vendredi 19 octobre 2012

Attaquer gratuitement une librairie

La librairie, un lieu qui se veut plus qu’un lieu où l’on vend des livres. Des endroits où l’on vend des livres, il en pullule, à la pharmacie, au dépanneur de la gare, chez Loblaws, Wal-Mart, Costco. La libraire, la vraie, celle née par vocation me donne une émotion peu commune quand je pénètre en son antre.

Hier, Marsi a eu un coup de foudre pour la librairie Le Port de Tête. J’en étais toute heureuse car c’est moi qui la lui ai présentée. Je n’y avais jamais mis les pieds et j’étais curieuse de la visiter. À chaque fois que j’en entendais parler, j’y sentais, même de loin, de l’effervescence. Plusieurs lancements y ont cours et je comprends maintenant pourquoi, elle m’a fait sentir ce quelque chose qui ressemble à s’y sentir chez soi, par affinité. Deux grandes pièces éclairées, rayonnantes de rayonnages, des planchers de bois blond qui craquent, des libraires qui déballent les livres devant nous, balaient les feuilles d’automne qui entrent en même temps que le client devant nous. Mais surtout une énergie qui ressemblent à « on est heureux d’être là, on croit à ce que l’on fait ». Le neuf côtoie le déjà lu, ce dernier à l’apparence si soignée que l’on distingue difficilement un de l’autre. J’ai aimé cette confrérie.  

Dans ma région (l’Estrie), il a été instauré récemment les Cafés de village, pour souligner ces établissements où le client se sent chez lui. Il y aurait pour moi des librairies de village. Pareil au journal qui a son identité, une maison d’édition, son éditorial, la librairie a sa couleur. Elle porte un message par sa sélection de livres. La bouquinerie n’est pas là pour offrir le plus de titres possibles dans le plus d’espace possible. Le libraire n’est pas qu’un vendeur de livres, il cause en connaissance de cause, avec cœur et passion, guide le lecteur qui arrive avec un sujet, parfois sans titre et sans auteur. C’est un lieu commercial, mais on l’oublie. On s’y sent libre de feuilleter, d’hésiter et de repartir avec aucun livre sous l’aisselle. Hum .... l’aisselle, ceux qui ont lu récemment Pierre Flogia me voient venir.

C’est connu dans le milieu, si Foglia dit d’un livre « C’est bon », une vague du succès déferle. Les libraires commandent le titre, la maison d’édition est heureuse, l’écrivain exulte. L’éditeur va même jusqu’à faire imprimer un bandeau rouge pour y inscrire une exclamation de monsieur Foglia. Quelle responsabilité, que dis-je, quel pouvoir donne-t-on à cet homme parmi tous les hommes !

En est-il conscient ? Je me le demande le plus sérieusement du monde. Il est facile d’en arriver à rouler sur le pilote automatique, c’est pas mal moins exigeant que se poser à chaque fois des questions sur la portée de nos écrits ou nos humeurs. Facile de revêtir son rôle de chroniqueur sans plus réfléchir à l’effet que nos écrits peuvent avoir sur les institutions, les gens, les événements, les mentalités, les livres ... les librairies.

Dans une récente chronique, monsieur Foglia a encensé «La fiancée américaine » d’Éric Dupont Marchand de feuilles, roman qu’il a reçu en service de presse avec ce mot de l’éditrice, Mélanie Vincelette : «Monsieur, voici un roman dans lequel une jeune fille tue son frère avec une tarte au sirop. Si vous ne l'aimez pas, déchirez-le en mille miettes et donnez-le à bouffer à vos ratons.» Tant mieux si en fine mouche qu’elle est, l’éditrice a su amadouer l’ours avec du sirop. Ce roman sera lu par plus de personnes. Mais ce qui m’a jeté à terre (j’y suis encore) est qu’en plein cœur de sa critique élogieuse, il a décoché une baffe à la librairie Le Port de tête. Y avait-il un lien avec sa critique ? Aucun. Absolument rien, pantoute ne justifiait cette sortie. Un geste gratuit, juste parce que ça lui tentait.

Il est déplorable, lamentable même, qu’un chroniqueur n’ait plus le temps, ni l’énergie, ni la motivation de se poser des questions sur la portée de ses humeurs, de ses paroles, de son pouvoir. Et s’il a du pouvoir ce Foglia, c’est parce qu’on en lui donne.

J’espère que son geste mesquin aura l’effet contraire ; attirer l’attention sur cette librairie qui se dévoue pour la littérature, et je fais tout pour ça. Sur la Toile, ils ont été quelques uns à s’offusquer, ressort du lot, Michel Vézina, un fidèle lecteur* des textes du « puissant » chroniqueur. Il l’a amicalement traité de vieux con pour le 10 % de ses chroniques qui sont du « n’importe quoi ». Perso, aucune envie ne me vient de le traiter de vieux con, mais j’ai énormément de difficulté à continuer à gober le 90% de sa substance qui ne serait pas conne. En fait, Foglia m’a retirée toute envie de lui donner du pouvoir. Dans mon livre à moi (je vous jure que je n’abuse pas de cette expression !), quand on commence à abuser du pouvoir, notre règne devrait s’achever.

