samedi 11 décembre 2010

Vague littéraire

Je cueille du beau dans facebook. Ce matin, ces mots de l’écrivaine Johanne Seymour, son petit dernier Vanités :

Jusqu'au 21 décembre, je vais vous suggérer 10 livres à donner en cadeau à Noël. Pourquoi? Parce que donner un livre, c'est...

Offrir un voyage sans avoir à payer l'avion et l'hôtel
Donner un conseil sans se creuser personnellement la tête

Partager un plaisir à distance

Manger des yeux sans engraisser
...
Déclarer son amour alla Cyrano
Apprendre sans aller à l'Université
Et même parfois baiser sans partenaire!


J'aimerais tellement que ceux qui ne lisent jamais découvre le plaisir qu'il y a à plonger dans un livre. Dans ma vie, cette expérience a été plus d'une fois salvatrice. J'ai envie de partage littéraire pour Noël...

* * *
Gentiment, elle m’a donné la permission de reproduire ses mots ici. En fait, ce qu’elle ne sait pas est que je ne pouvais trouver meilleure introduction pour la dernière mise à jour du « Défi Plume québécoise », initiative de Suzanne du blogue littéraire « Entre les lignes ».

Dans un billet qui en faisait le bilan, j’ai scruté à la loupe... euh, plutôt à la calculatrice, les blogues qui y ont participé jusqu’à date. J’en ai répertorié 15 qui se divisent en 9 québécois, 5 français, 1 que je n’arrive pas à identifier.

C’est étonnant, réconfortant, et je l’espère invitant !

Mais pour vous dire franchement le chiffre qui m’a le plus étonné, assez pour calculer et recalculer, est le nombre de livres québécois que la fameuse initiatrice Suzanne a lu : 120 livres !!! en un an.

Elle a dû dresser ses trois listes en trois billets :
À à D
E à N
O à Z.
En tout cas, j’ai eu de la lecture hier ! De la lecture sur la lecture. Je savais qu’elle en lisait abondamment, mais je n’avais jamais réalisé que c’était à ce point. Comme il m’est arrivé de sauter de ces commentaires de lecture, je me suis un peu reprise hier.

Laissez-vous inspirer. Parce que donner un livre c’est ...

Donner un conseil sans se creuser personnellement la tête Partager un plaisir à distance Manger des yeux sans engraisser ...Déclarer son amour alla Cyrano Apprendre sans aller à l'Université Et même parfois baiser sans partenaire

Johanne Seymour, auteure de Vanités

11 commentaires:

Anonyme a dit...

Courrier du coeur pour Venise...

Moi,j'ai un problème.

Mes filles lisent. Beaucoup. Presqu'autant que leur mère mais voilà il y en a une qui lit surtout en anglais because sa mère trouvait important qu'elles parlent l'anglais. Parce que sa mère baragouine l'anglais. Et cela la frustre. Et maintenant qu'on se mondialise...
Elle n'a rien forcé pourtant juste incité ses filles à apprendre l'anglais car on sait qu'en notre Amérique du Nord c'est important.
Alors ses filles sont bilingues. Bravo!
Et il y en a une qui ne lit qu'en anglais.

Que faire?

ClaudeL a dit...

merci de me rappeler ce défi. J'ai quand même lu deux ou trois autres livres, mais sans les commenter sur mon blogue.
Je devrais indiquer les livres que ma co-blogueuse lit, elle lit beaucoup plus que moi, finalement.

manouche a dit...

C'est bon de lire dans la langue de l'auteur, je me régale avec tous les hispanos!

Venise a dit...

Oh là là ... pas facile de trouver une réponse adéquate à cette requête qui vient du coeur.

Je serais tenté d'envoyer le cas à la fée de étoiles, mais si je m'essaie à répondre en me demandant qu'est-ce que je ferais, moi, dans un tel cas. Eh bien, je ne lui en parlerais plus, qu'elle ne sente aucune insistance, car on sait que pour s'affirmer certains jeunes pratiquent avec art (ou même sans art !) leur esprit de contradiction.

Et pendant ce temps de silence, ou de trêve !, je sortirais ma loupe de détective et j'observerai de près les goûts de ma fille. Et un de ces jours, sans crier gare, je lui arriverai avec le livre "idéal", selon mon étude, en français.

Il s'agirait qu'elle en aime deux, trois comme ça en français pour qu'elle s'ouvre. À mon humble avis d'humble humaine à l'esprit teinté d'idéalisme.

Venise a dit...

ClaudeL : C'est vrai que le Défi s'étend sur une si longue période que ça porte à oublier.

Mais la vague québécoise sévit toujours ...

Venise a dit...

Manouche : Chacun y allant avec ses goûts !

Suzanne a dit...

Tu ne sais pas mais c'est par ton blogue que j'ai eu le goût aussi de partager mes lectures. Tes mots glissant au fil de tes billets concernant la littérature québécoise sous toutes ses formes sont pour moi une référence incontournable.
Merci d'être là.

Jules a dit...

Bébé a reçcu deux livres du Père Noël aujourd'hui... qu'il avait déjà!!! Je n'ai rien dit pour ne pas passer pour la maman "freak"... Je vais les offrir à mon tour!

Mylène Lavoie a dit...

Merci pour les liens vers Pause Lecture. C'est très apprécié !

Venise a dit...

Mylène : Ça me fait plaisir. J'y suis retourné et il y a tant à voir et à lire. Beau travail !

anne des ocreries a dit...

Oh, Oui ! sans les livres, je n'aurais jamais survécu. Ils ont été, et sont encore, mon carburant, mon ossature, ma bouée de sauvetage, mon horizon.
Les livres. Ces mondes si salvateurs.