jeudi 27 septembre 2012

Vent de Vrac

Ça n’a pas de prix pour les auteurs :
Il fut un temps, au début du Passe-Mot, où je tentais - en vain dois-je le préciser - de relater tous les concours et Prix littéraires. Aujourd’hui, j’y vais sporadiquement, selon mes humeurs. Les Prix, je continue à le dire, n’ont pas de prix pour les illustrateurs et auteurs, puisqu'ils représentent le bonus qui, assez souvent, dépasse le montant de leurs droits d’auteurs.

Parce que pour moi, l’avis des libraires compte et que Noël s’en vient plus qu'il ne s’en va (!), aussi bien connaître leurs favoris pour les 0 à 17 ans !!

Prix des libraires – (section jeunesse – Lauréats dévoilés le 22 septembre)
0-4 ans -Fourchon, Kyo Maclear et Isabelle Arsenault (La Pastèque) - Mignon et craquant… la recette parfaite.
5-11 ans - La saison des pluies, Mario Brassard et Suana Verelst (Soulières éditeur)  - Une touche de poésie, une note d'espoir.
12-17 ans - La chute de Sparte, Biz (Leméac) - Saisissant de réalisme.

Prix des GG dans la mire
Attention, ce prix pre$tigieux est à nos portes : Les finalistes des Prix littéraires du Gouverneur général de 2012 seront annoncés le mardi 2 octobre à 10h sur le site web du Conseil des arts. Les finalistes seront sur les charbons ardents jusqu’au 13 novembre.
7 catégories : Romans et nouvelles - Études et essais - Poésie - Théâtre - Littérature jeunesse (texte) - Littérature jeunesse (illustrations) - Traduction.
Les bourses sont intéressantes et le médaillon GG apposé sur les livres assurent une exposition accrue sur les tablettes des librairies et, qui sait, quelques ventes de plus.

Pour les fans de Nancy Huston    
Elle ne causera pas de la pluie et du beau temps, même qu’en lisant l'extrait ci-dessous, on pourrait croire qu’elle est psychologue de profession :
Elle interrogera les responsabilités de notre société quant au regard aujourd’hui porté sur les femmes. Elle attire notre attention sur les déviances de ce regard générées notamment par la photographie et son utilisation publicitaire ou artistique depuis la fin du XIXe siècle. Elle explore l’ombre et la lumière du tout premier regard masculin – celui du père –, lequel renvoie aux jeunes filles un reflet d’elles-mêmes qu’elles ne pourront jamais oublier. Assurance ou éternel dégoût s’immisce alors dans l’inconscient de chacune, et de cela dépendra immanquablement leur devenir physique et amoureux. 
À la librairie Monet, réservation obligatoire : 514-337-4083 ou annepascale@librairiemonet.com

Tablette des 6 livres qui me narguent

Journée des dictionnaires
Le saviez-vous, moi je l’apprends, le 4 octobre est la journée québécoise des dictionnaires qui en est à sa 4e édition, la 3e ayant eu lieu en 2008. Je m’avoue un peu surprise qu’elle existe, cette journée, mais quand on y regarde de près, ça souligne surtout un événement important (et attendu, dit-on) : un colloque. Celui-ci s’est donné comme mandat de fouiller, dans un programme chargé, le point à l’ordre du jour : Du papier au numérique : la mutation des dictionnaires.

Perso, je saisirai ce prétexte pour vous entretenir la journée du 4 octobre de mes tout nouveaux dictionnaires reçus par la poste, gracieuseté de Québec-Amérique et de la toute nouvelle maison d’édition Druide qui passe de l'informatique et les logiciels orthographiques, à l'édition de livres...

Mes lectures
Il m’arrive d’être désolée d’être une « journaliste citoyenne ». Depuis que j'ai entendu cette expression, je l’ai fait mienne. En gros, ça veut dire que je ne suis pas rétribuée pour écrire ! Ce qui fait que lorsque j’ai des mandats lucratifs, je néglige le Passe-Mot. En ce moment, j’ai 6 livres de lus et non commentés (voir la photo ci-dessus). Ça me démange par en-dedans ! Depuis que j’ai demandé à Marsi de m’installer une tablette, allongés qu’ils sont au-dessus de ma table de travail, on dirait qu’ils me narguent à cœur de jour. 

Vu que Chez Venise, je fais des sous au nombre de clics, je ne dois pas négliger d’envoyer des textes. Demain, je vais rédiger un billet sur le spectacle « Les éléments » de Tristan Malavoy, vu le 26 septembre dans le cadre du Festival international de la littérature (FIL).

6 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Je l'ai lu, "reflets dans un oeil d'homme", j'ai chez moi ce livre de Nancy Huston, et je le trouve empoignant, bien vu, tellement bien vu.....ah, ça fait du bien de lire de pareils livres ! je le recommande chaudement !!! sans réserves !!!!

Suzanne a dit...

Chacun de tes «Vracs» dame Venise est une petite mine d'or.
Merci pour tout ça.

Julie GravelR a dit...

Toujours un plaisir de venir fouiller dans ton "vrac"! Iras-tu écouter Nancy Houston? Son dernier essai m'intéresse vivement.
Je note le 4 octobre pour la journée des dictionnaires. J'avais fait un billet, en 2008
http://soleildencrier.canalblog.com/archives/2008/04/04/8602034.html

Une belle initiative!

En attendant de lire les critiques qui attendent sagement sur ta tablette, je te souhaite une belle journée inspirante à tous points de vue!

Sylvie a dit...

Aaah, si on pouvait se cloner, hein, Venise ? Merci de nous gâter avec ce vrac. Tout ce que tu nous donnes est nourrissant, t'en fais pas. ;)

Julie GravelR a dit...

Bonjour Venise! Un mot pour te dire que le cahier Éducation du Devoir d'aujourd'hui est consacré aux dictionnaires!
Bon samedi! xxx

Julie GravelR a dit...

Zut. C'est pas le cahier "Éducation" mais "Édition"
:p