samedi 29 mai 2010

Vol et survol ... des blogues

Je me permets un intermède qui prend des allures de récréation avec tout le travail que j’ai à abattre ces quelques jours derniers. C’est que, parfois, pour m’aérer les méninges qui se coincent, je me promène sur les blogues. Et bien sûr que j’y fais des trouvailles que j’appelle des trésors de l’instant. Mon impulsion de partage étant trop forte ce soir, j’arrête tout pour vous les offrir en direct.

À commencer par ce trésor d'un enfant, parce que ceux qui ne sont pas sur facebook ne savent pas combien je suis férue de ces perles qui roulent des lèvres brillantes des enfants. Je viens juste de la relever du carnet littéraire d’Andrée Poulin. Je lui ai immédiatement dit que je lui volais cette anecdote sur le champ :
Voici la scène: une classe de première année où je viens de terminer une animation d'auteure. Voici le héros: un jeune garçon très blond, qui m’arrive à peine à la taille.
Le petit blond s’avance et examine mes livres étalés sur le rebord du tableau vert.
- As-tu écris tous ces livres là? demande le blondinet.
À son ton, je n’arrive pas à savoir s'il est horrifié ou émerveillé.
- Oui, que je réponds, incertaine.
Et le petit blond de me demander, d’un air impressionné :
- Les as-tu tous lus ?
Savoureux n’est-ce pas ? Et l’auteur de ces lignes d’intituler son billet « Est-ce que l’auteur lit ce qu’il écrit ? »

Et comme si c’était tout ! Un autre vol à clic armé pour cette citation sur le blogue La librairie Vaugeois, et mûrie par Dominique Fortier de son dernier récent opus Les larmes de St-Laurent. C’est une chanson pour l’oreille mais surtout une réflexion. Une réflexion sur le temps, poétiquement légère réfléchie sur l’eau de la vie.
Écoutez ...
«Une théorie veut que tout ce qui vit et a un coeur dispose du même nombre de battements avant la mort - tant pour la souris et tant pour l'éléphant -, qu'une fois la réserve épuisée, l'être s'éteint. Cela signifierait, sans doute, que la vie de la grenouille, de l'oiseau-mouche ou de la fourmi n'est pas véritablement plus courte que celle de l'homme ou de la baleine, mais qu'elle se déroule à un rythme différent, propre à chaque espèce. Une vie serait toujours longue d'une vie; simplement, comme il est des planètes où le jour dure des mois et d'autres où le soleil se lève et se couche toutes les quelques heures, certaines créatures éphémères compriment en une journée ce que d'autres mettront un siècle à vivre.»
À chaque semaine, il y aura une citation à l’ordre de ce carnet littéraire, aussi intéressant que régulièrement à mis à jour. Je vous laisserai vous pencher pour les cueillir à l’avenir ... juste à côté dans le champ de ma liste de blogues.

Le troisième est un vol de libellules tiré d'un blogue que j’aime d’amour pour sa poésie simple et ses états d’humeurs humains. En toute simplicité chez Line Rouge. Imaginez, c'est elle la mère magicienne qui a fait naître ces trois libellules avec son pinceau trempé dans l’aquarelle. J’y sens, avec mon deuxième nez, de l’intemporel. Accompagné d'un haïkus, toujours aussi joli :
Canicule d'été
au milieu du mois de mai
prendre des vacances


Parlant images, je me suis jointe récemment au blogue Défifoto, histoire de me faire aérer l’humilité. Un blogue collectif où l'on envoie une photo à chaque premier du mois, toutes inspirées du même thème (ce mois-ci : ombre). On y retrouve des ferrés, des passionnés, des expérimentés. Alors, moi, simple amatrice à ses premiers balbutiements, une "pousseuse" de bouton automatique, que vais-je y faire ? Prendre ma nécessaire dose d'admiration parce que dans la vie, le plus est important est la participation sans prétention et avec passion.

Et là, je retourne travailler ...
(finalement, je n’ai pas eu le temps d’envoyer ce billet, il restait les liens, le titre, les images à rajouter, alors ce matin, ça y est !)

15 commentaires:

Ginette a dit...

...dans la vie, le plus est important est la participation sans prétention et avec passion.

Je retiens ceci.

J'aimerais qu'on se souvienne...

PG Luneau a dit...

J'aime bien le mot d'enfant: que de charme dans de si courtes phrases!!
La réflexion sur le temps d'une vie est très philosophique, aussi. C'est une réflexion que je trouve très intéressante. Comme quoi le grand rationnel que je suis peut quand même s'intéresser à un minimum de poésie!

Venise a dit...

C'est drôle, Ginette, de l'entendre de la bouche de quelqu'un d'autre, je trouve ça encore plus vrai !
:-)

Venise a dit...

PG Luneau Tu as vraiment fait ton effort pour la poésie. J'aime supposer que c'est la perle enfantine lustrée de poésie qui t'a menée vers l'appréciation du paragraphe sur le temps. Dominique Fortier n'est pas poète, elle est romancière que j'aime beaucoup, ça doit aider aussi. Je ne commente jamais de poésie, j'en serais tellement incapable !

Anne-Ma a dit...

Comme Ginette, je retiens et j'aime "... dans la vie, le plus important est la participation sans prétention et avec passion", c'est exactement ça !

Ginette a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
manouche a dit...

Libellule,demoiselle
Chante clair le ruisseau bleu
Vibrante mon âme.

Kikine a dit...

Merci ...

Venise a dit...

Merci pour ce Haïkus Manouche !

Venise a dit...

Kikine : Vais-je te dire merci pour ton merci ? Non. Je vais te dire merci de me lire parce que ça me fait un grand plaisir :-)

Venise a dit...

Anne-Ma : Justement, toi aussi, tu as plongé ! On se mouille, on se mouille ... au soleil pour faire de l'ombre !

linerouge a dit...

Merci Venise, tu es surement une grande amoureuse, car tu parles de ce que tu aimes avec ferveur.

Katya a dit...

Bonjour,



Je me permets de vous contacter en tant qu’animatrice de la communauté de Babelio.



Babelio (www.babelio.com) est un réseau social dédié à la lecture qui permet aux membres de créer une bibliothèque en ligne, d’échanger des critiques et de partager leurs lectures avec des amis. Ce site, première communauté francophone qui réunit plus de 13 000 lecteurs en France, en Belgique, au Canada et en Suisse, a pour objectif d'encourager la lecture et de suivre l’actualité littéraire en utilisant les outils d’Internet.



L’opération Masse Critique de Babelio compte huit éditions à ce jour et a eu beaucoup de succès auprès des blogueurs et des éditeurs en France, en Suisse et en Belgique. Son principe est simple : les éditeurs envoient leurs titres gratuitement aux blogueurs en échange d’une critique publiée en ligne sur leur blog et sur Babelio. Pour répondre à la demande de blogueurs québécois qui se sentaient injustement tenus à l’écart de la version française de l’opération, nous sommes en train de monter une édition québécoise.

Mais pour ça, nous avons besoin de votre aide !

Pour convaincre les éditeurs québécois de l’intérêt de l’opération, nous devons réunir un panel de blogueurs littéraires québécois. si vous êtes intéressé ou et si vous connaissez des blogueurs littéraires susceptibles de participer, n’hésitez pas à me communiquer leurs adresses email à katia@babelio.com



Cordialement,

Katya

Arsenul a dit...

Merci pour ce carnet de voyage!

Venise a dit...

C'est que tu n'oublies jamais ton passe ...port, voilà pourquoi tu voyages si bien, Arsenul !