lundi 6 septembre 2010

La mort attendra - André Malavoy

Finalement, La Mort attendra a attendu mon commentaire (lu voici plus d’un mois). Il ne sera donc pas à chaud. Ce n’est pas un roman, et ce n’est pas un récit à l’eau de rose, on s’en doute. C’est une partie de la vie d’André Malavoy, membre d’un des tout premiers réseaux de la Résistance française. Quant à moi, je parlerai plus d’un récit sur la résistance, point. La résistance de l’être humain à ce qu’il lui parait à prime abord insurmontable. C’est ce que je retiens de ce texte, une grande leçon, un modèle inspirant pour ma vie.

N’aurait été de la recommandation de Tristan Malavoy Racine, son petit-fils, et de l’assurance d’une « fin heureuse », ce rajout judicieux de textes sélectionnés par la famille, je serai certes passé à côté de ce pourtant très bel ouvrage. Il me semblait, comme à plusieurs, que j’en avais suffisamment entendu sur le sujet. Et pourtant ! La bêtise humaine est à découvrir sous tous ses angles, comme l’amour. Vous allez me dire qu’on se lasse moins d’entendre disserter sur l’amour, que ça coule de source, eh bien, André Malavoy, s’il a pu se rendre à l’âge respectable de 90 ans, malgré les traces laissées par les privations et les mauvais traitements, c’est qu’il était empli d’amour. D’espoir aussi, cet oxygène vivifiant qu’il a continué à respirer entre les murs suintants la mort des prisons et camps de concentration. Comment ? Oui, comment on fait pour passer au travers de la cruauté, du défaitisme ambiant, du profond désespoir des autres autour de soi ? Si vous vous posez cette question, vous allez trouver une réponse, en lisant ce témoignage. C’est la beauté intrinsèque de ce récit, et je ne crois pas me tromper en disant que, si l’auteur a consenti à descendre dans le cachot de ses souvenirs, c’est pour nous offrir de la lumière, ne serait-ce que celle de la solidarité.

Il fallait trouver le ton, je ne sais pas s’il l’a cherché longuement, mais ce que j’ai lu avait un ton juste, où je n’ai pas senti poindre d’apitoiement, de larmoiement, ou ce ton moralisateur qui joue avec la culpabilité de celui, convaincu qu’il n’y serait pas arrivé, lui. Et si la description des tortures brutes ou de celles plus insidieuses avait été trop brutale, j’aurais abandonné ma lecture. C’était le pacte fait avec moi-même ! Pour être tout à fait franche, une seule fois, j’ai tourné rapidement la page.

Par la voix de ce seul homme, j’ai appris sur l’Histoire par le détail du quotidien des prisons, sur le pouvoir bête et aveugle, sur la terreur, sur les Allemands zombis, sur la solidarité, ne serait-ce que ça, se serait déjà beaucoup mais, surtout, j’en retire la certitude que nos réserves physiques dépendent de notre attitude. De notre état d’esprit. Dans ce témoignage donné sans prétention, on apprend que l’ennemi de première ligne, quand tu pâtis à ce point, c’est toi. Ne jamais laisser tomber les bras, ils seraient trop lourd de les relever ensuite. Pour cela, André Malavoy a découvert une discipline et s’y est astreinte avec acharnement, jour après jour, seconde après seconde. Combattre l’ennemi devant lequel il ne voulait pas rendre les armes, la folie.

Vous imaginez bien que la dernière partie « Fin heureuse » est un baume sur la plaie qui a été ouverte devant nous. C’est aussi l’assurance que c’est bien vrai, cet homme a résisté et en est sorti indemne. C’est beau de s’en sortir vivant, mais si c’est avec des séquelles handicapantes ! Sa foi, son ingéniosité, sa force de volonté, sa discipline, son sens du devoir, son amour pour les autres l’ont fait traverser l'horrible épreuve sans entacher son équilibre mental. Aberrant, incroyable, mais vrai !

La famille, dont sa fille Marie Malavoy et bien sûr Tristan Malavoy-Racine, en nous offrant pour la première fois, dans cette édition TYPO, des textes de son "après"* arrivent à nous faire sentir l'apaisement qu'a ressenti André Malavoy. Et on trouve de tout en lisant cette Fin heureuse, pas seulement des bouquets de pensées, également des textes qui bouclent, complètent, pansent le témoignage de celui qui a résisté, ne laissant pas le plus beau de sa vie dans un cachot.

* « Je consacrerai aujourd'hui, comme je le fais souvent, un bon moment à une chose essentielle, faire des bouquets » tiré de la deuxième partie "Fin heureuse", p. 160.

10 commentaires:

PG Luneau a dit...

Wow! Pour un livre que tu as déposé il y a un mois, tu en parles avec beaucoup d'émotions! J'avoue qu'il peut difficilement en être autrement, j'imagine, avec un sujet si poignant!

Venise a dit...

Pierre-Greg : J'en reviens pas ! Le texte est encore tout chaud, je n'ai pas encore pris le temps de le relire en ligne ! (On dirait que c'est là que l'on trouve les fautes).

Ceci dit, oui, après un mois, il me reste une émotion ferme, ancrée en moi. Comme tu dis, difficile de ne pas être touché, mais l'angle est important, et le ton, et j'ai aimé les deux ici.

Éléonore a dit...

Intéressant, tu nous mets l'eau à la bouche.
J'ai un peu connu Marie Malavoy quand j'habitais Sherbrooke.
Est-ce que son père à vécu ses dernières années en Estrie aussi ?

Venise a dit...

Bonjour Éléonore !

D'après ce que j'en comprends dans "La fin heureuse", il habitait plutôt L'Île Bizarre. Par contre, la résidence de Marie Malavoy à St-Denis-de-Brompton était régulièrement fréquentée par toute la famille.

Lecture que je recommande chaudement.

helenablue a dit...

Oui, comme PG, je ressens une émotion intense dans ta note qui me pousse vers ce livre, chère Venise.
J'aime, j'avoue, aussi ce que tu dis de la manière de faire, amener à témoigner de choses aussi grave avec humanité n'est pas donné à tout le monde!
Je le mets sur ma liste.

Suzanne a dit...

Très touchant ton billet.
Je mets en tête de liste ce titre.

Venise a dit...

Lecture dure et intense, helenablue ! On peut aussi dire qui rejoint nos deux nations puisqu'André Malavoy est arrivé au Québec en 1951. Je viens de corriger son âge, j'avais fait une erreur, il n'est pas mort à 85, mais bien à 90 ans ! Cette oeuvre porte très bien son titre.

Venise a dit...

Comme toujours, Suzanne, ta confiance me touche.

anne des ocreries a dit...

ce livre-là, si je le croise, j'oserai m'y arrêter.

Venise a dit...

J'pense, Anne, qu'il n'y aura pas de déception en vue.

Désolé pour le retard de riposte, plusieurs chats à fouetter, à caresser aussi :-).

Je m'attelle à la tâche littéraire dans pas long !