mercredi 7 août 2013

Rencontre annuelle

Au centre, Lucie, tentant de s'installer (photo en différé) !
Nous nous rencontrons une fois par année, pourtant, nous travaillons ensemble 365 jours. Nous sommes officiellement 18, mais activement, comptons plutôt 15. Deux personnes n’écrivent pas, ou plus, les autres, rédigent à tous les mois, ou non. Il y a une chef, la rédactrice, elle s’appelle Lucie Renaud. Certains l’auront deviné, je parle de La Recrue du mois qui avance vers sa septième année d’existence. Pour un blogue, c’est déjà beaucoup, pour un blogue collectif, c’est énorme. Et j’ajouterai que pour un blogue misant sur les premières œuvres de la littérature québécoise, c’est un exploit !

Ce dernier samedi soir, nous étions assis en cercle dans une cour de Notre-Dame de Grâce. Tous avaient l’air heureux d’être là, en tous cas, les visages exhibaient des sourires et des yeux pétillants. Les lecteurs qui s’ouvrent aux auteurs pas encore reconnus ont des points en commun si je me fie aux rencontres, même les premières fois, le courant passe.

J’y ai vu trois nouveaux visages cette année car une rotation des effectifs est nécessaire. Pas uniquement pour offrir des visions neuves, mais aussi pour arriver à sortir un numéro mensuel bien fourni. Sortir un webzine à chaque quinze du mois entraine une somme de travail et de discipline non négligeable. Ce travail et cette discipline s’exigent quand il y a un chèque au bout, mais à un titre complètement bénévole, cela se gère différemment. Lucie Renaud, la rédactrice en chef, a vite compris que sa flotte de journalistes citoyens a une vie à gagner en dehors de sa participation à La Recrue. Dévotion s’accordant mal avec obligation, elle prend donc l’option d’avoir assez de rédacteurs sous la main pour laisser flotter un sentiment de libre choix, conservant à cette activité du plaisir.

Et ça marche !

Je peux en témoigner. J’y participe depuis les débuts et dans un moment de lassitude et de débordement, j’ai passé à un poil de chat de donner ma démission. Je me suis laissé convaincre par Lucie de laisser mon nom en réserve quelques mois. Les nombreux courriels organisationnels qu’exige la préparation d’un numéro de magazine, tout virtuel soit-il, continuaient à me passer sous les yeux. Au fil des numéros, à voir l’enthousiasme de chacun, une impulsion intérieure a fini par poindre. Et je suis redevenue active.

Nous ne sommes pas une équipe zélée plutôt ailée. Il faut des ailes pour échanger sans se voir le bout du nez. Les séances de votes pour élire les titres Recrue du mois se font par tableaux « Doodle », voilà un point de réglé mais c’est loin d’être tout. Avec nos rubriques poésie, deuxième roman, livre jeunesse, littérature hors-Québec, sans encore avoir touché la présentation, le questionnaire et la revue de presse de l’auteur en vedette Recrue du mois, ça ne manque pas d’action. Il y a du trafic quelques jours avant le 15 ! C’est sans parler des planifications usuelles, par exemple la distribution des quelques exemplaires de presse, les envois de textes à la correction (Lucie), ensuite à la mise en ligne (Maxime). C’est Lucie Renaud, la responsable des contacts avec les maisons d’édition. Comme dans tout magazine qui se respecte, vous avez le mot de rédactrice donnant une idée générale du numéro, un apéritif quoi ! Nous tentons également de tenir à jour un répertoire des titres de premiers romans qui sortent au Québec.

Et c’est sans avoir encore parlé, j'ose le mot, de marketing. Le webzine La Recrue du mois est un produit et comme tout produit, il faut l’annoncer. Ce n’est pas en lisant et commentant sur notre île que nous allons servir la littérature. Sur la Toile, on tisse des liens ou on n'est rien ! La Recrue du mois désire mettre de plus en plus d’énergie à sa promotion. Cette tache demande effort, énergie et constance. Christine nourrit généreusement la page Facebook et Marie-Claire, le compte Twitter, ce qui n’enlève en rien la responsabilité de chacun, surtout ceux qui tiennent un blogue (presque tous), de promouvoir notre webzine.

