vendredi 26 août 2011

Lecture-concert "Nuages" : Correspondances d'Eastman

Bonne idée d’entamer ce billet durant une période de fraicheur, vous devriez vous réchauffer si j’arrive à vous faire sentir ce que j’ai senti cette soirée-là au théâtre la Marjolaine. Ce théâtre a l’aspect d’une jolie et joyeuse ferme rouge, pour la bonne raison qu’elle en a déjà été une. Et quand il fait 30C à l’extérieur, à l’intérieur, il fait encore plus chaud, éclairage et chaleur humaine en bonus.

Le parterre était comble à notre arrivée, nous étions plusieurs à être attirés par cette lecture promise par l’excellente comédienne Pascale Montpetit du texte « Nuage de marbre » de Louise Warren, en hommage à l'écrivaine française Michèle Desbordes, décédée le 24 janvier 2006. Nuage de marbre, déjà ces trois mots appellent un ailleurs. Je me suis demandé pourquoi, ils ne sont pas le titre du spectacle d'ailleurs. Mais laissons-là ce détail et ramenons-nous sur la scène, que je regarde de haut, du balcon. La chaleur monte, dit-on, elle est donc montée avec moi. Si je vous en parle tant, vous vous en doutez, c’est qu’elle fut pour moi un élément important.

Le spectacle s’ouvre sur le pianiste Pierre Jasmin qui s’installe à son piano pour nous interpréter du Mozart. C’est très beau, pardonnez-moi le manque de mots précis, je ne suis pas une mélomane classique. Cinq minutes de piano vigoureusement interprétées, l’assistance veut applaudir, monsieur Jasmin nous fait un signe furtif « non ». C’est la convention des concerts, j’avoue que je l’avais momentanément oubliée. Dix minutes ... quinze, toujours du piano. On ira jusqu’à vingt, à écouter et voir ce virtuose se déchaîner, se calmer, cultivant une proche intimité avec son piano. Presque de la transe, tellement sa concentration est grande. À chaque mouvement qui m’apparaissait un point final, par une note plus retentissante ou un dégradé s’éteignant progressivement, je m’imaginais voir notre lectrice apparaitre et commencer à lire. Je m’étais mise dans la tête que la musique complèterait les mots de la poésie. Entendez-moi bien, une fervente de concerts classiques aurait probablement été aux anges de cette entrée consistante. Ce n’est pas que j’exècre le classique, loin de là, mais en voir interpréter m’est apparu plus que jamais non essentiel. Est-ce parce que je ne me fais pas à cette habitude du pianiste d’entrer sa bulle dont il ne sort que pour saluer, tout à coup revenu à notre présence ? Je crois qu’il y a un peu de ça, oui.

Par contre, il a nettoyé l’ambiance du bruit ambiant. Il nous a mis au diapason de notre coeur, afin de nous disposer à attraper les mots volants jusqu’à nous. Pascale Montpetit s’est (enfin !) avancé jusqu’à son lutrin, sur le bout des pieds, une ballerine qui ne veut pas effrayer les fantômes en présence. Elle a lu respectueusement, quasiment religieusement des mots qu’elle portait de sa voix ténue et fervente. Malheureusement, la faiblesse du micro serre-tête fait que j’ai perdu plusieurs mots, et je devais me concentrer très fort pour entendre. Les lectures de Pascale Montpetit alternaient avec les pièces musicales de Pierre Jasmin, revenu sur scène, probablement après s’être épongé ! L'alternance était placé, tout en retenu, très en retenu, donnant cette impression qu’il serait malvenu de respirer fort. C’est ici que dame chaleur est venue jouer son rôle malvenu. Enveloppée d’un nuage de chaleur (comme j’aurais apprécié la froideur du marbre !), mon attention se dispersait, échappant au vol certains passages. C’était une prose poétique enlacée dans un récit, il y avait donc une histoire, et j’en ai perdu des bons bouts.

Je fus quitte pour quitter avec un mal de tête, mais jamais assez incommodée pour ne pas demander à ma compagne (et amie !) Catherine Voyer-Léger, cette dévoreuse de mots justes et poétiques, si elle avait aimé. Oui, elle avait beaucoup aimé, tellement qu’elle allait s’acheter « Nuage de marbre » !

À chacun son vécu. Ne surtout pas se fier à un seul !

6 commentaires:

anne des ocreries a dit...

hé bé ! vivre certains spectacles relève du sacerdoce, quand il fait aussi chaud ! j'aurais aimé y être, rien que pour vivre ce type d'expérience déconcertante d'un concert/lecture. Et puis, j'aime le piano - mais ça aurait gagné à se faire en extérieur, je crois, en milieu naturel, plus que dans une salle....non ?

PG Luneau a dit...

Ouf!! J'ai eu peut de lire que tu étais tombée dans les pommes ou quelque chose comme ça!!

Accent Grave a dit...

J'adore la musique, classique incluse. Cependant je conprends votre sentiment face ce mini concert offert par Jasmin, pianiste que je connais bien.

Il m'a fait le même coup, chez moi, lors d'une soirée à caractère philanthropique. La musique peut se lier à la lecture mais le musicien doit faire corps avec le programme littéraire, ne pas oublier qu'il est d'abord en présence de lecteurs.

Non, il entre dans sa bulle et joue sans tenir compte du contexte alors qu'il serait tellement facile et merveilleux d'adapter des pièces (courtes) ou des extraits aux divers écrits. À chaque fois que j'ai entendu Pierre Jasmin, c'était lors de soirées semblables et il n'a jamais su marier son art aux autres.

Cela mis à part, c'est un homme fort sympathique, il appuie plusieurs causes humanitaires mais ne lui offrez pas un piano car dès qu'il en joue, il quitte la planète!

Accent Grave

Venise a dit...

Anne : L'extérieur n'aurait pas eu le même son, ça se prêtait mieux à l'intérieur malgré tout.

J'aime pourtant le piano, beaucoup même.

Venise a dit...

PG Luneau : Ça fait plaisir que tu aies pensé ça ! Pour le petit suspense créé !

Venise a dit...

Accent grave : Je prends connaissance de ton commentaire avec un grand plaisir. Premièrement, pour la rareté ;-) mais aussi parce que ça me réconforte. J'ai tendance à mettre tout sur moi ; mon manque d'écoute ou d'ouverture ou de jugement même. Mais si c'est habituellement l'attitude de monsieur Pierre Jasmin, ce n'est pas mon style de pianiste, ce qui n'enlève rien, intrinsèquement, à son talent !

Merci à toi !