jeudi 11 novembre 2010

Un Prix pour chaque livre

Un Prix pour notre professeur !

Notre prof d’atelier d’écriture, Michèle Plomer, ne va pas que voyager en Chine, avec cette nouvelle fraîche, la France l’attend ! Comment le dire mieux que Sylvianne Blanchette de la Librairie Vaugeois :

Nous ne pouvions passer sous le silence que l'auteure de HKPQ, notre chouchou par excellence s'il en faut un, a reçu le Prix littéraire France-Québec! Ce prix, accompagné d'une bourse de 5000 euros, aide à diffuser et à mieux faire connaître en France les romans publiés au Québec. Si ce n'est pas déjà fait, nous vous suggérons fortement la lecture de ce sympathique roman. Nous le recommandons chaudement à nos clients depuis presque deux ans maintenant et nous ne nous en lassons pas! Merci à Mme Plomer d'avoir créé de si charmants personnages comme Poissonne et de nous faire visiter Hong Kong à travers ce sublime récit!

Prix en argent sonnant

Les cinq finalistes du Grand Prix du livre de Montréal de l’édition 2010 viennent d’être annoncés. Voici les cinq potentiels récipiendaires de la bourse de 15 000 $ :

¤ Marie-Claire Blais, Marie au bal des prédateurs (Boréal)
¤ Louis Hamelin, La constellation du lynx (Boréal)
¤ Perrine LeBlanc, L’homme blanc (Le Quartanier)
¤ Miguel Syjuco, Ilustrado (Penguin)
¤ Élise Turcotte, Ce qu’elle voit (Noroît)

C’est le 16 novembre que nous connaîtrons le lauréat de la bourse de 15,000 $. Je ne voudrais pas décourager personne en le disant, mais se frotter à La constellation du lynx, hum ... ce sera pas évident de s’en tirer gagnant. Même si j’essaie d’éviter les pavés (600 pages), je vais être « obligé » de le lire celui-là !

Prix en devenir

Aujourd’hui est la première journée de délibération du jury pour le Prix des Libraires. C’est mon prix chouchou, sans vraiment trop savoir pourquoi. Peut-être parce que je le sens plus près de moi, peut-être est-ce parce qu’il m’apparait avoir une incidence plus marquée sur les ventes, peut-être parce que l’opinion des libraires m’importe ... enfin, j’imagine que c’est pour tout ça !
Donc, une palpitante histoire à suivre pour moi et ... pour nous ?

C’est pas chouette !!! - - -Tiré du magazine Le Libraire :

Un scandale aussi tragique qu’absurde a éclaté la semaine dernière en Inde. Selon le ministre de l’Environnement du pays, Jairam Ramesh, le succès d’Harry Potter menacerait en effet la population de chouettes d’Inde.

Dans Harry Potter à l'école des sorciers, une chouette au plumage blanc nommée Hedwige est offerte à Harry pour son 11e anniversaire. L’oiseau majestueux devient, jusqu’au dernier tome de la série, le fidèle compagnon du jeune magicien.
Or, la fascination pour la saga de J.K. Rowling pousserait les jeunes lecteurs du monde entier à exiger leur propre chouette Hedwige, faisant accroître de façon inquiétante la contrebande d’oiseaux provenant de l’Inde.

Pour le ministre de l'Environnement, la chute de la population de chouettes serait ainsi causée par la vente de ces volatiles offerts aux enfants en guise de cadeau d'anniversaire.
Informée de la situation, Rowling en personne est intervenue pour demander au peuple de cesser cette exportation, rappelant l’aspect cruel de ce commerce.

Illustration tiré de ce site

12 commentaires:

Ginette a dit...

Je ne sais pas si je lirai La constellation du Lynx.

J'essaie de lire les articles de Louis Hamelin dans Le Devoir et j'y arrive à peine.
Il est très volubile et ses phrases sont longues.
J'ai longtemps eu sur mes tablettes La rage que je n'ai jamais pu lire jusqu'au bout.

anne des ocreries a dit...

ça en fait, tout ça, des livres à lire !
j'aatends avec impatience de connaître les lauréats....
Et je pense à ces pauvres chouettes, victimes d'un best-seller.....quelle tristesse ! des oiseaux qui aiment tellement à vivre libre ! Evidemment, nous avons tous rêvé Hedwige ! mais de là à....ces parents sont inconscients ! ça me désole, qu'on perde toute raison dès qu'un enfant exprime un souhait ! On devrait mieux savoir dire "non", ça ne leur fait pas de bien tout ça. ça ne fait pas de bien au monde.

Venise a dit...

Ginette : À chaque fois que je feuillette la Rage, j'hésite pour les mêmes raisons. Mais cette fois, je suis si motivée, je vais passer à travers ... enfin, je l'espère !

J'ai beaucoup votre photo, Ginette.

Venise a dit...

Anne : Si je laisse parler mon idéalisme naturel, je compterais sur le fait que des parents qui donnent la vie seraient les premiers à la respecter. Pas le cas :-(

Venise a dit...

Ginette : Il manque un "me" ... J'aiME votre photo !

Ginette a dit...

Merci pour la photo. Elle fut prise en Allemagne.

Nomadesse a dit...

Mmm... Les gens sont parfois très inconscients pour "réaliser les voeux" de leurs enfants, qui ne sont malheureusement pas toujours conscients des conséquences de leurs demandes.
En fait, ce serait une bonne occasion pour les parents d'expliquer la situation, mais bon...

Je sais que le même problème s'était posé avec le poisson-clown en Australie, après le film "Finding Nemo".

Au moins, quand la mode est aux dinosaures, on n'a pas trop de risques...!

Venise a dit...

Nomadesse : Oui, oui, vivement la mode des dinosaures ! J'ai un chum pour qui en a fait sa mode, il possède une collection enviable. En gros caoutchouc dur.

ClaudeL a dit...

Pas beaucoup le temps de commenter, à peine de lire.
Je pense aussi que Louis Hamelin va l'emporter, même si des fois je me demande si une femme est capable de le lire en entier. Y a des auteurs comme ça. Tout comme il y a des livres que les hommes ne lisent pas.

Venise a dit...

ClaudeL : Je vais essayer d'être cette femme !

Que la grâce du temps tombe sur toi !

Max Férandon a dit...

Bonjour Venise,

J'aimerais bien, moi aussi, suivre les ateliers d'écriture de Michèle, mais j'habite dans les Cantons de Labeaume, vous savez ce merveilleux pays des rêve.
Je m'installerais au fond de la salle et je ferais des ratures, je suis un ratureux, que voulez-vous..
Et puis j'écrirais sur la table, j'aime bien écrire sur les tables. J,ai toujours pensé qu'il vaut lire une bonne table qu'un mauvais livre, non..

Moi non plus je ne comprends rien aux articles de Louis Hamelin. J'ai beau faire le tour, essayer de trouver une porte d'entrée,
transversalement, diagonalement, avec un foret de tungstène, en me faisant passer pour un courtier d'assurance, un livreur de pizzas. Rien, impossible de rentrer dans ses articles, trop hermétique. Ah si, il me reste tout de même une solution, aller boire un verre de rouge qui pique avec lui.
amitié à tous

Arsenul a dit...

Moi aussi j'adore le prix des libraires qui est le juste milieu entre la critique et les ventes. Je ne lis pas que les gagnants, il y a parfois de jolis bijous dans les finalistes.