lundi 16 mai 2016

Le géant de Francine Brunet

Après Le Nain, voici Le géant. Bien entendu, on a voulu une continuité par l'opposition des titres.

D’entrée de jeu, je déclare que Victor, Le géant est le personnage qui m’a le moins frappé dans cette histoire. Ce n’est pas parce qu’un personnage remplit une pièce par ses six pieds et sept pouces qu’il captera tous les regards. Rosita ou Rosie, sa fille de quatorze ans sait beaucoup plus attirer l’attention par son intensité d’adolescence : sa complexité, son ambiguïté. En plus, elle tente de tenir l’équilibre entre deux familles : son père, Victor et sa conjointe aux origines amérindiennes et sa mère dans un couple homosexuel. Il y a de quoi ramer pour une ado, car les deux familles sont quasiment aussi couveuses une que l’autre. Je dis quasiment, car le couple de femmes ne donnent pas leur place. Il n'y a pas beaucoup d’adolescentes qui rêveraient d’avoir deux mères pour le prix d’une !

Rosie réclame donc de l’espace pour laisser grandir son identité. Et avec raison. Cette jeune fille en a besoin, car elle se donne corps et âme pour sa jeune sœur Babal, qui est aussi spéciale que l’est son prénom. Elle l'aime, l'entoure de son amour, lui voue une admiration qui étonne. Babal déclame de longues tirades et on ne sait trop d’où elles sortent. Cet enfant de cinq ans est un peu bizarre et du coup inquiète son entourage. En bout de ligne, les deux enfants inquiètent leurs parents qui iront chercher de l’aide psychologique extérieure.

Mais revenons au géant qui se réclame d'être le centre de l’action. Il exerce le métier de camionneur. Lui et ses acolytes tuent tous les clichés avant même qu'ils sortent de leur sac. Par exemple, Victor est à la tête d’un club de lecture pour camionneurs. Ces coéquipiers ne lisent pas, ils écoutent des livres pendant qu’ils tiennent leurs volants pendant leurs randonnées au long cours. Et ils adorent cette activité. Faut dire que la voix mystérieuse qui lit les histoires les envoûte tous, autant qu'ils sont.

Bon, ai-je aimé mon escapade au pays du géant ou plutôt au pays des atypiques ? Je fais remarquer qu'aucune personne n’a un parcours typique dans cette histoire, et cela passe sans que l’on crie au cirque. L’auteure a une manière de raconter, comme si nous étions dans la normalité, assez que l’on se croit dans la normalité, ce qui incombe au talent brut de Francine Brunet. Un point m'a dérangé et c'est le fait que le géant porte le titre du roman quant en fait je suis passé à côté de lui dans cette histoire. Même s’il tisse ou porte de nombreux liens, on ne le connaitra pas plus au début qu’à la fin. Ce que l’on sait dès le début « C’est un bon diable », en fermant le couvercle du livre, on se passe la remarque « C’est un bon diable ». Il reste un mystère. Si le titre du roman avait été autre que « Le géant », cela m’aurait évité une frustration. C’est bénin, diront certains, et je suis bien d’accord, cela ne vaut pas la peine de bouder son plaisir pour autant.

Je termine sur cette note : Le club de lecture et l’abondance de références littéraires m’ont beaucoup fait penser à Jacques Poulin. Et je suis toujours aussi curieuse de lire le troisième roman de cette auteure qui est en train de faire sa marque.

2 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Ouais, celui-là, il ne m'emballe pas trop, j'dirais.....

Venise a dit...

Anne : Comme on ne peut pas tout lire et que tu es déjà gourmande, je te permets de passer ton tour pour celui-là (clin d'oeil).