mardi 25 janvier 2011

Les finalistes du Prix des Libraires !

Je m'empresse de publier une grande partie du communiqué que je viens de recevoir à l'instant. La cérémonie du dévoilement était aujourd'hui à 10 h 30 à la Grande Bibliothèque. C'est tout frais !

CATÉGORIE ROMAN QUÉBÉCOIS
¤ Je voudrais qu’on m’efface, Anaïs Barbeau-Lavalette (Hurtubise)
¤ La canicule des pauvres, Jean-Simon DesRochers (Les Herbes rouges)
¤ La constellation du lynx,Louis Hamelin (Boréal)
¤ Réussir son hypermodernité et sauver le reste de sa vie en 25 étapes faciles, Nicolas Langelier (Boréal)
¤ Petite armoire à coutellerie, Sabica Senez (Leméac)

Mon commentaire :

Ma surprise "Réussir son hypermodernité...". Bien sûr que personnellement, j'aurais gardé "Les larmes de St Laurent". Sur facebook, j'ai déjà fait mes prévisions sous un commentaire d'un libraire faisant partie du comité : La constellation du lynx" va remporter.

Faites les vôtres... c'est toujours amusant !

Je vous transmet la liste AVANT la sélection d'aujourd'hui :

¤ Je voudrais qu’on m’efface, Anaïs Barbeau-Lavalette (Hurtubise)
¤ Paul et Claudel, Daniel dÄ (Hurtubise)
¤ La canicule des pauvres, Jean-Simon Desrochers (Les Herbes rouges)
¤ Les larmes de saint Laurent, Dominique Fortier (Alto)
¤ La constellation du lynx, Louis Hamelin (Boréal)
¤ Ceci n’est pas une histoire de dragons, Mathieu Handfield (Ta mère)
¤ Réussir son hypermodernité et sauver le reste de sa vie en 25 étapes faciles, Nicolas Langelier (Boréal)
¤ La petite et le vieux, Marie-Renée Lavoie (XYZ éditeur)
¤ L’Homme blanc, Perrine Leblanc (Le Quartanier)
¤ La ballade de Nicolas Jones, Patrick Roy (Le Quartanier)
¤ Petite armoire à coutellerie, Sabina Senez (Leméac)
¤ Attraction terrestre, Hélène Vachon (Alto)

*******************************************************************
Pour les personnes qui s'intéressent à ces titres annoncés aujourd'hui :

CATÉGORIE ROMAN HORS QUÉBEC
¤ Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, Mathias Enard (Actes Sud)
¤ L’homme inquiet, Henning Mankell (Seuil)
¤ Purge, Sofi Oksanen (Stock)
¤ Rosa candida, Audur Ava Ólafsdóttir (Zulma)
¤ Sukkwan Island, David Vann (Gallmeister)

Composé uniquement de libraires, le comité de sélection soumettra dès aujourd’hui cette liste à tous les libraires du Québec, qui éliront, le 9 mai prochain, le gagnant de chacune des catégories. Rappelons que l’ensemble des libraires québécois, issus des librairies indépendantes, des coopératives en milieu scolaire, du Groupe Archambault, du Groupe Indigo et du Groupe Renaud-Bray, seront appelés à voter.

La cérémonie de remise aura lieu le lundi 9 mai 2010 à 19h au Lion d’Or à Montréal. Lors de cet événement, le lauréat québécois se verra attribuer une bourse de 2 000 $ du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, ainsi qu'une oeuvre de l'artiste Louis-Georges L'Écuyer, que recevra également le lauréat hors Québec. De plus, l'Association internationale des études québécoises (AIEQ) offre au lauréat québécois la possibilité de faire une tournée de promotion dans l'un des pays étrangers où elle a des membres. Le dévoilement sera agrémenté d’une mise en lecture d’extraits des œuvres finalistes par des comédiens de renom, dont Catherine Trudeau.

