jeudi 15 septembre 2011

Parapluies de Christine Eddie

Les Carnets de Douglas* , le premier roman de Christine Eddie a été pour moi un coup de cœur et je me demandais si j’allais retrouver le style que j’avais aimé. Je peux aujourd’hui l’affirmer, Christine Eddie a un style que j’aime, une prose toute en finesse, une telle habileté à me chuchoter à l’oreille les états d’âme de son personnage principal que j'en deviens son amie. Je me mets à l’écoute de ce qu’elle à dire et regarde attentivement ce qu’elle a à vivre.

Dans Parapluies, ce personnage est Béatrice, une traductrice au bonheur discret, vivant depuis quinze ans avec son homme, Matteo. Une femme capable de laisser un homme libre, qui supporte à chaque année le même désagrément, ce voyage traditionnel en Italie où la mamma en a que pour son fils unique, faisant complètement fi d’elle. Seul accroc, elle désire un enfant, il se fait tirer l’oreille.

Mais est-ce une raison pour que son Matteo décide de partir sans laisser de traces ? Complètement disparu l’homme qui, encore la veille, fêtait son anniversaire de naissance avec des amis. Où est-il ? A-t-il fui ? L’a-t-il abandonné pour une autre femme ? Elle est prête à tout effacer, tout comprendre, en autant qu’il revienne « Je lui aurais pardonné toutes les petites culottes rose pâle du monde s’il avait eu l’élégance de m’en glisser un mot ».

Mais comment peut-il avoir aussi abandonné sa mère qu’il a fait venir d’Italie afin qu’elle loge au rez-de-chaussée pour mieux prendre soin d’elle ?

Nous accompagnerons Béatrice pendant trente-quatre jours de pluie où elle remettra tout en questions, même les réponses les plus sûres. Elle ira jusqu’à prendre soin de la mère bourrue et, le cœur battant, elle tremblera pour le sort d’une jeune Somalienne. Les circonstances feront qu’elle s’entourera d’un enfant troublé, ce qui me fait dire qu'en ouvrant son cœur, en se fragilisant, son sentiment maternel fleurira bon.

Je n’en dis pas plus, je dois me retenir ! C’est le genre de roman sans soubresauts mais parcouru d’une intrigue psychologique soutenue. Je me suis bien posé quelques questions techniques sur la disparition de Matteo, et puis j’ai opté pour ne pas trop m’y attarder, vu le genre psychologique plus que policier.

Le comble de ma délectation est venu du style et son humour en dentelle, à s'étouffer de sourire.

Parapluies, Christine Eddie, Éditions Alto, avril 2011, 208 pages
* Les Carnets de Douglas - Premier roman : ses Prix et Distinctions

10 commentaires:

Andrée Martin a dit...

J'ai acheté une copie numérique de ce roman. Il est bien au chaud dans mon Kindle et attend les jours d'automne pour être lu.

Venise a dit...

@Andrée : Du plaisir en boite :-)

Parfait en une journée d'automne où il pleut des feuilles.

anne des ocreries a dit...

oh oh ? tu sais bien nous titiller la curiosité, Venise Tentatrice ! :)

Jules a dit...

Un autre coup de coeur pour moi! Et pour la couverture aussi!!! Je pense que nous attendons le prochain avec impatience...

Suzanne a dit...

En attente de lecture! Bientôt sirop, même très bientôt ;-)

Arsenul a dit...

Wow! Les filles au travail en parlent beaucoup, je suis le troisième dans la liste à le lire. je leur ferai part de ton billet!

Réjean a dit...

Moi, j'ai préféré son premier, soit Les carnets de Douglas, parce que l'univers proposé avait quelque chose de mythique, ce qui n'est pas le cas du second.

Venise a dit...

Réjean : Malgré que j'aie aimé celui-ci, le premier reste mon préféré. Et vous me dites pourquoi d'une manière des plus concises !

Karine:) a dit...

Il m'a beaucoup plu, ce roman. J'ai tout de suite été accrochée par le style. Je pense que ce qu'écrit cet auteur me plaît particulièrement.

Venise a dit...

Karine : Nous sommes deux alors ! Et à bien y penser, plus que deux. C'est une auteure avec qui j'ai échangé quelques mots et elle est drôlement modeste. Elle se demande encore qu'est-ce qui lui arrive.