mercredi 12 janvier 2011

"Haïti, mon pays"

J’écris ce commentaire le 12 janvier, journée commémorative du séisme, ce qui donne encore plus de sens à cette lecture qui en avait pourtant déjà un.

J’ai cet album entre les mains depuis plus d’un mois. Je le trouve tellement magnétique que j’ai été incapable de le déposer à plat. Je l’ai installé debout, comme un tableau. En fait, c’est un tableau. Regardez cette couverture qui étonne par son charme indéfinissable. Eh bien, il y en a 15 autres à l’intérieur. Ces tableaux ont été peints par Rogé et représentent les 15 enfants (incluant Janaïe Orgella de la couverture) et leur professeur. Parce que oui ce sont des élèves de 11 à 16 ans qui ont écrit ces poèmes inspirés par leur pays. Aussi bien dire leur environnement immédiat.

Ces poèmes se lisent rapidement. C’est une poésie de base, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne révèle pas beaucoup, comme tout ce qui se présente sans filtre. Ces enfants nous en apprennent plus qu’un discours de mots savants.

La grandeur d’un poème ; il ne vit pas pour convaincre. Il est, point à la ligne. Dans ce cas-ci, ils passent par le cœur, pourrait-on dire par le corps de ces enfants pas choyés, en tout cas pas de la même manière dont nous le sommes. Il est important d’ajouter que tous ses poèmes ont été écrits avant le séisme. Malgré tout, on y trouve ce qui m’apparait un haïkus, composé par Annie Hum, 11 ans

Pays magnifique devient
Terre brisée
Tous les sourires se perdent

J’aimerais pouvoir vous montrer son tableau « portrait », vous verriez dans son regard une maturité hors du commun.

C’est cependant l’unique strophe qui fait allusion à une catastrophe, tous les autres posent un regard serein et joyeux sur les arbres fruitiers, la verdure, la nature, le soleil, la pluie, les fleurs, les couleurs. Mais là n’est pas le principal de leur propos, celui qui revient inlassablement est leur habitat.

« C’est là qu’on retrouve la vraie vie
Où l’on respire un air pur
Où les cabanes entourées de belle verdure
Embellissent les fleurs multicolores »
Ricardo Jocelyn, 16 ans

Frappant, non, que ce soit les cabanes qui embellissent les fleurs ? ...

« À la campagne
Voyons cette chaumière de paille et terre
Petit abri des gens humbles
Heureux de vivre sur la terre des ancêtres
Petite maison de pierres
Où respire l’air frais d’une innocente nature »
Dismy Borgela, 14 ans

Encore une strophe de Marie-France Étienne, 14 ans:

Petite demeure
En bois ou en béton
En tôle ou en paille
Entourée de fleurs et d’arbres verts
Accueille les enfants après l’école


Judson Éliona, 15 ans, a été peint les yeux fermés, sa figure irradie d’un bonheur extra-terrestre. Il termine son poème par ses mots ...

Tout naît, tout vit, tout périt
Cette nature, beauté exceptionnelle,
Je la voudrais immortelle


Informations complémentaires :
Préface de Dany Laferrière
Projet spécial élaboré par Rogé, la Fondation du Renouveau Pédagogique à Camp-Perrin (FRPCP) et les Éditions de la Bagnole.
Les tableaux seront exposés à la librairie Monet du 13 (demain !) au 31 janvier 2011.
La FRPCP est une organisation sans but lucratif dont l’objectif est de promouvoir et d’entretenir la renaissance de la science de l’éducation à Camp-Perrin (petite ville du sud de la République d’Haïti). La finalité de la FRPCP est de faire de Camp-Perrin un pôle de formation pédagogique.
En janvier 2011, les Éditions de la Bagnole lanceront ce livre à Port-au-Prince dans le cadre du Festival Étonnants Voyageurs.

Andrée Poulin eu l'idée de parler de cet album avant moi !
Et Jules se livre aussi.

4 commentaires:

manouche a dit...

Merci , Venise, ces poèmes enfantins sont plus touchants que les discours commémoratifs,politiquement standardisés.

Ginette a dit...

Je trouve très jolis tous ces poèmes.
Et l'illustration de la page couverture me plaît beaucoup. Je vais certainement essayer de mettre la main sur cet album.

Jules a dit...

C'est un très beau livre! On a peine à imaginer tant de beauté dans un pays si ravagé n'est-ce pas?!

anne des ocreries a dit...

Ils vont à l'essentiel, ces petits, à l'essentiel qui est de vivre et de voir, vraiment voir, avant toute chose. Cimbien de temps, avant que le monde que nou fabriquons ne les rejoigne et ne tue leurs rêves ? combien de temps, avant la résignation des "gagne-jamais" ?
Ces extraits donnent envie, envie de lire ce livre. Cet album est un hymne au bonheur.