrecourant d'après ce que j'ai lu ailleurs...

Allie a dit...

J'ai lu ce livre à l'adolescence. Il m'avait bien plu, surtout que l'héroïne était à des lieues de ce que je pouvais vivre.

Mais je n'ai pas envie de lire la suite et encore moins de relire ce livre, maintenant que je suis adulte... Il me semble que je ne l'apprécierais plus...

Venise a dit...

Karine : Je me souvenais avoir lu ton billet. J'avais même hâte de vérifier qu'est-ce qui se passait tant à ce troisième tome. Tu disais, si je me souviens bien, que l'action tombait et que tu t'es ennuyé. Comme Marc ! Tu as dû me trouver pas mal sévère, mais qu'est-ce que tu veux, ces temps-ci, je suis si gâtée par d'autres livres, que je deviens pas mal plus sélective dans mes goûts.

Venise a dit...

Allie : Pourtant, le deuxième s'adresse aux adultes. C'est là que je vais vérifier si ma difficulté vient de l'auteure (incompatibilité), ou c'est vraiment parce que c'était des thèmes "ado". Ce sera l'heure de vérité ! Je vais laisser passer quelques mois ...

Réjean a dit...

J'ai toujours trouvé que la réputation de cette auteure était quelque peu surfaite. Mais bon, je suis mauvais juge puisque je ne lis pas ce genre de littérature.

Je vous souhaite un bon temps des fêtes. Puisse 2010 être une année inspirée par les mots dont vous raffolez et riche en découvertes littéraires.

Venise a dit...

Réjean : En lisant un roman adulte, justement, je vais être plus à même de le dire. Il arrive que des auteurs soient bons, efficaces pour un certain public, et que ça sonne rien pour soi.

Merci de vos bons voeux, de la part d'un si charmant Père Noël, je le prends comme un cadeau.

Bon temps des fêtes aussi à vous ! Après avoir passé par toutes les cheminées avec votre sac rempli de livres, je vous souhaite du repos.

Yvan a dit...

Si toi et Marc êtes polis!
;-)
J'vous souhaite tout plein
de réjouissances en 2010
les amis.
Tout plein de découvertes
et en prime votre santé
mutuelle pour notre plus
grand plaisir de lecteurs.

Y.

pgluneau a dit...

Moi, je devais avoir une vingtaine d'années quand j'ai lu les versions ado, en trois tomes, de ce récit : j'ai même lu l'un des trois en version manuscrit (ou typoscrit, si ce mot existe!!), c'est-à-dire tapé à l'ordi sur des feuilles blanches normales, parce qu'il n'était pas encore publié (ce qui est étrange, c'est que je n'ai pas la MOINDRE idée de comment j'ai pu mettre la main sur un tel document!?!?!). À l'époque, je lisais beaucoup de littérature jeunesse et ado: j'étais au bacc en enseignement et je faisais de la critique pour l'excellent magazine Lurelu. J'avais trouvé ces romans très efficaces. Oui, ça fait ado... mais ce n'est pas un mal en soi! Il est vrai qu'aujourd'hui, j'embarquerais peut-être moins (un peu comme pour le Harry Potter #5, où le personnage a une mauvaise passe d'adolescentite aigüe qui m'avait royalement tapé sur les nerfs!).
Par contre, là où je te trouve sévère, Venise, c'est quand tu dis que tu n'accroches pas parce que tous les malheurs semblent tomber sur Marie-Lune en même temps. N'est-ce pas le propre de PLEIN de romans, souvent best-sellers, Filles de Caleb et autres tutti canti! Je n'ai pas lu les Accoucheuses, par exemple, mais je suis tenté à penser que c'est le genre de livres où tous les malheurs du monde tombent sur les héroïnes. Pourtant, tu as bien aimé ça, non? C'est d'ailleurs pour voir comment ils/elles s'en sortiront qu'on aime tant lire!!

Joyeuses fêtes à Marc et à toi, profitez-en pour prendre du bon temps et vous remettre sur le piton, avant qu'on se revoit, le 2 janvier!!

Venise a dit...

