dimanche 28 juin 2015

40 choses que je veux te dire d'Alice Kuipers

Cette histoire d’une adolescente de seize ans, Amy surnommé Bird, n’est pas destinée absolument pour les adolescents, même s’ils risquent fort d’y trouver leur compte.

Je vous le dis tout de suite, j’ai été surprise d’aimer le roman à ce point et j’ai vite oublié qu’il s’agissait d’adolescence parce que le sujet est avant tout universellement humain. Cela pourrait être aussi bien vous qui ayez l’habitude de dresser des listes afin de contrôler le plus possible les éléments de votre vie.

Avoir la mainmise sur sa vie, est-ce possible ? Cela comprend sur ses parents, ses études, ses amours, ses amitiés. La meilleure manière qu’Amy a trouvé pour y arriver : dresser des listes de choses à faire et les suivre au chiffre et à la lettre. Cela en fait une jeune fille studieuse, sage et responsable. Et avec un chum régulier, un ami d’enfance, qui est impeccablement tendre, sensible, attentif. Qui dit mieux ? Mais voilà, serait-ce trop parfait pour être vrai ? On sait que les femmes sont parfois attirées par des garçons à l’allure un peu voyou. 

En tentant de décrire l’histoire, sans vendre d’intrigue, je réalise qu’elle est à la base simple, mais la manière de l’aborder est complexe. On ne tombe pas dans le convenu, nous serons déjoués dans les détours.
Cette histoire aborde de front l’amitié entre filles, la différence entre l’amour amitié et l’amour passion, nos exigences vis-à-vis nos parents, la séparation, la grossesse chez les jeunes, et ce qui couronne le tout : la tromperie. À commencer par la tromperie vis-à-vis nos propres attentes, de nos rêves, de nos espoirs.

Il est à peu près impossible de ne pas s’attacher à cette jeune fille qui veut faire du bien autour d’elle et pour cela, elle tient assidument un blogue sous le pseudo M’zelle-contrôle-de-soi. Elle parsème son blogue de sa rubrique intitulé « Brin de sagesse » et répond aux problèmes des jeunes de son âge. Parfois, ce n’est pas facile, elle doit réfléchir mais elle trouve toujours une réponse avec des airs de perfection. C’est beau de la voir aller, je crois qu’il n’y a pas une mère qui n’adopterait pas une telle fille, d’ailleurs elle est cent fois plus sage que son père qui a un caractère immature.

Bien entendu, il lui arrivera ce qu’il faut pour bousculer son bonheur théorique appris par cœur.

Roman solide où l’auteure a pris le temps d’installer son sujet en profondeur et qui, plus que crédible deviendra réel. Cette jeune femme existe, oui, en quelque part dans le monde, elle existe, je n’en démords pas !

Si j’avais à cerner cette histoire, je dirais une confrontation de la pratique à la théorie. Cela vise directement les adolescents, tout en prenant un détour intéressant pour pointer quiconque se frotte à la réalité avec des principes rigides. Jusqu’à quel point peut-on avoir le contrôle de sa vie ? Voilà la principale question qu’aborde ce roman aux allures de modernité. 

Style vivant, jeune, efficace où on peut piger d’excellents principes de vie. Seront-ils applicables ? Cela n’est plus l’affaire de l’auteure, mais la vôtre !

4 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Ouh, ça me plaît ça !!!

Karine:) a dit...

Je n'aurais pas pensé qu'un tel roman puisse te plaire. Du coup, je suis doublement curieuse!

Venise a dit...

Anne : Sans l'ombre d'un doute, oui, ça te plairait.

Venise a dit...

Karine : J'aime assez souvent les livres conçus pour les ados, surtout lorsqu'ils sont très dynamique et humain. Cette fois, c'est particulièrement bien fait. Karine, je crois que tu serais entièrement sous le charme.