Faites comme chez vous

Faites comme chez vous
c'est recevant !

vendredi 9 novembre 2018

Turbulences du coeur de Nathalie Roy

Nathalie Roy se définit comme une romancière d’histoires au féminin.  Turbulences du cœur est son dixième roman et, au lieu, d’y aller avec du familier, du connu, du confortable la "femme", elle s’est lancée avec un protagoniste principal masculin : Louis-Philippe Rousseau.

J’avais une toute petite crainte en commençant à lire, car franchement Nathalie Roy connait la femme sur le bouts de ses doigts : son sens du détail, son habilité à se dévouer, ses goûts, ses habitudes et ses attirances. Je me demandais si son homme serait aussi crédible. Le test est passé, j’ai cru à ce bon diable en mal de changer de vie !

On surprend ce grand avocat à l’orée de la quarantaine, et si on fait le calcul, il engendré son ado de 15 ans à l’âge de 24 ans. On se doute bien que sa fille, Romy a été, jusqu’à date, une empêcheuse de tourner en rond dans sa vie de « quasi » célibataire. Jusqu’à date, Romy était la fille à sa maman, Louis-Philippe devenant père de fin de semaine uniquement. C’est que monsieur est un avocat ambitieux dans un grand bureau où on carbure au travail. 

Les premiers chapitres nous exposent cette vie réglée au quart de tour, avec parfois des éclaircies dans le cerveau de l’homme où s’infiltrent ces questions ; est-ce que j’aurais laissé passer la femme de ma vie ? Suis-je en train de négliger ma fille ? Est-ce que mon précieux assistant, William a raison de se plaindre d’une surcharge de travail ?

Nathalie Roy joue des relations homme-femme, comme un chat avec une souris, habilement et dans le plaisir de la capture. Sa force est indéniable : lorsque le personnage est convaincu d’aimer pour la vie, le lecteur l’est tout autant. Pour mon plus grand plaisir, je me suis fait prendre dans la souricière à quelques reprises, je n’avais pas vu venir le dénouement et tant mieux ! J’aime être déjouée.

Le roman commence lentement, comme un lourd véhicule qui doit réchauffer son moteur avant de s’élancer à bonne vitesse. La peur de m’ennuyer dans du convenu m’a effleuré et puis, hop, on change de continent, le rythme change, la routine casse. On a un condo et des plages à visiter en Floride. J’ai senti l’auteure bien connaître les lieux et son plaisir d’y séjourner était palpable.

Tout en défilant l’histoire principale, différents thèmes sont abordés : le transgenre, l’homosexualité féminine, la filiation reniée. Évidemment, ce n’est pas un drame psychologique mais si on veut s’y arrêter, il y a une amorce de réflexion.

Pour être honnête, ma relation préférée est la progressive prise en charge de l’adolescente par le père. L’adolescente est bien campée, le casting est excellent ! Le père y met du sien pour rattraper le temps perdu et l’ensemble parait plausible. C’est une lecture qui peut faire du bien à des pères qui ont perdu la foi en leur capacité paternelle. L’auteure donne le droit de croire qu’il est possible de renouer avec notre enfant si on est motivé.

Je dois m’en confesser, j’ai eu de la difficulté avec la personne de mon âge qui pourrait être mon amie et je nomme ici : Marguerite, la mère du protagoniste. Avec son « je sais tout et je te connais tellement, et ces incessants lapineau », elle avait de quoi m’énerver. En fait, je trouvais Louis-Philippe bien bon de la trouver charmante. Peut-être est-cela la plus grosse différence entre un homme et une femme dans la relation à sa mère, l’homme est plus clément. Tant mieux pour lui, s’il roulait les yeux d’agacement et finissait par sourire d’indulgence ! Pour moi, le charme n’a pas passé la rampe. Trop d’amour et d’attention, c’est aussi pire que pas assez ! Je lui accorde cependant qu’elle est une femme déterminée car elle aura gain de cause (un secret à découvrir).

Est-ce que l’on peut conclure pour autant que je suis allergique aux portraits de femmes fortes, se tenant près d’une femme idéalisée ? Non, car il y a une femme fascinante dans cette histoire et celle-ci, je fais plus que l’endosser, je veux la voir vivre sous mes yeux. Et je risque d’être exaucée … en dire plus serait trop en dire.

