jeudi 9 juin 2011

Récréation : L'histoire dans une histoire

Depuis septembre 2009 que Miam miam fléau est sorti en librairie, je n’ai pas demandé de dédicaces à Marsi, mon mari, l'auteur de cette bande dessinée à laquelle j'ai pourtant collaborée, à la couleur, entre autres. Il y a bien quelques albums dans un fond de boite, mais je n’ai pas le sentiment qu’ils m’appartiennent. Mais depuis hier, les choses ont changé et ce ne fut pas simple du tout.

Voici environ un mois, nous avons soupé avec notre explorateur BD, PG Luneau de la Lucarne à Luneau. Celui-ci, profitant de l’absence de Marsi, me glisse à l’oreille qu’il a vu dans une bouquinerie un album dédicacé. Je vois que PG parle à voix étouffée (lui, qui a habituellement une voix tonitruante), j’en déduis qu'il est désolé qu'une personne se soit débarrassée d'un album agrémenté d'un superbe dessin que Marsi ajoutait en guise de dédicace. Il prend garde que cette info n'arrive pas aux oreilles du créateur. De mon côté, je n’avais qu’une curiosité ; connaître le nom de la personne qui avait vendu son album. Rien à faire, PG ne s’en souvenait pas, il lui semblait même qu’il n’avait pas vu de nom accompagnant le dessin, signé Marsi. Pas de nom ? Il venait de me donner un indice majeur. Il n’y avait que les albums destinés aux libraires qui étaient restés anonymes. Fébrile, je lui demande à quoi ressemblait la dédicace. Je sens mon ami perplexe ; à quoi ça sert, comment se rappeler d'une dédicace quand on en a dessiné près de deux cents ! Il s’aventure à une description, un peu surpris de voir que je m’y intéresse à ce point. Il y avait des enfants, plusieurs enfants, qu’il lui semble. Ça me dit quelque chose, je crois m’en souvenir, et si c'est celle que je pense, c’en est une que j’aimais particulièrement. Je trouvais chanceux celui ou celle qui allait la recevoir. Quand mon mari réapparait, je lui explique le cas, il est un peu surpris mais pas offusqué et, surtout, il est affirmatif, c’en est une tirée du lot destiné aux acheteurs dans les librairies.

Quelques jours plus tard, je reviens à la charge auprès de PG, j'ai réfléchi, je ne veux pas laisser moisir cette "oeuvre d'art" dans un bac de bouquinerie ! Où a-t-il vu cette bande dessinée ? Il fouille sa mémoire, me donne le nom d’une des trois bouquineries qu’il a visité ce soir-là. Je m’empresse d’appeler. Le libraire va vérifier, il connait cette bande dessinée (wow, comme Marsi est connu !). Il revient avec cette réponse "Non, je ne l'ai pas. Mais êtes-vous Venise ?" Je me dis qu’il va m’apprendre qu’il lit Le Passe-Mot. Non, il ne connait malheureusement pas le Passe-Mot mais il connait Marc Simard, le MARSI en question, puisqu’il était à son mariage. À notre mariage donc !?! Un collègue illustrateur que Marsi avait perdu de vue. Quand même incroyable ! J'ai trouvé plus que ce que je cherchais !

Mais ça ne me donne pas l’album convoité. Je reviens à la charge auprès de PG qui, entre-temps a réfléchi et réalisé son erreur. Il ne m'a pas donné la bonne librairie. Il rectifie le tir. Cette fois, je n'ai pas le temps d'appeler, qu'il me réécrit, il s'est encore trompé, c'est une autre et il en est maintenant certain. J'appelle. Enfin, quel fameux hasard (!), le libraire m’annonce fièrement qu’il a ce titre, m'en fait l'éloge, elle est à l’état de neuf. Je lui demande de l’ouvrir et de vérifier s’il y a une dédicace. Il me répond qu’il n’en voit pas mais qu’il y a un dessin. Hum ... Je lui demande qu’est-ce que le dessin représente. Des enfants ... c'est ça, des enfants, pour le reste, il n’est pas sûr (en fait, c'est madame Crapette qui prend la fuite et on ne voit que la moitié de son corps). Parfait ! Est-ce que peux la payer via le téléphone, pour ne pas qu’elle m’échappe, j'habite Eastman et ne vais pas à Montréal régulièrement. Il refuse, me demande plutôt de renouveler mes vœux de réservation à toutes les semaines, jusqu’au jour où j'irai la chercher. Ce que je fis pendant trois semaines.

Ce jour fut hier. Nous avions affaire à Montréal, j’avais une figuration dans L'auberge du chien noir. Marsi est allé acheter son album pour moi.

