dimanche 30 septembre 2012

La tendresse attendra - Matthieu Simard

Quel charmant titre ! me suis-je dit. Et en plus, c’est un cadeau de bons amis. J’avais hâte de le lire, je l’ai commencé en vacances. Excellent choix pour des vacances, c’est un roman léger et humoristique. Heureusement que je ne l’ai pas su à l’avance, je m’en méfie ! Je me méfie de la propension de certains à vouloir plaire à tout prix, en exploitant le rire. Faire rire, une recette assez gagnante ces temps-ci.

Eh bien, la bonne nouvelle est que Matthieu Simard sait doser son humour qui ne m’est pas apparu gratuit. J’ai gobé avec contentement ce personnage en peine d’amour dont l’esprit retournait la réalisé pour l’exposer sous l’angle absurde. C’est finalement la peine d’amour la plus amusante jamais lue de ma vie.

Je ne sais pas si vous écoutez Tu m’aimes-tu à Radio-Canada ? C’est à peu près sur le même ton dramatico-comique et l’histoire est assez semblable. Après la période d’inertie propre aux peines d’amour, un homme entreprend un processus de guérison et ses pensées et actions peuvent apparaitre saugrenus aux yeux de l’entourage ... parce qu'elles le sont !

Le personnage en peine d'amour est un écrivain qui croit que sa blonde l'a abandonné parce qu'il vivait mal avec sa vocation. Qu'à cela ne tienne, il abandonnera cette vie d'écrivain pour reconquérir sa blonde. Matthieu Simard s’est donc ménagé un espace dans son roman pour débouler des anecdotes cocasses de Salon du livre dans le cas d'un auteur peu connu. L'humour grinçant invite aux rires jaunes ou sonores, j’ai quand même moins souri à cette partie. Peut-être parce que sous le soleil littéraire, chaque écrivain en vient un jour à puiser dans ses anecdotes de Salon du livre pour se défouler, je finis par trouver cela moins amusant à la longue.

Je continue à aimer les surprises quand je lis, et pour La tendresse attendra, j’en ai eu une et même deux, si on compte celle que j’ai vue venir dans le brouillard. La dernière surprise est bonne et elle tient la route.

Arriver à ne pas rire (à moins que vous viviez une dépression amoureuse, encore que ...) est assez difficile si vous vous ouvrez à votre lecture. Il y a des traits d’esprit bien tournés, je dirai surtout dans le premier tiers du roman. La suite continue d’être distrayante, sans prétention, conservant un style naturel qui, je suppose, a son exigence... mine de rien !

8 commentaires:

Arsenul a dit...

J'adore Matthieu Simard, j'ai lu deux de ses romans et c'est effectivement un auteur qui sait trouver l'équilibre entre la légèrté et la qualité. Tu me donnes le goût avec cette suggestion, si ce n'était de cette tempête de nouveautés à n'en plus finir...

Venise a dit...

Ah ? J'apprends que tu l'as déjà lu. Décidément, tu fais ta part dans les romans québécois !

Mais je te plains, toi justement qui n'aime pas les tempêtes. On va s'en sortir, n'aie crainte, les nouveautés ont comme potentiel de devenir rapidement vieilles ;-).

anne des ocreries a dit...

Bon, je retiens celui-là comme "à lire", j'aimerai voir comment il "met à distance" le chagrin par l'humour. Faut dire que traiter du déchirement amoureux, c'est pas simple : tout le monde a connu ça au moins une fois, c'est si banal, et ne pas sombrer dans le mélo larmoyant n'est pas une mince affaire quand on aborde ce sujet !

ClaudeL a dit...

Eh! eh! à ce que je vois sur ta colonne de droite, Louise Simard a écrit un nouveau livre. Yé!

ClaudeL a dit...

Ah! zut, c'est une réédition. Me semble que ça fait un bon bout que Louise Simard n'a pas publié de romans. Dommage.

Venise a dit...

Anne : Je pense que l'on peut conclure que c'est plus facile par l'écrit ! Il m'apparait évident dans ce petit roman que l'auteur n'était pas en peine d'amour quand il l'a écrit. :-)

Venise a dit...

ClaudeL : Mais toute la question est : as-tu lu De père en fille ?

Si tu réponds non, eh bien moi, être à ta place, je m'y mettrais tout de suite ;-) !

yueyin a dit...

Un auteur à noter donc, un peu de legèreté de temps en temps, cela fait du bien :-)