mardi 1 juin 2010

Pleurer comme dans les films - Guillaume Corbeil

« Une histoire d’amitié et de rêves projetés sur l’écran sombre de l’inquiétude et de la souffrance » Il est dit aussi sur la quatrième de couverture : « Guillaume Corbeil a terminé une maîtrise en création littéraire. Il étudie présentement à l’école nationale de théâtre du Canada. »

Eh bien, je n'ai pas été surprise d'apprendre que cet auteur étudie en théâtre en lisant la quatrième de couverture, une fois ma lecture terminée. J’y ai trouvé une essence théâtrale, par les personnages forts, mystérieux, étranges, pour la tension dramatique qui sous-tend chaque tableau. Et un côté nettement décalé entre la réalité et le fictif. Un peu comme si on se regardait vivre, pleurer, rire, créant un décalage comme dans les films. Et finalement ce qui m'a semblé être des symboles, par exemple, celui des boules que l'on secoue pour y créer de la magie est très présent.

C’est l’histoire de deux enfants, un garçonnet hydrocéphale (j’ai pris cette info sur la quatrième, je ne l’ai pas saisi en lisant) et sa petite amie et cousine, Jade. Celle-ci est aveugle, en fait elle n’a pas de yeux du tout, et est affublée, pauvre elle, d’un père complètement borné qui, de génération en génération se relaie le rêve d’une vie : conduire des grues. Donc, c’est réglé, pas d’école pour cette petite puisque le seul horizon possible est le maniement de manettes... et comme elle ne voit pas, peine perdue, vie fichue.

Une tendre complicité unit ces deux enfants qui nagent dans un monde d’enfance étrange, empreint de peurs, de mystères, et de ces fortes interprétations de la réalité. Le garçon adapte sa vision pour Jade, lui offre un monde embelli. Par amour pour elle, il désire qu'elle voit du beau, du magique. L’auteur nous amène à la frontière étroite rasant le réel et l’imaginaire. C’est poreux ; on chavire dans un ou dans l’autre. Ça peut donner un peu de vertige, le sol de la réalité se dérobe parfois.

Ce que j’ai cependant trouvé le plus étrange est la projection de la mère sur son fils : il ne sera pas un écrivain, il est un écrivain, j’ai eu l’impression bizarre que le présent s’imbriquait dans le futur. Elle va jusqu’à laisser libre une place dans la bibliothèque pour ses futures œuvres. C’est trouble, nébuleux, malsain cette attention et ambition que cette mère prête à son fils. Tout est excessif dans cette histoire. Un fait est resté dans le brouillard pour moi et c’est la relation de la mère avec Émile Ajar, son locataire qui vampire la vie de la mère et du fils ; est-il ou pas le père du garçon ?

Ce que j’ai préféré est la relation des enfants entre eux. L’ambiance est forte et convient à l’étrangeté. On s’y attend avec des enfants. Avec les adultes, c’est spécial, suis-je arrivé à vraiment m’adapter ? Ce roman ouvre les vannes de l’imaginaire, alors les amateurs de réalités terre à terre, abstenez-vous ! Par contre, ceux qui aiment les symboles, les métaphores, les excès, l’onirique, on peut aller jusqu’à dire la poésie, vous serez plus que servis, vous serez comblés.

Thème très bien abordé de l'enfermement dans lequel nous projette la pauvreté de notre vision. J’ai apprécié, par contraste avec l’étrangeté, que la plume soit alerte, habile, précise. Je suis certaine que ce n'est pas le dernier roman de cet auteur.

Sophie Cadieux a adoré !

Pleurer comme dans les films, Guillaume Corbeil, Leméac, 151 p.

6 commentaires:

Ginette a dit...

Émile Ajar : j'ai tout de suite pensé à Romain Gary.
Y aurait-il un rapport?
Je n'ai pas lu le livre.
Je le mettrai sur ma liste.

Venise a dit...

Ginette : Émile Ajar et Romain Gary sont une même et unique personne, Émile Ajar étant le pseudo. Bravo pour votre audace, Ginette !

PG Luneau a dit...

Définitivement pas pour moi, celui-là! Même s'ils en sortent une version BD!!!

Venise a dit...

Te connaissant, Pierre-Greg, je vais te dire et t'annoncer que ... que ... que tu fais bien ! C'est bien parce que je te connais bien, pour une autre personne, peut-être dirais-je, vas-y, fonce, essaie-toi !

Karine:) a dit...

Tiens... ¸a me tente, moi... est-ce que tut penses que ça me plairait??

Venise a dit...

Karine : Pour être bien franche, je ne pense pas. J'ai de petits doutes bien sûr, mais je n'oserai pas t'assurer que oui, parce que franchement l'étrangeté de ce roman est telle que j'ai l'impression que tu le trouverais un peu hermétique.

Ou, en tout cas, à emprunter. Je te le prêterais bien si on était un peu plus voisines !