jeudi 7 juillet 2011

Parcourons le Québec

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais je n’ai pas souligné la St-Jean Baptiste. Alors pourquoi ne pas la souligner aujourd’hui ? Bais oui, pourquoi pas ? Pour l’occasion, j’ai pensé passer le mot aux écrivains québécois (sourire). Une idée pourrait être de parcourir les 1 667 441 km2 du Québec. Je n'ai pas besoin d'avoir cette idée puisque Le Libraire l’a eue. Je vous en donne des extraits, histoire de piquer votre curiosité et que vous alliez compléter sur le site.

Abitibi – Lucie Lachapelle
«Les lieux de mon roman, les personnages et les situations qu’ils vivent sont entièrement inspirés de personnes rencontrées, de paroles entendues au cours des années que j’y ai passées. J’ai été nourrie par l’Abitibi, je l’ai habitée et l’Abitibi m’habite.»
Rivière Mékiskan, Lucie Lachapelle, XYZ, 158 p. | 21$

Gatineau – Iris Boudreau
«J’ai vécu dans cette ville (Pointe-Gatineau) et j’avais envie de dépeindre des lieux que je connaissais. C’est un quartier assez défavorisé et, comme mes histoires sont ancrées dans le quotidien, c’était pertinent que l’action se déroule dans un secteur trash de la banlieue ».
Justine, Iris, La Pastèque, 104 p. | 24,95$

Mauricie – Patrick Brisebois
«Je m’y sens (à Louiseville) comme un étranger camusien dans un bled lovecraftien et c’est bien ainsi, même si mes amis Facebook me traitent de sauvage.»
Trépanés, Patrick Brisebois, Le Quartanier, 224 p. | 14$

Cantons de l’Est – Delaf et Dubuc
«Nous avons choisi ce village (North Hatley) simplement parce que c’est chez nous, que c’est un joli coin de pays et qu’une maison y coûte le même prix qu’un condo sans stationnement à Montréal »
Les Nombrils, l’intégrale: Jeunes, belles et vaches, Delaf et Dubuc, Dupuis, 196 p. | 39,95$

Montérégie – Mylène Arpin
«Je voyage depuis que je suis toute petite. Je suis allée une dizaine de fois aux Îles-de-la-Madeleine, que j’affectionne particulièrement. J’ai aussi vécu une bonne partie de mon enfance dans les Laurentides. «L’écriture est un art solitaire qui peut être pratiqué n’importe où. Moi, je préfère le calme et la tranquillité (de Valleyfield).»
Des dollars plein les poches!, Mylène Arpin, JKA, 164 p. | 12,95$

Saguenay - Jean-François Caron
«Sainte-Euphrasie n’existe pas, mais si on pouvait en prendre une photo, le village ressemblerait assez fidèlement à Saint-André de Kamouraska [...] Mon décor est tapissé des plus beaux paysages. J’ai besoin d’être entouré par la beauté que m’offre la région (habite Chicoutimi).»
Nos échoueries, Jean-François Caron, La Peuplade, 146 p. | 19,95$

Îles-de-la-Madeleine – Jean Lemieux
«C’est venu tout seul. C’est un huis clos naturel où les éléments sont très présents et où le tissu social est particulier, notamment par la juxtaposition des insulaires et des “gens d’en-dehors”. C’est d’emblée un lieu poétique.»
Le mort du chemin des Arsène, Jean Lemieux, La courte échelle, 400 p. | 29,95$

Chaudière-Appalaches – Jean-Jacques Pelletier
«J’ai l’habitude d’écrire dans les cafés, les restos et les bars de Lévis. Bref, partout où l’on peut louer une table pendant un certain temps pour le prix d’un café ou d’un verre de vin. Je n’écris jamais chez moi. Pour moi, écrire, c’est aller ailleurs, dans tous les sens du terme...»
L’assassiné de l’intérieur, Jean-Jacques Pelletier, Alire, 224 p. | 14,95$


Autre idée, de moi celle-là, est d'apporter à votre attention l’initiative de Suzanne du blogue Balades - entre les lignes « J’aime lire La plume québécoise », juste au cas où vous vous seriez laissé aller à penser que ce défi ne tenait plus la route. Je vous rassure, les plumes virevoltent toujours. J'ai rajouté le bouton à droite, histoire de se le rappeler à tous les jours, et pas seulement la journée de la St-Jean. Ah oui, j'oubliais ...

BONNE SAINT-JEAN !

12 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Chez nous, on fête aussi la Saint-Jean d'été ; c'était autrefois l'époque des "louées", où les ouvriers agricoles cherchaient une place, pour un an ou plus. Il y avait de grandes assemblées de village.

De nos jours, on a gardé les fêtes, avec les grands "feux de la Saint-Jean" qui s'allument partout et brillent dans la nuit. La coutume veut qu'en fin de brasier, les couples sautent les braises pour se porter bonheur en amour. Et on chante et on danse ! :)

Par contre, c'est strictement rural, ça n'existe pas en milieu urbain.

Marie-Michelle et Simon a dit...

très bon choix de livre! Surtout celui de Gatineau et celui des Iles-de-la-madeleine!!! ;)

ClaudeL a dit...

L'été convient en effet aux voyages.
Comme je reviens de la Côte Nord, j'ai plutôt voyagé entre Félix Leclerc et Gilles Vigneault.

Dans les kiosques d'informations touristiques (celui de l'Outaouais, à Montebello, en tout cas), on trouve souvent les livres des auteurs qui demeurent dans la région desservie, je trouve que c'est une autre façon de voyager. Il y a beaucoup de routes-d'artiste-peintres, il serait temps qu'on construise des routes-d'auteurs.

Venise a dit...

La St-Jean d'été est à quelle(s) date(s) ? J'aime cette coutume de feux à l'unisson. J'espère qu'elle va faire long feu.

Et vive le rural !

Venise a dit...

Marie-Michelle : C'est le fun, j'ai dû aller revoir les titres ! Une bonne manière de m'aider à mémoriser.

Venise a dit...

ClaudeL : Des routes d'auteurs, mais c'est génial Claudel ! On en sortirait quelques uns de leur tanière. On dit l'écrivain pas toujours sociable, mais c'est en surface car son monde intérieur est si foisonnant qu'il a toujours quelque chose à dire. Il faut simplement le mettre en confiance. C'est ma vision !

Suzanne a dit...

Merci pour ce partage et étant une lectrice assidue de cette revue/site (Le Libraire) je ne manquerai pas de poursuivre ma lecture plus «profondément».
Psstt merci également pour le lien de «J'aime lire la plume québécoise» J'apprécie.

anne des ocreries a dit...

c'est le 24 Juin, Venise ! et ça dure depuis des siècles, la tradition des feux de la Saint-Jean ! je me suis dit ce jour-là que nous avions au moins une fête commune, même si pas pour les mêmes causes ! :))))

Ginette a dit...

À Québec, nous avons La promenade des écrivains.

Venise a dit...

Merci Anne ! Je ne savais pas que c'était la même date. Ça me fait un gros plaisir.

Venise a dit...

Suzanne : C'est la moindre des choses de corriger ma négligence de ne pas l'avoir souligné avant.

Venise a dit...

Oui, Ginette, j'espère que vous en profiterez. Si oui, peut-être en parlerez-vous sur votre blogue :-)