mercredi 23 juin 2010

Le lys en liesse !

Ce n’est pas parce que je célèbre le Québec l’année durant, en honorant sa littérature, que je tairai la St-Jean, une fête qui brûle de mille feux.

Que s’éclate les feux d’artifice, que s’entende la joie, que se voit le lys en liesse !

Fêtez, qu’importe vos allégeances, fêtez, ne serait-ce que pour entendre le cri qui vous montre en vie, par cette journée qui fête l’été arrivée. Son flot d’enfants qui frétillent de vie, se dégourdissent les jambes hors des cours d’écoles.

Je me souviens, enfant, comment l’été commençait en rêvant quand on fêtait la St-Jean. Tout l’été devant soi, c’était autant que toute la vie devant soi. Comme reines et rois, on courait, on sentait la liberté se jouer sous nos pas.

Même si le temps présentement prend son temps, ne sort pas pressé de sa parenthèse qui prend ses aises, la St-Jean Baptiste garde toujours pour moi son odeur de commencement, sentant l’espoir que le meilleur est devant, bien plus que derrière.

Je nous aime comme nous sommes, et ce n’est pas facile de s’aimer comme l’on est. Aimer ce qu’on aimerait être est tentant. C'est souvent chez « l’autre » que l'on voit ce qu’on aimerait être. Pourtant, il n'est même pas besoin de tendre l’oreille pour entendre que cet autre sent l’essence du Québécois plus fortement qu’on se sent nous-mêmes.

C’est tout ce que j’avais à écrire en lignes, à vous de lire « entre ».


BONNE ST-JEAN À TOUS !!!

5 commentaires:

ClaudeL a dit...

Bonne fête nationale aussi.

helenablue a dit...

Beaucoup d'amour entre ces lignes...

Bonne fête à toi et tous mes amis québécois! Suis de tout ♥ avec vous!

Bises
Blue

line a dit...

J'ai toujours une pensée pour René Lévesque qui a su porter nos rêves et incarner nos ambitions avec le courage et la persévérance qui ne sont plus l'apanage de nos dirigeants. Sans parler de sa grande culture qui en impose encore aujourd'hui. Je vous offre une citation de R.L. :(...)c’est qu’on a été très chanceux au Québec d’avoir ce genre de précur­seurs que sont les poètes, qui nous proposent l’idéal. En vieux grec, qu’on apprend au collège et qui ne sert plus à rien par la suite, on appre­nait que « idéal » venait d’un mot grec signifiant « voir » : voir ce que les autres n’ont pas encore vu, ce qui va être ou ce qui devrait être vu, si on peut en convaincre assez de le voir aussi.(...)
Bonne St-Jean !

Maxime a dit...

Bonne Saint-Jean à vous tous!

Kikine a dit...

Bonne fête Venise ! Je retiens que cette fête est la fête des francophones mais aussi une fête dans de quelques autres pays du monde.