Allez, faites comme l’auteure, n’ayez pas peur de l’homme, et plongez dans son cœur, malgré les turbulences.

Turbulences du coeur
Nathalie Roy
Libre Expression
344 pages
Sortie en octobre 2018

samedi 27 octobre 2018

L'Inextinguible de Maxime-Olivier Moutier

J’ai lu ce livre quand il est sorti début 2018. Ce sont 15 entretiens menés par Paula Singer (un pseudo, selon ses dires). J’aime le genre « entretien » et ma curiosité est toujours en alerte devant Maxime-Olivier Moutier, cet être tellement confortable dans son unicité.

Je ne sais pas si vous en avez entendu parler, mais ce livre a fait une mini tempête dans les médias autour du mois de février 2018. Je vais utiliser la fameuse expression « une tempête dans un verre d’eau ». Des journalistes aguerris se prenaient la tête : « Est-ce que Paula Singer est vraie ou fictive ? ». Autrement dit, est-ce que l’étudiante qui a initié les entrevues, accompagnée d’une autre étudiante, Sophie Galarneau sont de pures inventions issues du cerveau désordonné et égocentrique de Moutier ? Je n’avais jamais vu des intervenants du domaine littéraire s’arrêter à cette question bêbête : vrai ou faux ? Depuis quand c’est important de départager le vrai du faux en littérature ! J’ai eu beau chercher, même après ma lecture, la question du siècle perdure : pourquoi diable avoir tant accroché sur le vrai ou faux !

Le livre est généreux, parce que Moutier l’a été. Il a répondu à toutes les questions de ces jeunes dames. J’ai certainement appris à mieux le connaître et je n’ai pas été déçue une miette du personnage. Je dis « personnage », au lieu de personne parce que Maxime Olivier Moutier est si particulier, si poussé comme être humain, que j’ai tendance à le prendre pour un personnage. D’ailleurs, se prend-il pour tel ? C’est intéressant de se poser la question. Ses affirmations sur le féminisme ou n’importe laquelle des énormités qu’il énonce, dans un semblant d’indifférence, ne me font pas frémir. Je prends toujours ce qu’il dit avec un grain de sel. Il a besoin de vérifier la vérité en la retournant de tous les côtés pour en apercevoir les aspérités. Il la tient loin de lui, ce qui lui confère du recul, générateur de plein de déductions. Il ne faut donc pas prendre ce qu’il dit au pied de la lettre. Il explore. Il analyse.

Les entretiens auraient pu être banals, car les questions l’étaient. Cela a tombé sur la bonne personne, car rien n’est banal avec M.O.M., ni son enfance, ni ses métiers, ni ses études, ni ses opinions. Qui connaît un peu le pouvoir de la psychanalyse a une idée du fonctionnement d’une personne comme lui. Il s’analyse au fur et à mesure qu’il vit. Une psychanalyse, ça ne se complète jamais, tant qu’il y a de la vie, il y a de la matière à analyser. C’est la science de l’étude de soi, de cette relation subtile et laborieuse entre le conscient et l’inconscient.

Si vous êtes curieux de la psychanalyse, allez-y allègrement, lisez L’inextinguible et si vous êtes curieux tout court, lisez ce bouquin qui ne se compare à aucun autre. Peut-être trouverez-vous pourquoi, il faut autant détecter si l’intervieweuse est fictive ou non ! Vous vous en sortirez avec une meilleure connaissance de la psychanalyse, et pas seulement parce que l’interviewé est psychanalyste, plus parce qu’une passion l’allume. Il est convaincu du bienfait de l’analyse sur une personne. Il fait allusion à plusieurs reprises à Lacan, un pair de Freud, si j'ai bien compris. Ça a piqué ma curiosité et j’ai trouvé ceci : Quel est le but de la psychanalyse lacanienne ? Cerner l’origine de nos névroses grâce à la parole et au décodage de notre inconscient. Sa spécificité ? Des séances à durée variable.