"C’est beau tout ce bénévolat et cet amour de la lecture", me suis-je dit après cette rencontre, suivie d'un souper collectif, tout en n’en revenant pas que nous nous reverrons l’an prochain seulement. Et pas tous ! Nos deux rédacteurs résidant en France, Caroline et Philippe les (re)verrons-nous un jour ? Parce que, oui, nous avons deux rédacteurs Français (sourire).

Mais je n’ai pas encore parlé du plus important : vous !
Nous lisez-vous ?

Le webzine La Recrue du mois




15 commentaires:

Julie GravelR a dit...

J'ai quelques regrets en vous voyant tous aller. Je trouve que la Recrue s'est taillé une belle place dans les blogues littéraires et elle est reconnue par beaucoup d'éditeurs!

Grâce à elle, je t'ai rencontrée, ainsi que Catherine VL, Lucie, Maxime, Jules se livre...

Merci de ce compte rendu! Bonne continuation à votre belle gang et un bravo tout spécial à Lucie qui fait un boulot extraordinaire de rédactrice en chef!

Andrée P. a dit...

Bravo pour ton engagement Venise et à tous tes collègues critiques-bénévoles. C'est inspirant de voir autant de passion pour les livres.

Suzanne a dit...

Quelle belle ''gang'' de passionné(e)s. Merci pour ce que vous faites et pour toutes ces belles lectures que vous nous faites découvrir. Bravo pour ces sept ans et longue vie à ''La Recrue''.

ClaudeL a dit...

Oui, je lis à l'occasion. En passant par ton blogue d'ailleurs où il en est question.

Félicitations à chacun et chacune.
Et tout ça bénévolement? Il en faut toute une passion pour continuer.

Maxime a dit...

C'est vrai Julie, même si ce n'est qu'une fois par année, on fait de belles rencontres à tout coup!

Tu fais bien Venise de rappeler aux gens que derrière La Recrue du mois, il y a une équipe de bénévoles. C'est une autre perspective de savoir que l'on lit nécessairement le travail de gens qui le font par passion et dévouement.

J'ai déjà hâte à la rencontre de l'an prochain! :-)

Topinambulle a dit...

C'est vrai que nous avons des yeux pétillants. Comme tu le dis si bien, les mots et l'amitié, ça donne des ailes ! :)

Venise a dit...

Julie : C'est sûr que tu nous manques, moi et d'autres, j'en suis certaine.

Tu as raison, le travail de Lucie est colossale, quoiqu'elle en dise. C'est qu'elle a une grande capacité d'abattre du travail rapidement, grâce à son esprit de synthèse !

Venise a dit...

Andrée : Supporter notre littérature est devenue une priorité pour moi. J'aimerais aller encore plus loin en fait.

Être reconnu par une auteur prolifique comme toi est notre récompense.

Venise a dit...

Suzanne : On n'a pas encore tout à fait notre 7 ans, mais déjà le six est impressionnant.

Merci de nous supporter Suzanne, on te sent plus que solidaire !

Venise a dit...

ClaudeL : Avec ce temps qui vaut de l'argent, comme tous disent si bien, c'est vrai que ça mérite d'être souligné.

Merci Claudel d'être assez curieuse pour aller fouiner dans ce sac à surprise de premiers romans lesquels, parfois, nous jettent à terre par leur maturité.

Venise a dit...

Maxime : Moi aussi, j'ai hâte à la prochaine ! Qui sait, peut-être arriverons-nous un jour à en faire plus qu'une, malgré que ça voudra dire encore plus de planification. Par contre, disons-le, on se rencontre couramment par groupuscule ;-)

Venise a dit...

Topinambulle : Elle est belle la photo, hein ? Et tu y es, ce que je tiens à révéler avec tambour et trompette !

Kikine a dit...

Que vous êtes beaux ;)
Un gros merci pour votre dévouement et la qualité et le choix de vos critiques !
Bien sûr que je vous lis même si je ne commente pas souvent, finalement ...
Bises

Lucie a dit...

C'est chouette de revivre tout ça (la journée elle-même, mais aussi l'aventure) à travers tes mots. Et que j'ai bien fait de te laisser la porte ouverte! ;)

Phil a dit...

Merci Venise pour l'aperçu de cette belle journée. C'est vraiment dommage que je sois à distance car j'aurais bien apprécié être à vos côtés.
A quand une rencontre de la Recrue de mon côté de l'Atlantique ? :-)