Je suis fière de mon acquisition. Chaque livre renferme une histoire mais quand le livre qui renferme une histoire a une histoire, alors j’aime beaucoup !

À moins que je sois tout simplement sentimentale ...

27 commentaires:

Marsi a dit...

Oui, je l'ai acheté, mon album ( en fait, celui de Venise désormais ). Il faisait chaud à en faire fondre le bitume mais moi j'avais accompli ma mission. Et puis, l'album était plus qu'en bonne condition. Il semblait avoir été à peine ouvert. Moi qui suis un tantinet animiste, je me suis dit que ce livre devait bien être heureux de revenir au bercail.
Merci Venise !

ClaudeL a dit...

Oui, oui, c'est sentimental, mais quand tu tiens à quelque chose, tu y tiens, quelle patience.
Belle histoire en effet.

Jules a dit...

WOW! Une belle histoire à lire un vendredi matin au bureau où sur le coup de la fatigue (et de l'écoeurette aïgue!) je déroge à ma règle "pas de commentaires sur les blogs au travail!"

Autre chose, je réalise que je vais devoir regarder les téléromans québécois pour te voir plus souvent...

Sylvie a dit...

J'ai bien ri avec cette Histoire dans une histoire !
Je t'imaginais dans le rôle de Colombo. ;)

Andrée P. a dit...

Ohlala, il y a beaucoup d'amour dans toute ces démarches et cette ténacité à retrouver le livre si joliment dédicacé. C'est beau de voir la passion pour le mari et pour les livres. Pour moi, les livres sont TRÈS importants mais j'attache peu d'importance à l'objet livre. Mais je vois qu'ici, pour toi, il est précieux. Émouvant.

Venise a dit...

Merci Marsi d'avoir été cherché MON album pendant que tu suais et le bitume fumait ! (Ça fait bizarre, ton icône d'homme barbu, surtout de voir tes dents en permanence !)

Venise a dit...

CLaudeL : Avec tout ce sentiment, l'objet devient animé ! Du dessin animé !

Venise a dit...

Jules : Ça, c'est un commentaire qui fait plaisir ! Je t'ai sorti temporairement d'une écoeurite aïgue du vendredi ! Une récréation qui t'a vraiment donné une récréation. Tu m'en vois honorée et comblée !

Venise a dit...

Sylvie, Colombo (ou Colombine !) pour ma fausse innocence certainement ! C'est que je savais déjà ce que je cherchais, je faisais parler le libraire, faisant l'innocente, il ne me manquait que l'imperméable et le cheveu en brousaille. Bien vu !

Venise a dit...

Andrée P. Je viens de parler de détective dans mon commentaire précédent, tu en es une bonne ! Le mobile premier toujours et toujours l'amour ! Du livre objet en effet, et de mon homme qui a mis tant de coeur dans chacune des dédicaces qu'il a offert. Nous étions les bonnes personnes pour acquérir l'album puisqu'il avait un sens. N'est-ce pas le sens que nous cherchons dans tout ce que l'on fait ?

Lyse Goyette a dit...

WOW . Quelle belle histoire, ma curiosité est vraiment piquée. J'aimerais bien voir cet album , moi qui ne lit presque pas je suis curieuse. En reste t'il de ces albums?? Vous finirez par me faire aimer la lecture mes amies. Merci à vous. Quelle belle démarche Venise je suis bien contente pour toi que tu aies réussi à l'avoir cet album de Marsi... Merci et bonne journée ..

Suzanne a dit...

Je donne facilement mes objets et mes livres. J'aimerais que Marsi et Venise comprennent que ce n'est pas un désaveu de l'oeuvre, au contraire.
Il reste que l'anecdote est touchante, et je vais peut-être y réfléchir la prochaine fois.

CarnetJulie a dit...

AHHH chère Venise quelle belles tranches de vie !! Et quand un livre à une histoire qui nous parle de l'histoire de l'histoire ....ben là moi aussi je deviens sentimentale et ton Marsi qui va le chercher lui-même en plus pour son amoureuse .... ahhhhh mon petit coeur soupire....!!! Que j'aime les belles histoires qui finissent si bien !!

Suzanne a dit...

Quelle beau moment que cette aventure. Pouette Pouette!
Conserve bien cet album précieusement maintenant ;-)

PG Luneau a dit...

La boucle est bouclé, et j'en suis bien aise... même si je tiens le rôle du charmant nono qui n'a pas de mémoire, dans toute cette histoire!!
On se réécrit au sujet de Mardi prochain!!

Arsenul a dit...

