mardi 29 janvier 2013

Finalistes au Prix des libraires du Québec

C'est tout frais, la cérémonie vient à peine de se terminer à La librairie Le Port de tête.


La Librairie Vaugeois, qui était vraisemblablement sur les lieux a eu la gentillesse de rapidement propager la nouvelle :


Les finalistes au Prix des libraires du Québec

Catégorie roman québécois

- Document 1 de François Blais (L'instant même)
- La fiancée américaine d'Eric Dupont (Marchand de Feuilles)
- Anima de Wajdi Mouawad (Leméac/Actes Sud)
- Mayonnaise d'Éric Plamondon (Le Quartanier)
- Hollywood de Marc Séguin (Leméac)

Catégorie roman hors Québec

 
- Les frères Sisters de Patrick DeWitt (Alto)
- La Vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker (Éd. de Fallois/L'Âge d'homme)
- Rue des voleurs de Mathias Énard (Actes Sud)
- Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari (Actes Sud)
- En vieillissant les hommes pleurent de Jean-Luc Seigle (Flammarion)
  


On ne devait certainement pas douter de La fiancée américaine dans les rangs. 
Je prédis d'ailleurs ce titre lauréat, même si je ne l'ai pas encore lu !

Pour la catégorie "hors Québec", j'avoue que ça fait drôle de voir un titre de la maison Alto. 

*** Une personne vient de me faire réaliser que ça adonne qu'il n'y a pas de femmes parmi les finalistes ***

10 commentaires:

Anonyme a dit...

Ouain. Drôle, hein, combien ça "adonne" souvent...

Marie-Claude

yueyin a dit...

Encore Harry Quebert, mérite-t-il tant d'honneur vraiment ? (pas à mon avis en tous les cas)
Les romans québécois m'intriguent, je m'en vais noter tout ça...

anne des ocreries a dit...

Mais oui, tiens, au fait, pas de femmes ! Hoooon......

ça fait une belle liste de livres méritoires, tout ça !

Alto a dit...

Chère Venise,

La raison de la présence des Frères Sisters dans la catégorie «hors-Québec» est que Patrick deWitt est canadien et ne réside pas au Québec. C'est un fait rare dans l'histoire du PDLQ que de voir un éditeur d'ici dans cette prestigieuse catégorie. ;-) La chevauchée continue dans une trentaine de pays accumule les éloges au Canada (plus de 150 000 exemplaires vendus). Ici, les libraires le supportent bien, c'est l'important. Fin de la pause publicitaire, de retour à notre programme principal.

Nomadesse a dit...

Si on faisait une catégorie jeunesse, ce serait beaucoup plus difficile d'éviter les auteures. Il me semble, à vue de nez, qu'il y a beaucoup plus de femmes que d'hommes dans ce domaine...

Grominou a dit...

Je n'ai lu que La Fiancée... Ça prouve combien je suis les rentrées et l'actualité littéraire!!!

Réjean a dit...

Bonjour Venise,
Je viens de découvrir le branle-bas de combat autour du livre de Villeneuve et je trouve ça assez déplorable. Je crois que les écrivains ne devraient jamais répondre à la critique, sauf s'ils sont attaqués personnellement et que cela ressemble à un règlement de comptes, ce qui n'était pas votre cas. Votre critique avait le mérite d'être non seulement honnête mais nuancée, ce qui est votre marque de commerce, et le fait qu'il y avait quelques coquilles dans votre texte ne discrédite en rien la teneur de vos propos. Cette auteure devrait savoir que, à partir du moment où elle publie un livre, son oeuvre appartient au domaine public et elle doit assumer le fait que tous ne l'aimeront pas. Quant au prix France-Québec, je constate que la compétition est forte et que les chances de cette auteure sont minces.

Venise a dit...

Grominou : Je viens d'entamer La fiancée américaine. Une brique si on considère que la typo est petite. J'en suis au tout début mais ça promets.

Venise a dit...

Réjean : Vous êtes venu discrètement commenté ici. Je comprends. J'ai reçu de nombreux commentaires et j'en reçois encore. Merci, j'ai eu chaud au coeur ces derniers temps.

Cette dame ne s'est pas rendu service, mais tellement pas. J'appelle ça se tirer dans le pied.

Et, hop, on continue la route !

Grominou a dit...

Oui, la typo est vraiment minuscule, malheureusement cela va rebuter certains lecteurs. Ma mère n'a pas été capable de le lire!

Bonne lecture!