dimanche 16 janvier 2011

L'enchevêtrement des liens

Les liens, c’est révélateur
Depuis le temps, vous savez que je me balade sur facebook. Je ne vous ferai pas croire que c’est seulement pour prendre le pouls des courants de pensées, c’est pour ça.... entre autres. Dernièrement, Jean Barbe a sorti un article «Parler des nôtres » qui a non seulement fait jaser plus qu’à l’accoutumée mais il a été abondamment repris : 212 fois sur Facebook et 19 fois sur Twitter.

Pour moi, ce lien est incontournable. C’est un papier (expression bientôt désuète) qui soulève la question de la critique littéraire, et plus précisément la critique de la littérature de chez nous. Voilà pourquoi je reprends ici ce lien.


Un lien sémantique
Autre lien incontournable est celui que j’entretiens avec Les Correspondances d’Eastman, un lien de sang ! Le sang de la passion pour la lettre en son sens large. Un lien sémantique en plus : le Passe-Mot et le Passe-Livres. Sachez que le Passe-livres, cette bouquinerie modeste et chaleureuse a rouvert ses portes après le congé des fêtes. La sélection de livres se bonifie de jour en jour, pour vous, passant ou résidant.


Trois « petits » défis littéraires
J’ai bien dit « petit », de là le charme. Certains amateurs aiment commencer par la première marche avant de grimper dans les sphères vertigineuses d’une nouvelle ou du roman primée ou publiée. Si vous aimez écrire sans prétention, que vous en êtes à apprécier une stimulation de plus, il y a du nouveau au Prix littéraires de Radio-Canada. Un texte de 250 mots sur des thèmes à la portée de l’inspiration, le premier se terminant aujourd’hui à 16 h était « Enfances extraordinaires ». L’équipe qui a fait la présélection a déjà mis en ligne un texte qui a été écarté mais qu’ils ont aimé.

Le prochain défi du 24 janvier est pour vous. Et si le thème (pas encore sorti) ne vous inspire pas, ce sera celui du 7 février. En plus de votre fierté personnelle, vous gagnez l’honneur d’être publié sur ce site ma foi très fréquenté. Pour du plus concret, un ipod sera remis au gagnant de chacun des trois défis.

Ce que je trouve sympathique dans ces nouveautés se sont les auteurs qui s’expriment sur cette section nommée "À l'affiche". Stéphane Dompierre a commencé une série de courtes chroniques (2 jusqu'à date en raison d'une par jour). C'est d’ailleurs lui qui détermine le gagnant en le sacrant son coup de coeur. Ça rend le site plus dynamique. Auparavant, après le déroulement et le dévoilement du réputé concours et ses trois catégories ; nouvelles, essais, récits (prix de 6 000 $ et 4 000 $ chaque catégorie), le site tombait mort.

Excès de liens
Je me rends. Je vais être obligé de vous faire écrire des lettres qui n’ont pas de sens, sans dessus dessous, pour détecter si vous êtes un robot. Ça fait des mois et des mois que je reçois d'incessants spams sous n’importe lequel de mes billets. Pour la majorité, vous ne les voyez pas, ils sont bloqués par Blogger, ce qui ne les empêche pas de transiter par ma boîte à courriel. Je les efface un à un. Je me résigne donc à ajouter l’étape de la boite à 8 lettres à transcrire. Désolé, on s’habitue, presque tous les sites que je fréquente en ont maintenant, même le Voir ! L'envers du décor informatique.

En souhaitant fortement que cette étape ne sera pas une raison de ne pas me laisser de vos messages que j'apprécie tant !

12 commentaires:

anne des ocreries a dit...

T'en fais pas, Venise, c'est pas ton mot de vérif' qui va m'arrêter ! je suis aguerrie aux subtilités de la pose de commentaires, héhé, et je gage qu'il y aura parfois de quoi bien s'amuser, car il arrive que le mot de vérification tombe fort-à-propos. J'ai pas bien compris ces histoires de concours ? qui fait quoi où , comment ?
Je devrais peut-être suivre les.....liens, qui m'en diront plus ? :)

Ginette a dit...

J'ai bien aimé l'article de Jean Barbe.

Venise a dit...

Anne : Trois défis, trois textes de 250 mots sous trois thèmes différents. Le premier "Enfances extraordinaires" est déjà chose du passé puisqu'il se terminait à 16 h. Les deux autres sont à venir. À surveiller. J'en reparlerai. C'est pour toi :-) ces défis !

Merci de ne pas avoir peur de l'étape des mots pour me laisser un message (sourire). C'est pas si pire finalement, moi aussi, il m'arrive de m'amuser avec ces mots qui tombent pile poil !

Venise a dit...

N'est-ce pas, Ginette ? J'ai aussi beaucoup aimé la réaction à son billet. C'est loin d'être tombé dans l'indifférence ...

Suzanne a dit...

Quel beau et billet d'où ressort une vérité, peut-être dure pour quelques auteurs, mais ô combien nécessaire.
Et pourquoi pas ajouter ces mots d'un auteur inconu: «Parlez-en en bien, parlez-en en mal mais parlez-en!
Merci Venise de ce partage.

Suzanne a dit...

Oup's : à retire s'il te plait. le Et entre beau et billet. Merci

Sylvie a dit...

Un petit mot de vérification pour pouvoir te répondre ? Pff! Ça va prendre plus que ça pour m'arrêter. ;)
Beau billet, Venise. Les liens et leur force sont des sujets... révélateurs. Le terme que tu utilises est bien choisi.
Merci de me stimuler avec tes suggestions.

helenablue a dit...

J'ai repris ton " lien " sur mon espace tant je trouve ce texte juste sur la critique littéraire et valable pour la critique en général agrandie à toutes les formes d'art qui réclament toutes une exigence particulière d'où l'intérêt d'avoir des regards des uns et des autres sur le travail fourni et sur ce que provoque la matière créatrice sur chacun.

Crois-tu que j'ai une petite place aussi pour ces défis?
:-)

Venise a dit...

Suzanne : S'il y a une personne dont j'étais certaine qu'elle apprécierait, c'est bien toi ! Avec tout ce que tu mets de coeur pour "Parles des nôtres" !

Venise a dit...

helenablue : Oh que j'aimerais que tu te lances ! C'est un tout petit saut pour toi. Tu as déjà l'art de t'amuser avec les mots et les idées. Le plaisir des mots, l'ingrédient principal, rajouté à de la passion, du vécu, de l'intensité, brassez le tout, et vous survolerez l'univers bleu d'Hélène.

Venise a dit...

Sylvie : Je suis quasiment gênée, je me suis encore fait prendre !!! Pas Karuna, tu n'es pas Karuna ! Je la trouve tellement sympathique cette Sylvie, je me dis toujours mais qui dont se rajoute à mes lecteurs et est si sympathique !

Je t'annonce que c'est la dernière fois (my god, je m'embarque là !).

Maxime a dit...

Ne t'en fais pas Venise, ce ne sont pas huit lettres qui vont nous arrêter!