lundi 26 mai 2014

Crimes à la librairie - collectif polar

Enfin, je commente ce recueil de nouvelles policières signées par nos experts québécois en polar. À la suite de cette lecture, je suis convaincue plus que jamais que le genre n’a rien à envier aux grands noms hors Québec.

Seize polars, seize auteurs. Ceux que je connaissais de nom : Sylvain Meunier, Geneviève Lefebvre, Johanne Seymour, André Jacques, Patrick Sénécal, Robert Soulières, Chrystine Brouillet, Jacques Côté, Camille Bouchard. Les moins connus de moi mais peut-être pas de vous : Mario Bolduc, Benoit Bouthillette, Ariane Gélinas, Martine Latulippe, Florence Meney.

Un recueil de nouvelles, c’est un peu comme un disque, tu aimes rarement toutes les tunes, mais il y a une ambiance dégagé par l'ensemble qui fait qu’on apprécie ou pas. Le défi lancé par Richard Migneault qu’il se passe au moins un crime dans une librairie donne l’air d’ensemble, et fait remarquable, chacun joue différemment.

On y découvre des styles finement humoristiques, celui de Robert Soulières en est avec Un cadavre au crépuscule. Camille Bouchard s’amuse et m’a amusé avec « Rouge tranchant » et finalement, Sylvain Meunier, dont j’ai adoré la savoureuse nouvelle « L’homme qui détestait les livres ». Elle fait d’ailleurs partie de mon palmarès « à souffle coupé ». Parmi les valeurs sûres, Patrick Sénécal. J’aurais aimé être originale et ne pas m’exclamer mais son Public cible, première en lice m'a envoûtée. Geneviève Lefebvre ferme le recueil et m’a également entrainée dans son mystérieux sillage. Quel aplomb dans leur manière de raconter ces deux-là ! Le souffle court ne semble pas beaucoup convenir à Martin Michaud qui, avec Une longue vie tranquille s’en sort bien, sans plus.

Le concept de l'initiateur, Richard Migneault, auteur du blog noir et blanc, de donner une contrainte s'avère une excellente idée car elle nous convainc à quel point les imaginaires des auteurs de polar sont débridés car, croyez-le ou non, il n’y en a pas une qui se ressemble ! Chacun des auteurs a su exploiter le lieu, et le milieu, et certains l’ont fait plus que d’autres. Je pense à Jacques Côté qui a pondu une satire des librairies à vocation fourre-tout, le titre mets sur la piste « Jungle Jungle ». Certaines sont douces et sentimentales, comme 233°C de Johanne Seymour, d’autres sanguinaires, je vise ici « Demi-deuil » signée Ariane Gélinas. Elle est si frappante qu’elle me reste collée à la peau du souvenir. Très fort. André Jacques nous présente une nouvelle noire, Perinde ac cadaver, froide et racée, de son plus pur style qui ne laisse aucun détail au hasard. Je ne parle même plus de nouvelle pour Florence Meney, son texte « Dernier chapitre au Bookpalace » est assez complexe et assez long pour être traité de mini histoire. « Mon combat » de Mario Bolduc punche avec sa fin retentissante, de celle qu’on ne voit pas venir. Le libraire et l’enfant de Martine Latulippe également. Elle manie habilement l’art de la nouvelle par le côté bref, intense avec un rebondissement qui jette à terre. Le palmarès de Richard Ste-Marie se présente comme une nouvelle qui ménage son assassin, peut-être la moins originale à mon avis pour son « déjà lu ». Je l’ai tout de même lue avec intérêt, ce qui ne fut pas le cas pour « Le psaume du psoque » de Benoit Bouthillette que j'ai abandonnée. 

Si vous ne connaissez pas ces auteurs, c’est le moment ou jamais de faire connaissance avec ce tout-inclus. En plus des 16 histoires, vous jouirez d’une fiche de parcours rédigée par le maître d’œuvre, Richard Migneault. Nous y découvrons son regard posé sur chacun d’eux, j’ai beaucoup apprécié.

Il y en a pour tous les goûts, on plonge dans cette mer imaginative emportant un pince-nez, un casque de bain, une bouée et même un radeau, car du tumulte il y en a. Et n'est-ce pas ce que l'on cherche en lisant du polar ?!

15 commentaires:

anne des ocreries a dit...

ça donne envie, ouaip !

Richard a dit...

Merci Venise,

J'apprécie beaucoup !
Au plaisir de te lire !

Richard

Florence Meney a dit...

Merci ma chère pour ce splendide article. J'espère que la longueur de ma nouvelle ne t'a pas rebutée :)

Topinambulle a dit...

Je ne connais pas beaucoup les auteurs de polar québécois, alors je note assurément ! :)

Venise a dit...

Ça tombe bien, Anne, c'est justement fait exprès pour ça !

Venise a dit...

Richard : Je salue bien bas le maître d'oeuvre. Encore une fois, tellement une bonne idée ! Et elle fut si bien exploitée que j'aurais tendance à attendre la suite !

Venise a dit...

Florence : Non pas du tout. Quand c'est bien écrit, on suit le filon. J'ai plutôt été impressionnée par la longueur, c'était généreux. Une mini histoire, juste un peu plus, et cela devenait une plaquette.

Venise a dit...

Topinambulle : Bonne idée de commencer par cet échantillon, ensuite tu sauras un peu plus quels auteurs tu auras le goût d'approfondir. Toi qui fréquentes assidumént les librairies, tu vas beaucoup aimer qu'elles soient exploitées à chaque nouvelle.

Grominou a dit...

Tu es bonne vendeuse: moi qui suis peu attirée par les nouvelles, voilà que j'inscris ce recueil sur ma LAL...

Anneso a dit...

Même chose que Topinambulle, je ne savais pas par où commencer en matière de polars. Merci !

Flo a dit...

Un grand merci de t'intéressser à nous! Richard est un type génial, sans lui, que ferions-nous?

Venise a dit...

Grominou : Tu me vois heureuse de te l'entendre dire. Vendeuse de littérature québécoise, rien ne peut me faire plus plaisir !

Venise a dit...

Anneso : C'est certain que c'est la meilleure manière de commencer. Personnellement, j'aurais bien aimé commencer par là, mais ce bon bouquin n'était pas encore au monde.

Venise a dit...

Flo : Il est très dévoué en effet. On la sent cette passion pour l'auteur québécois, laquelle je partage tout à fait.

Isabelle Bouthillier a dit...

Oh! Mille mercis, je partage la bonne nouvelle sur mon blogue! :)

http://sympathiqueschroniques.blogspot.ca/2014/06/cles.html