Bref, Maxime-Olivier Moutier est le serviteur royal de la polémique. Il y croit énormément car, selon lui, elle sert : « à se rappeler que nous ne possédons jamais la vérité et que nous nous trompons tout le temps ». J’aime cette humilité. Ça va le changer, lui qui se fait continuellement traiter d’imbu de lui-même ! J’aime les gens qui questionnent sans cesse leurs réponses, et Moutier est de cet acabit.

J’ai moi aussi réalisée combien je suis unique (sans prétention !), en prenant possession de ce « 352 pages ». Contrairement aux critiques, j’ai aimé les notes post-entrevues de Paula Singer et ses disdascalies. Les précisions étaient consignées en limpides phrases brillantes de banalités, mon esprit n’avait plus d’autre choix que d’atterrir tout en douceur de son vol plané. En plus, elles m’intriguaient ces étudiantes. Je les trouvais plus mystérieuses que l’interviewé de qui, on s’attend à tout, ce qui sert de pare-surprise. 

Pour ce qui est de la fin, car une fin à la fin il y a, je la laisse en suspens. Personne n’y est resté indifférent, et moi non plus. Pour garder un peu du suspense, je parlerais d’une cerise sur le sundae de tout bon voyeur qu’est le lecteur.

L'Inextinguible - Entretiens avec Maxime-Olivier Moutier
Initiés par Paula Singer
Collection Hamac
2018 - 352 pages

dimanche 21 octobre 2018

Une sentinelle sur le rempart - Jean Lemieux

J’éprouve un peu de vertige au-dessus de cette feuille blanche, suite à tout ce temps passé à ne pas commenter mes lectures. Heureusement, ce livre est tout simple sous sa forme de récit. Par « récit », on s’entend sur du vécu non déguisé : deux bonnes grosses tranches de vie.

J’étais curieuse de ce titre car, jusqu’à date, j’avais lu le docteur Jean Lemieux comme auteur de polar. J’aimais ses histoires policières se tenant près de l’humain. Réalistes, quoi ! Eh bien, cette fois, j’ai été gâtée sous l’angle du réalisme puisque c’est sa vie telle quelle : de médecin résident aux Iles-de-la-Madeleine, chapitres qui alternent avec sa vie de médecin senior, cette fois à Québec, dans un hôpital psychiatrique

Si on se base sur le fait que docteur Lemieux vient à peine de prendre sa retraite, dans les chapitres relatant sa vie de chef de service à Québec, on y aborde les conséquences de la réforme radicale du ministre Barette. Rare est l’opportunité de lire de l’actualité récente à ce point, ne serait-ce que pour cet avantage, sa lecture vaut déjà la peine. 

J’ai bénéficié d’un autre privilège et c’est celui d’échanger quelques phrases avec Jean Lemieux au Salon du livre de l’Estrie. Je lui ai parlé de ma difficulté de m’adapter à l’alternance d’un chapitre à l’autre, passant de son monde de jeune homme rempli d’idéaux à l’homme mûr pour un changement dans sa vie. L’écart entre les deux mondes est immense et ça tient le lecteur alerte ! Cette manière de raconter lui est venue naturellement, m’a-t-il confié et, en même temps, il comptait sur les chapitres de ses débuts pour adoucir l’âcreté des chapitres plus actuels. Mission accomplie puisque que, même les catastrophes imminentes me laissaient assez sereine. Je suis restée suffisamment calme devant certaines atrocités, pour finir par me demander si j’avais perdu ma compassion en cours de route !

J’échafaude l’hypothèse qu’il n’y a pas que l’alternance des deux époques qui a attendri la dureté du propos. Je crois que le contrôle qu’exerce l’auteur, pas uniquement la maîtrise de l’écriture, y est pour beaucoup. Je vise aussi la voix du narrateur empreinte d'un recul évident devant l’adversité. D’ailleurs, je pourrais même, si je le voulais, me conforter dans mon impression en avançant que le médecin a de plein gré, et rapidement, choisi d’œuvrer avec les malades psychiatriques. Il faut y voir la démonstration d’un esprit solide. D’ailleurs, sous sa plume, l’anormalité apparait si naturelle, que j’ai dû parfois convaincre mon cerveau que ce n’était pas là des comportements courants qui m’étaient décrits.  C’était beau à voir, je l’avoue. Aborder la différence avec une attitude aussi ouverte, on voudrait tous atteindre cette acrobatie de l’esprit. Peut-être que l’écrivain me dirait qu’il y a un monde entre la phase de l’écriture et celle du vécu, je suis bien prête à le croire. Arrêtons-nous un instant au titre : « Une sentinelle sur le rempart » à laquelle l'auteur s'identifie. Y a-t-il plus stable qu’une sentinelle qui veille ? Et celle-ci se tient sur le rempart ; une muraille qui protège. Je vous laisse conclure : l’image offre une double protection.