Yvan : Je reconnais le gentleman en toi qui vient nous porter ses bons voeux, sous une Marie-Tempête en plus. Je n'en suis pas encore à mes voeux de bonne année, je commence par le joyeux (je me le permets !), je te souhaite donc un NoËL rempli d'amour, à commencer par celui de la vie. Ce qui rend souvent joyeux ... veux ou veux pas !

Venise a dit...

Pgluneau : J'adore quand tu viens me pousser dans mes derniers retranchements, ce qui me permets justement de rajouter ce que j'ai oublié de transmettre dans mon billet.

Je te donne parfaitement raison, combien de romans dit populaires assez souvent "best-sellers" se présentent ainsi avec la montagne russe des malheurs de la vie qui tombent systématiquement - et sans subtilité - sur les personnages. J'en lis rarement, j'ai effectivement lu Les Accoucheuses, en me délectant, et l'on peut placer ces 3 tomes dans le genre. Qu'est-ce qui a fait la différence pour moi était premièrement cette fameuse sub-ti-li-té. Les malheurs sont amenés, et les personnages ne réagissaient pas uniformément et systématiquement, ils arrivaient à me surprendre, parce que dans ces sagas étendus sur une cinquantaine d'année, les personnages évoluent. Sinon, ce serait comme avoir une amie, Marie-Lune mettons, et pendant des années, qui s'appellent ici 300 pages, qui nous racontent toujours leurs mêmes problèmes mais sans évoluer. Déjà que ça me tanne dans la vie, mais moins cependant que dans les romans. Je te fais aussi remarqué qu'il y en avait pas trop non plus de ces malheurs à répétition dans ce roman historique Les Accoucheuses. Par contre, je réalise que dans les bandes dessinées, ça me dérange moins, mais ceci est un tout autre chapitre.

Je suis impressionnée que tu aies tenu entre tes mains le tapuscrit d'un de ces 3 romans, mais je suis sidérée, bouche bée, ahurie, et j'en passe (!) que tu n'aies pas retenu en quelle circonstance !!! Tu vas bien finir par trouver et me le communiquer le 2 janvier (HI HI !).

Je vais bientôt aller déposer mon commentaire de Ma* Mamette sous ton billet (*tout au long de ma lecture, je l'ai appelé ainsi, c'est tout dire !!!).

Je te souhaite un JOYEUX NOËL Pierre-Greg !

Trader a dit...

Je ne lis pas bcp ces temps-ci, mais cela ne m'empêche pas de souhaiter à ton copain et à toi un bon temps des Fêtes.

Vraiment drôle ton com sur le Père Noël biologique!

:D

sophiebc a dit...

J'ai lu les trois premiers tomes lorsque j'étais adolescente et je les ai relus avant de lire «pour rallumer les étoiles». Je n'ai pas vécu les émotions du personnage principale de la même manière étant adolescente et adulte. Maintenant que je suis mère, j'ai mieux compris toutes les émotions du personnage. J'aime bien relire des livres au fil du temps car ma perception de l'histoire évolue.

cindy a dit...

J'ai lue Le premier Live En Francais Car, Il Ma Été Suggérer Par Ma Proffesseur Et Tellement Que J'ai Adorer, Je Ne Pouvais Plus M'en Détacher. Ce Livre A Été Chercher Les Sentiment Les Plus Profond En Moi. J'adore Comment Vous Metter De La Poèsie Et De Nombreuse Description.

Lau1307 a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Anonyme a dit...

Lau1317 : J'ai lu ce roman entre 3 et 4 fois (peut-être plus...) lorsque j'étais adolescente, donc gros coup de coeur à chacune de mes lectures. Je l'aime d'ailleurs toujours autant, il a une place prioritaire dans ma bibliothèque !
Mais je comprends parfaitement votre point de vue, et cela dit, ça fait quelques années que je l'ai lu... Alors peut-être me plairait-il moins aujourd'hui... J'en doute, cependant ! ;-)

Venise a dit...

Lau1317 : Je reviens de vacances, et je ne comprends pas pourquoi il est inscrit que votre commentaire a été effacé par un administrateur du blogue. Je vous assure que ce n'est pas moi puisque j'apprécie que vous ayez pris la peine d'exprimer votre opinion sur le Passe-Mot.

Il est intéressant de savoir combien ce roman a plu aux adolescents. Je vous remercie de votre commentaire qui est presque de l'ordre du témoignage.