mardi 24 avril 2007

Ma chère Simonne, c'est à ton tour ...


Si je vous dis qu'elle était féministe, pacifiste, syndicaliste, conférencière, écrivaine. Si je vous dis qu'elle a étudié la réalisation, la littérature et la sociologie en même temps qu'élever sept enfants ! Vous vous dites « Ce n’est pas possible ! » eh bien, rajoutez-y qu'elle avait comme époux un Michel Chartrand et vous avez devant vous une femme vaillante, Simonne Monet Chartrand. Syndicalisme et pacifisme ne riment pas toujours ensemble, or, cette femme de cœur les a mené de front, sa bibliographie en faisant foi avec deux livres sur la paix (ce qui lui a mérité le titre d’artiste de la paix de 1991).

Aujourd’hui, c’est la femme écrivaine qui m’intéresse, celle qui a étalé sa vie en 4 tomes. Celle qui a inspiré la télésérie où j'ai eu l'honneur de jouer un troisième rôle. J'avoue que depuis ce jour, et j'espère que Simonne me le pardonnera, il m'arrive de visualiser Geneviève Rioux à la place de Simonne. Faut dire que physiquement ces deux femmes se ressemblent étonnamment. L'actrice dit avoir lu et relu "Ma vie comme rivière" pour saisir la fibre intime de cette infatiguable humaniste qui s’y livre tout d’un bloc sans aucune censure. D’ailleurs, Michel Chartrand apportait son grain de récitences vis à vis ce qu’il appelait l’impudeur de sa femme qui voulait publier leurs lettres d’amour. Elle lui répliquait ; qu'avons-nous à cacher ? Nous sommes tous pareils et ce qui compte, n'est-ce pas de partager tous ensemble notre vécu afin de s'aider à mieux se comprendre ? Elle a eu gain de cause ... malgré qu'il aurait été malaisé pour M. Chartrand de lui retirer ce qu'il lui avait si aimablement écrit ! À travers plusieurs lettres reproduites de son autobiographie, on apprend à l'aimer en se penchant vers sa voix intérieure (d’ailleurs, les lettres au « je » font souvent cet effet, vous ne trouvez pas ?).

Cette âme pionnière a été la première à placer l'authenticité en tête des valeurs d'une société et elle s'est battue pour cette cause qui en contenait bien d'autres. Suite à la lecture de cette saga vécue, j'ai eu la forte impression de la connaître intimement au point d'éprouver l’envie irrésistible de l'appeler "Chère Simonne".

* * *
Dites-vous que je ne suis pas la seule à être tombée sous son charme, la différence est que Bernice Hamel, présidente de la Fondation pour les arts et la culture du Bassin de Chambly a mis son admiration à exécution. Elle est l'initiatrice d'une soirée hommage à la grande dame en l'Église de Richelieu, sisse à Richelieu, ville où madame Monet-Chartrand a terminé ses jours.

Les productions Sous la dentelle en collaboration avec la Ville de Richelieu présentent un grand spectacle bénéfice "Le Grand amour Monet-Chartrand" au profit de la bibliothèque de Richelieu qui porte d’ailleurs son nom. Il y aura, entre autres, une mise en lecture des lettres de Michel Chartrand et une chanson interprétée en clôture par le comédien Jean L’Italien, appuyé de quelques choristes.

Jeudi le 26 avril – 19 h 30
Billets 20 $ (pour une bonne cause !)
Église Notre-Dame-de-Bonsecours de Richelieu
Info à l'hôtel de ville de Richelieu, 200, boulevard Richelieu
Pour informations : (450) 658-1157

Ma chère Simonne, c'est à ton tour de te laisser parler d'amour !

Venise

1 commentaire:

Brittany a dit...

This is great info to know.