jeudi 5 mai 2016

La malédiction T.3: Le cri de l'épervier de Louise Simard

Je lis rarement une série à plusieurs tomes, celle-ci étant mon exception à la règle. Vous comprendrez pourquoi : l’action se déroule dans ma région, principalement à Sherbrooke, à Orford et même à Magog. Et j’ajouterai que Louise Simard manie bien le roman historique, probablement que son expérience, vingt-cinq publications à ce jour, n’est pas étrangère à ce savoir-faire.

Au tome 2, Le confluent des rivières, je me suis attachée à Charlotte, une femme d’affaires, tisserande menant sa barque seule, mère de famille et sans homme pour la soutenir. Elle a été une femme aimée et qui aime mais n’est décidément pas chanceuse au chapitre des amours.

Pour ce tome 3, intitulé « Le cri de l’épervier », l’auteure prend du recul face à son personnage de Charlotte, ce qui permettra au lecteur de développer des liens plus étroits avec la famille dans son ensemble. Charlotte a eu deux fils de pères différents : Tom né d’un père Abénaquis et Joshua d’un père porté sur la bouteille. Sans oublier Isabelle, une fille qu'elle a adoptée par un concours de circonstance qui a prouvé une fois de plus qu’elle est une femme de cœur. Il y a également son homme de mains, François, un employé qui prend soin du troupeau de moutons comme si c’était sa propre entreprise. Ces quatre jeunes, sous la barre de la vingtaine sont bien campés dans leurs différences et leurs destins hétéroclites se tissent sous nos yeux curieux.

Quatre destinées forment le nœud de cette histoire qui aborde l’amour passionné, la loyauté familiale et de solides liens d’amitié. Même si nous suivons les quatre, c’est Joshua, l’ainé des garçons qui montera sur la sellette. J’ai pris son destin à cœur un peu plus que les autres pour le paradoxal de son caractère ; aimant et violent. Le jeune homme se bat contre de puissants démons intérieurs dont une féroce jalousie. On peut conclure qu’il a une génétique lourde mais que l’éducation reçue de sa mère pourrait venir équilibrer ses penchants impétueux, en autant qu’il y mette de sa propre volonté. Jusqu’à quel point voudra-t-il y mettre du sien pour arriver à dompter ses élans colériques et sa propension à s’évader dans l’alcool ?

Je me suis sincèrement inquiétée pour Joshua tout en m'intéressant à Isabelle, dont le cœur rempli d’amour à donner, s’enflamme comme une brindille de foin sous l’allumette. Ces deux jeunes m’ont tenu en haleine et j’ai été incapable de discerner à l’avance le contour que prendrait leur vie. J’aime être déjouée par un auteur en autant que le tout reste crédible. C’est assurément le cas ici.

Le roman nous permet de constater jusqu’à quel point la vie est dure en ce début de 18e siècle. Une femme doit doublement se battre pour occuper une place enviable et, heureusement, Louise Simard a décidé de pointer le côté fort des femmes, au lieu du faible. Parce que l'on a bien sûr toujours le choix de montrer la moitié du verre vide ou sa moitié pleine.

J’ai grandement aimé ce tome 3 même si l’auteur exige de son lectorat un important sens de l’adaptation pour assimiler des revirements majeurs.

1 commentaire:

anne des ocreries a dit...

Une série à explorer, décidément.