J'adore cette histoire. Même si je reste dubitatif de PG qui pourrait oublier... Décidément! Pour moi une dédicace c'est toujours une histoire, mes plus belle ne sont pas celles qui sont nécessairement bien dessinée, mais souvent celles qui viennent avec un entourage et des anecdotes. je me sui sauvé d'un mariage pour rencontrer Lewis Trondheim à Ottawa! Mais j'aime bien l'idée de Marsi qu'elle reviennent enfin chez elle, pauvre petite. Tu m'offres effectivement une belle récréation chère Venise
Merci

Venise a dit...

Lyse : Si je te rends curieuse de la littérature, alors là, c'est beaucoup pour moi, et ça me rend heureuse.

Il y a encore des albums dans de rares librairies, mais en général, il faut les commander. Si jamais on se rencontre, je t'en apporterai une pour que tu la feuillettes. Si tu n'as jamais lu de bandes dessinées, je ne te conseillerai pas de commencer par celle-là, aussi curieux que cela puisse te paraitre. Les dessins sont superbes, ce n'est pas cela, mais pour commencer, et te connaissant un peu par facebook, je te conseillerai de commencer par des Ben. C'est une série dont je vais parler bientôt.

Par contre, si un jour tu as un cadeau à donner à un de tes petits-enfants, entre 9 et 15 ans par exemple, c'est fameux, et Marsi lui fait un dessin personnalisé. Il n'a jamais dessiné deux dessins identiques dans la page de garde en guise de dédicace. Ça te permettrait de la feuilleter avant de la lui offrir !

Venise a dit...

On se nourrit de belles histoires, n'est-ce pas, Julie ? Ça entretient notre positivisme. Le bonheur intérieur, ça se cultive comme un jardin !

Venise a dit...

Suzanne : J'admire les personnes qui ne s'attachent pas aux objets. C'est une belle qualité, les objets circulent et sont utiles à plusieurs. J'aime et m'attache à ce qui prend un sens (parce que je lui en donne), si près du sentiment, mais sinon, je tends à faire circuler. J'ai des impulsions de détachement qui me tombe dessus parfois ! Je me penche sur mes possessions : est-ce que je m'en sers vraiment ?
Marsi est assez différent de moi à ce sujet, il a un esprit de collectionneur qui frôle le "ramasseux" !

Venise a dit...

Suzanne (en bleu !). Oui, je vais résister à l'offrir. Il y a quelque chose que je n'ai pas dit. Il m'est arrivé d'avoir un album à moi, on apposait un collant dessus pour le distinguer des autres mais on finissait par le vendre, parce que quelqu'un y tenait, et qu'on en avait pas d'autres sous la main. Celui-ci, il n'en sera pas question !

Venise a dit...

PG Luneau : Le pire c'est que c'est rare effectivement que tu as des failles au niveau de ta mémoire. C'est bien parce que c'est mélangeant visiter trois bouquineries en peu de temps, feuilleter une tonne de bandes dessinées, en lire des extraits, en acheter en se sentant un peu coupable, et en se pressant pour arriver à temps à un quelconque rendez-vous .

Venise a dit...

Arsenul : Se sauver d'un mariage ? En autant que ce n'était pas le tien ! Pour un Trondheim, ce père de la nouvelle BD (Marsi m'a soufflé ces mots !), c'est compréhensible :-). Celle-là doit avoir une saveur particulière, et les autres aussi. Je pense que si tu te mettais à parler de chacune de tes dédicaces, ce serait très récréatif !

Maxime a dit...

Super histoire Venise! On reconnait là ton talent de conteuse. Merci de partager avec nous. :-) Bonjours depuis Kamouraska.

Venise a dit...

Maxime à Kamouraska ? Toi aussi, tu vas pouvoir nous raconter plein d'histoires. Quand tu es "ailleurs"' tu deviens tout à coup beaucoup plus conteur (bons souvenirs de Lille :-)

Maxime a dit...

Oui, tu as bien raison, mais c'est aussi parce que j'ai un peu plus de temps en voyage! (ironiquement) J'étais à Kamouraska (ou pour être plus précis, à Saint-Pascal, le village d'à côté) en visite des beaux-parents. Beau coin de pays, mais il faudra qu'il fasse encore plus beau et chaud si je veux pleinement pouvoir le visiter! Bonne semaine à vous deux. :-)

Kikine a dit...

Quelle belle histoire dans une histoire ! Merci pour la partage et je suis ravie que vous ayez pu retrouver cet album !

anne des ocreries a dit...

J'arrive pas à croire qu'on puisse se séparer d'un livre dédicacé.....ça m'effare ! je suis très heureuse que tu l'aies récupéré, Venise, très ! quel beau récit tu viens de nous faire là !

ps : je fus absente beaucoup ce mois-ci, j'ai eu des pannes à répétition et...de beaux moments de "vacances-express" !!!