Au sujet du Prix des libraires du Québec
Le Prix des libraires du Québec joue un rôle essentiel dans la reconnaissance de la littérature et la promotion de la lecture et de la culture d’un bout à l’autre de la province. Il valorise la mission du libraire, qui consiste à inviter et à guider son client sur le terrain de la curiosité, du savoir et de la culture, et il encourage la fréquentation des librairies. Depuis sa création en 1994, l’événement a permis de souligner le travail remarquable de cent soixante-dix finalistes et de récompenser l’imagination de trente-quatre lauréats, en plus d’attribuer une mention spéciale en 2007. En 2010, ce sont Dany Laferrière (L’énigme du retour, Boréal) et R.J. Ellory (Vendetta, Sonatine) qui ont remporté les honneurs. Le Prix des libraires du Québec a un impact considérable en librairie, où plus de 3 000 exemplaires supplémentaires de chaque œuvre primée sont écoulés au cours des semaines qui suivent le grand dévoilement.

Le Prix des libraires du Québec est aussi fier d’annoncer que son site Internet sera entièrement revitalisé, pour plus de convivialité et de dynamisme.

* * *

Un mois de mai, c'est si vite arrivé !

Rajout de dernière heure, tiré d'un article du Devoir - 26 janvier :

Geneviève Caron, libraire au Renaud-Bray de Côte-des-Neiges, qui participait cette année au comité de sélection, n'a pas caché que les discussions ont été serrées pour écrémer la liste préliminaire de 24 titres. Ainsi, L'Homme inquiet, Rosa candida et Suite(s) impériale(s) (Robert Laffont) de Bret Easton Ellis ont reçu le même nombre de points, mais le Easton Ellis n'a finalement pas fait la finale.

Côté québécois, Ceci n'est pas une histoire de dragons (Ta mère) de Mathieu Handfield, L'Homme blanc (Quartanier) de Perrine Leblanc, Les Larmes de saint Laurent (Alto) de Dominique Fortier étaient ex aequo avec le premier roman de Nicolas Langelier, comme le dévoilait Geneviève Caron. C'est Langelier qui aura finalement remporté sa place en finale.

23 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Voui, c'est vite arrivé, un mois de Mai....surtout le mois de Mai " 2010", Venise...!!! ☺
ça risque d'être serré, dis donc !
Perso, je voterais pour "la canicule des pauvres", que j'ai envie de lire depuis un moment, par pure curiosité. C'est le titre qui me fait de l'effet, je crois.

ClaudeL a dit...

N'en ai lu aucun, ai entendu parler de presque tous, mais aucun ne m'attirait assez fort. J'ai lu Les Larmes de Saint-Laurent... Si ce n'était que de moi, je n'attribuerais pas le prix cette année!. Honnn.

Ginette a dit...

Moi j'ai lu petite armoire à coutellerie mais j'ai été déçue.

Isabelle a dit...

Je suis déçue des collègues libraires. Drôles de choix. Comme s'ils voulaient jouer la surprise. Je ne voterai pas cette année.

Venise a dit...

En plus, Anne, lire la Canicules des pauvres, c'est s'asseoir pendant un bon bout de temps avec un livre à la main, c'est avoir plusieurs histoires pour le prix d'une !

Mes valises vont être lourdes quand je vais aller te voir !

Venise a dit...

Tu dis ça, ClaudeL mais être en situation de ... tu ferais un choix j'en suis sûre.

Venise a dit...

Ginette : Il faut s'attendre à autre chose qu'un roman classique avec Petite armoire à coutellerie. Peut-être n'étiez-vous pas prête, trop prise par surprise ? Personnellement, j'ai dû m'ajuster au début.

Venise a dit...

Isabelle : Pour être surprenant, ce l'est un peu. Mais d'un autre côté, j'entends les échos de certains libraires et les discussions me semblent se faire avec coeur et honnêteté. Je serai porté à croire que c'est vraiment leur goût, même s'il y a dû avoir des concessions comme pour n'importe quel groupe qui a des choix à mettre en commun.

Si les titres ne vous tentent pas, y a pas grand chose à y faire j'imagine ! Merci de votre commentaire.

Line a dit...