= @ =
* Pourquoi donc t’en prendre au Port de tête, Pierre? Une librairie? Que tu l’aimes ou non, ça reste une petite librairie qui fait son travail de librairie en assumant ses choix et en entretenant avec ses lecteurs une vraie relation littéraire, non? Ce n’est peut-être pas TA librairie, mais ça reste UNE librairie, une vraie. Et une bonne. Tes 450 exemplaires d’un livre en vitrine, c’est peut-être justement qu’il y était lancé le soir même, le livre. Et c’est bien qu’une librairie fasse des lancements, tu ne crois pas?
Michel Vézina, Avec le temps va ...

10 commentaires:

'Tsuki a dit...

Les librairies je suis fan. J'aime les petites, celles qui sont surchargées de livres, avec une nette préférence pour les librairies de vente d'occasion... J'en connaissais une à Auvers Sur Oise (où se trouve la tombe de Van Gogh) qui se trouvait dans quatres ou cinq wagons désaffectés sur une portion de rails dont la SNCF ne servait plus et louait au libraire... C'était vaguement organisé un thème par wagon (politique, Art, Enfant, et le rste je ne sais plus trop) et j'adorais passer du temps à chiner là-dedans...

Je fais le tour des blogs des auteurs participants au defifoto, parce que le thème de ce mois-ci c'est "porte-ouverte" ; j'ai pris pas mal de portes différentes, et à présent, j'ai un mal fou à choisir l'heureuse élue qui participera...

Veux-tu me donner un petit coup de main en agrémentant tes préférées d'un commentaire ?

http://lunedemaledaumon.blogspot.fr/search/label/Porte%20ouverte

D'avance merci,

Bon week-end !

Sylvie a dit...

Venise, il n'y avait que toi pour écrire un billet aussi élégant sur un sujet comportant une part de risques non négligeable. Bravo.
Et je ne suis pas inquiète, tu ne seras jamais une bonne candidate à l'abus pouvoir. ;)

Sylvie a dit...

*de pouvoir

anne des ocreries a dit...

Ah, le meurtre fratricide à coups de tarte au sirop, c'est inédit pour moi, j'irais bien le lire ce bouquin ! :)
Peste, mais quelle mouche a donc piqué ce Monsieur Foglia, qui par ailleurs m' souvent charmée ? il avait mal digéré son lunch ??
Il y fait joli, dans cette librairie, voilà un beau lieu à hanter, quoi qu'en puisse dire les critiques !

Et, Venise, cette chronique est splendidement écrite, bravo !

Suzanne a dit...

Foglia a mangé d’la vache enragée c’te journée-là ou quoi!! Non mais pourquoi cette méchanceté gratuite?
Quand on se sert de sa plume pour abaisser les autres moi je débarque. Je viens de perdre toute envie de lire à nouveau ce chroniqueur.

Lise pas de blogue a dit...

Merci Venise! Cette librairie que je ne connaissais pas, j'irai la découvrir le plus tôt possible. C'est le genre de librairie qui me charmera aussi, un endroit ayant une âme, j'ai l'impression en tout cas.

Pour ce qui est de P. Foglia il y a longtemps que j'ai renoncé à comprendre ce qui se passe dans sa tête, et je lis très rarement ses chroniques, justement parce que je le trouve un peu trop fielleux si j'ose dire. Il dirait sûrement qu'il vaut mieux être fielleux que mielleux d'ailleurs...

:)

Bonne journée!

Venise a dit...

En vous lisant toutes, ça me dit que dans la vie s'équilibrent les forces. C'est réconfortant, je trouve.

Merci !

'Tsuki a dit...

Oui, madame, tout s'équilibre.

On ne sait pas toujours comment, et parfois on a l'impression, que non, ça s'équilibre pas, et c'est pas juste... Mais en fait, c'est parce que l'autre ne dit tout simplement pas la merde qui lui est arrivée et qui a tout rééquilibré.

Merci d'être passée sur mon blog et d'avoir commenté ces photos. C'était très gentil de ta part que de prendre du temps pour le faire.

Grand-Langue a dit...

Foglia? Il a beaucoup d'estime envers lui-même. À mes yeux, il est peu crédible.

Tête-de-port? Un beau projet, des gens sympathiques. J'y vais parfois. Pas facile de s'y retrouver cependant et j'ai l'impression que c'est un peu trop pointu pour moi. Ce n'est pas ma librairie préférée.

Grand-Langue

Venise a dit...

Grand-Langue : J'y suis retournée, et je suis d'accord que ce n'est pas nécessairement évident de s'y retrouver. Ça donne une occasion en or pour fouiller, bouquiner quoi ! Trouver ce que l'on ne cherchait point !