mardi 2 octobre 2012

Avant d'oublier : un vrac

Au cas où cela vous aurait sorti de la tête, c’est aujourd’hui, le 2 octobre, que sont sortis les noms des finalistes des Prix GG, c'est-à-dire ceux qui vont se faire du mouron (un peu plus riche, un plus glorieux ... ou non) jusqu’au 13 novembre.

Romans et nouvelles
  • Ryad Assani-Razaki, Montréal, La main d’Iman - Éditions de l’Hexagone
  • Charles Bolduc, Montréal, Les truites à mains nues -Leméac Éditeur
  • France Daigle, Moncton (N.-B.), Pour sûr -Éditions du Boréal
  • Catherine Mavrikakis, Montréal, Les derniers jours de Smokey Nelson -Héliotrope
  • Audrée Wilhelmy, Montréal, Oss - Leméac Éditeur
Poésie
  • Corinne Chevarier, Montréal, Anatomie de l’objet -Éditions Les Herbes rouges
  • Fredric Gary Comeau, Montréal, Souffles - Écrits des Forges
  • Hélène Dorion, Sherbrooke, Cœurs, comme livres d’amour -Éditions de l’Hexagone,
  • Christian Saint-Germain, Montréal, Tomahawk - Éditions du Noroît
  • Maude Smith Gagnon, Montréal, Un drap. Une place. -Éditions Triptyque
Littérature jeunessetexte
  • Aline Apostolska, Montréal, Un été d’amour et de cendres - Leméac Éditeur
  • Biz, Montréal, La chute de Sparte Leméac Éditeur
  • Louise Bombardier, Montréal, Quand j’étais chien, illustrations de Katty Maurey - Éditions de la courte échelle
  • Camille Bouchard, Québec, Le coup de la girafe -Soulières éditeur
  • François Gravel, Montréal, Hò - Éditions Québec Amérique
Littérature jeunesse – illustrations
  • Marion Arbona, Montréal, Lapin-Chagrin et les jours d’Elko,  texte de Sylvie Nicolas - Éditions Trampoline, aujourd’hui Éditions du Phœnix
  • Manon Gauthier, Montréal, Giroflée Pois-Cassé,  texte de Marie-Danielle Croteau - Dominique et compagnie
  • Élise Gravel, Montréal, La clé à molette, texte d’Élise Gravel - Éditions de la courte échelle
  • Émilie Leduc, Montréal, La ronde des mois, texte d’Émilie Leduc - Éditions de la courte échelle
  • Katty Maurey, Montréal, Quand j’étais chien, texte de Louise Bombardier - Éditions de la courte échelle
Traduction de l’anglais vers le français
  • Sophie Cardinal-Corriveau, Montréal, Un adieu à la musique - Leméac Éditeur - ( Carolan’s Farewell de Charles Foran)
  • Dominique Fortier, Montréal, Une maison dans les nuages - Éditions Alto (The Prophet’s Camel Bell  de Margaret Laurence) 
  •  Alain Roy, Montréal, Glenn Gould - Éditions du Boréal - (Glenn Gould de Mark Kingwell
  • Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Montréal, Irma Voth - Éditions du Boréal - (Irma Voth de Miriam Toews)
  • Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Montréal, La petite cousine de Freud - Éditions Hurtubise(Distantly Related to Freud d’Ann Charney )
Si vous désirez vérifier la liste complète des finalistes.

En défilant les noms, j’ai hâte de voir si vous avez remarqué la même chose que moi « où sont les petites maisons d’édition ? » J’entends d’ici la maison Leméac applaudir, vous remarquerez qu’elle s’en tire avec une majorité de titres, La Courte Échelle également.

Faillite des éditions Les Allusifs
En mai 2011, cette maison d’édition fêtait son dixième anniversaire. Et puis voilà, la nouvelle est tombée dans les journaux :
  • La Presse (Chantal Guy) : Pour une petite maison d'édition québécoise - la seule à date à s'être fait un nom à Paris -, ce parcours du combattant ne mène qu'à la gloire, pas vraiment à la fortune. Article complet
  • Le Devoir : (Jean-François Nadeau) :  Selon Lise Bergeron de Leméac : Il est certain que, dans cette faillite, des auteurs et des traducteurs perdent de l’argent. Mais je me suis fait un devoir de payer tous les auteurs canadiens. » Leméac affirme avoir investi plus de 500 000 $ pour sauver des eaux Les Allusifs. « Brigitte Bouchard n’a pas respecté ses engagements en continuant de signer des contrats seule et en engageant de nouvelles dépenses ». = « Les Allusifs vont continuer de publier, mais il me faudra au moins 10 ou 15 ans pour récupérer mes billes ! Article complet.
Québec en septembre : terminé

Le bilan est impressionnant. En plus, l’organisatrice a pris soin de relever sur son blogue « Mon coin lecture » chaque roman commenté, il y en a qui ont été lu plus de trois fois, pour ne nommer qu’un exemple : Les Carnets de Douglas. C’est Chroniques au pays des mères qui gagne la palme du nombre de fois lu, mais l’auteur est assurément Jacques Poulin.

Allez jeter un p’tit coup d’œil, ça vaut la peine ! Et la bonne nouvelle est que l’enthousiasme fut si délirant qu’on nous souhaite « À l’année prochaine ! ».

2 commentaires:

anne des ocreries a dit...

ça bouge bien ! y a une belle vie littéraire par chez vous quand même je trouve !

PG Luneau a dit...

Est-ce que tu vas lire «Chronique au pays des Mères»? Ce roman d'Élizabeth Vonarburg a beaucoup fait parlé de lui, à sa sortie originale!!