Suis d'accord avec toi Venise. Louis Hamelin devrait être récompensé. Suis aussi surprise que toi par le choix de conserver «Réussir son hypermodernité...» (qui plaît sans doute beaucoup plus au moins de 35 ans, sans enfants, etc.). Enfin, Rosa Candida est certes le plus joli roman que j'ai eu à lire cette année. Je lui souhaite beaucoup de nouveaux lecteurs, tout comme à Louis.

Sylvie a dit...

Ton billet me rappelle que l'on m'a fortement conseillé de lire Rosa Candida. C'est le cosmos qui t'utilise pour m'envoyer un signe ? ;)

Venise a dit...

Line : Je viens de rajouter un extrait du très intéressant article dans le Devoir dont voici un extrait :
Ainsi, L'Homme inquiet, Rosa candida et Suite(s) impériale(s) (Robert Laffont) de Bret Easton Ellis ont reçu le même nombre de points, mais le Easton Ellis n'a finalement pas fait la finale.

Tu vois qu'il aurait pu arriver la même chose à Rosa candida qu'à L'homme blanc. Ça doit être assez choquant pour les auteurs qui apprennent après coup que leur titre était ex aequo et qu'ils ont passé à un fil de se faire remarquer... et acheter !

Venise a dit...

En plus, Sylvie, Line qui l'a lu le recommande. Et Line est vraiment une grande lectrice. Oui, prends-le pour un signe et donne m'en des nouvelles surtout !

Anonyme a dit...

C'est un peu insultant en effet pour les auteurs. Le prix des libraires semble parti sur une drôle de note.

Venise a dit...

Pendant qu'il y a un Anonyme qui parle posément ça me fait plaisir de lui répliquer.

Je crois en effet que vous touchez un point. Par facebook, et mes nombreux liens avec les auteurs, on s'exprime en ces termes "une vraie claque dans la face !".

Ginette a dit...

Non c'est parce que j'avais lu son premier livre qui était supérieur à mon avis.

Réjean a dit...

J'ai déjà trouvé que ce prix faisait preuve d'audace. Mais quand Laferrière l'a gagné l'an passé, je me suis dit que c'était un prix comme un autre pour faire un choix aussi prévisible et convenu.
Par contre, j'aimerais comprendre le fonctionnement du vote. J'avoue être perplexe deavnt le fait qu'autant de titres aient pu arriver à égalité cette année. Venise, il y a une enquête à faire...

anne des ocreries a dit...

j'en ai des frissons dans le dos quand je pense qu'un jour on va se voir " en pour de vrai" ! :))

Venise a dit...

Hé là, Anne, je ne veux pas te donner froid dans le dos ;-) !

Venise a dit...

Réjean : Ce que j'ai entendu dire par un libraire qui était sur le comité, ils étaient sept à sélectionner les 5 titres sur les 10. Sept ! Il me semble tellement que c'est peu de personnes. Peut-être que ce chiffre restreint amplifie les possibilités d'ex-aequo.

Si j'ai bien compris, à la première étape (les dix), ils sont plusieurs, à la deuxième, ils sont sept, et à la dernière, ils reviennent à plusieurs.

Ma conclusion est que sept c'est vraiment pas très représentatif. Au moins douze je dirais. Le fameux douze.

Réjean a dit...

Effectivement, il y a un problème. 7, ça me semble peu vu la grande quantité de titres. Et comment sélectionnent-ils les finalistes ? À l'issue de pourparlers? Avec un système de pointage? En votant tout simplement ?

Suzanne a dit...

Hon je n'ai lu que «Les Larmes de Saint-Laurent» et «La Petite et le vieux». Difficile de faire vraiment un choix.

Venise a dit...

Réjean : Comme il y a des informations contradictoires qui circulent, j'ai posé la question en bonne et due forme. J'attends une réponse. J'aimerais bien le savoir une fois pour toutes !

Je me promets de lire les 5 titres, j'espère que j'y arriverai.

Venise a dit...

Suzanne : Difficile oui, on y va au pif !