samedi 18 février 2012

Vrac foisonnant !

L’édition : un chemin de croix ou de foi
Par-delà une poignée d'écrivains reconnus, que dissimule la réalité de l'édition? Les maisons font-elles correctement leur travail? Comment sont traités les manuscrits?
Des questions qui se posent et se répondent autant en France qu’ici.

Les écrivains sont-ils fréquentables ?
À Zone d’écriture, milieu actif où l’on se pose des questions existentielles, on s’est demandé ce qu’il faut savoir avant de d'aller plus avant dans une relation avec un écrivain. Caroline Allard, Marie Hélène Poitras, Stéphane Dompierre, Matthieu Simard et Samuel Archibald ont préparé la liste des 20 choses à savoir. - - - Prenez des notes, on ne sait jamais !

Des films, en veux-tu, en v’là !
Combien êtes-vous capable de nommer de romans québécois portés à l’écran, n'importe où, n’importe quand ? - - - Je ne veux pas vous enlever vos moyens mais Rue des Libraires en ont trouvé 21 !

$ Coup de cœur $
Quand ça va bien, ça peut aller encore mieux ! L’auteur du recueil de nouvelles Arvida, Samuel Archibald, déjà finaliste pour Le Prix des Libraires, se voit décerner une bourse des librairies Renaud-Bray. D’ailleurs, c’est une première que cette soirée bénéfice qui accorde une bourse à une œuvre choisie parmi ses Coups de cœur 2011, et 3 autres bourses d'ailleurs. Un collant apposé sur leur oeuvre que les écrivains prendront maintenant moins à la légère. Si elle était remplie de louis, cette bourse vaudrait son pesant d’or : 20,000 $ - Ça aide à payer l’hypothèque !

Vous ne connaissez pas Samuel Archibald ? Décidément, monsieur Archibald et les librairies, ça fait bon ménage, Rue des libraires l’a interviewé pour vous.

Moustachu de mes rêves
Le journal Métro offre aux usagers des transports en commun une tribune, Métro flirt, où ils peuvent déclarer leur amour à un mystérieux inconnu croisé dans le métro ou dans l’autobus. Le but étant que la personne convoitée se reconnaisse, puis qu’elle se manifeste par l’intermédiaire de la même tribune. L’émission Informan s’est penchée sur une missive.

Pas pour les enfants
Ceux qui pensent encore que la bande dessinée, c’est pour les enfants, vont déchanter à Tout le monde en parle où Guy Delisle, auteur de bande dessinée québécois, vivant en France depuis une vingtaine d’années, va nous parler de son album Chroniques de Jérusalem. Marié à une femme médecin (sans frontières), il l’accompagne dans ses voyages, prend des notes qui, au retour, se transforment en anecdotes et en dessins. C’est pas toujours jojo mais, d’après Marsi qui le suit à la trace, ses albums sont foisonnants d’informations sur le quotidien de pays visités, tels la Birmanie, la Chine, la Corée du Nord. On y découvre un autre angle que celui des médias, affirme-t-il.

Moi
Ma mère m'a toujours dit qu'on devait se garder pour la fin. Je ne dérogerai pas à mes habitudes et ne tomberai pas dans la mare des confidences, mais j'ai promis d'apporter à votre attention mes billets @Voir. Je n'y manque pas, parce que ça fait drôlement mon affaire :-). J'en ai sorti un hier, Lisez-vous Lisée ?

10 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Et vlan ! encore un bon paquet dans le fourre-tout ! si avec ça on reste sur notre faim, vrai, c'est qu'on est exigeant(e)s !!!!!
Me voilà nourrie pour mon dimanche ! :)

ClaudeL a dit...

Nourrie pour la semaine, quant à moi!
Et, si peu habituée à te voir parler politique, j'ai été surprise de voir, à Voir, que tu t'aventurais dans le sujet du duel Germain-Lisée. Finalement, tu parlais des livres, mais quand même ça débordait.

Ginette a dit...

Moi, j'ai bien aimé la lettre du métro...

Suzanne a dit...

Un autre vrac très enrichissant! Merci m'dame.

Venise a dit...

Chère Anne, il ne reste que d'accompagner le tout de crème et de chocolat, et tu seras nourrie sur tous les plans !

Venise a dit...

ClaudeL : Mon débordement ne t'a pas échappé, n'est-ce pas ? Lisée est un modèle pour moi. J'aimerais arriver à discuter dans la vie en gardant mon calme, comme lui. C'est un débatteur, et on n'en a pas beaucoup qui reste calme. J'aime la discussion dans le calme, je comprends mieux !

C'est un écrivain prolifique également. J'ai ici un de ses livres que je ne me décide pas à lire, ne sachant plus où donner de la tête !

Venise a dit...

Moi aussi, Ginette, je l'ai aimée. J'espère que Infoman ne s'en moquera pas trop ! Ils disent en avoir été ému, alors que ça reste dans l'émotion.

Venise a dit...

Suzanne : Celui-là, j'avoue que j'ai même dû couper des sujets, parce que l'on m'a toujours dit jeune, trop riche, ça écoeure vite ... ou quelque chose comme ça !

ClaudeL a dit...

Le calme n'est pas garant de l'authenticité ou de la transparence, surtout pas en politique.

Arsenul a dit...

Bonjour Chère Venise. Bon billet que celui-ci, il y a un peu de tout. Imagine donc une discussion entre moi et ma directrice à propos de la nouvelle cuvée des prix des libraires. Elle me lance du tac au tac. Va chez Liber, achète les tous et on les fera circuler entre prof! Après tout, pour donner le goût de lire, il faut d'abord l'avoir!
J'ai eu Jean-Simon Desrochers, je t'en reparle.