Les lieux importent dans cette histoire vécue. Plusieurs années s’écoulent aux Iles-de-la-Madeleine et ce n’est pas pour déplaire. On se sent un brin dépaysé et que grand bien nous fasse. Que le docteur Lemieux ait élu domicile sur une île est assez révélateur. Le côté paisible de l’endroit, sa population restreinte, ses vents forts qui balaient, ont certainement aidé à évacuer les cas lourds rencontrés à l’urgence, car cas lourds il y a, et amplifiés, par l’absence de moyens.

Plus je tente de rendre justice à ces récits qui se côtoient, et plus je réalise que Jean Lemieux ne l’a pas eu facile. Au cours de ses premières années, les moyens manquaient à cause principalement de la distance et dans ses dernières années, les moyens manquaient à cause des failles du système imputables à la réforme Barette.

J’aborde ce récit comme un cadeau, en considérant que l’écrivain a fait des pieds et des mains pour arriver à le pondre rapidement. Je ne sais pas quelle en était la motivation première mais j’ose croire que ça se voulait un témoignage incisif sur la situation médicale qui ne tient pas la route au Québec par les temps qui courent.

Discours de fer dans une plume de velours

Une sentinelle sur le rempart
Parcours d’un médecin
Jean Lemieux
Québec-Amérique

jeudi 18 octobre 2018

Passer le mot à la Volumineuse !

Belle lurette que je n’ai pas écrit sur mon blogue, Le Passe-Mot, que j’appelais aussi mon carnet littéraire. Depuis des mois, je pense y revenir. Plus qu’un écran m’en empêchait, plus qu’une glace épaisse m’en séparait, j’avais à fendre une frontière creusant ses racines dans des terres inconnues. Des terres innommables.

Et puis, ça y est, me voici, enfin transformée. Pour le mieux, de cela je suis certaine. J’ai pensé marquer ce changement d’attitude par un changement visuel. Nous, les Québécois avons cette tendance à marquer nos changements, le gouvernement fraichement élu en est une démonstration patente. Donc, au lieu de lire « Le Passe-Mot de Venise », vous lisez « La Volumineuse ».

Sous cette nouvelle appellation, je vais lire autant qu’auparavant, et toujours de la littérature québécoise. Cette motivation n’a pas changé d’un iota. D’ailleurs, ce n’est pas parce que j’étais absente que je n’ai point lu. Sainte-bénite, que j’ai lu ! Pas de la même manière cependant. Maintenant, j’avale d’une traite, sans dédoublement du « je » ; un qui compile, un qui assimile.

Si je faisais une pile de ce que j’ai lu, elle s’écroulerait. Aussi, je vais parsemer des lectures passées parmi des actuelles. La Volumineuse sera gourmande. Il lui arrivera d’avaler sans avoir mastiqué. C’est permis et je me le permettrai. Au Passe-Mot, la tendance penchait un peu trop à pondre des textes journalistiques, ou qui se prenaient pour tels. Fini cet apparat, je m’allège. Je ne triturerais plus mon cerveau de justifications, surtout pour mes « j’aime pas ». Des « j’aime », c’est facile à lancer et aussi facile à étayer. Tandis que les fameux « j’aime pas » me grugeait de l’intérieur. Je me laissais intimider par eux, m’imposait le devoir que les lecteurs en comprennent les raisons. Le milieu est petit au Québec, et de plus en plus d’auteurs me lisaient et réclamaient de comprendre. J’en étais à les entendre crier derrière ma tête quand, dans les faits, ils ne faisaient peut-être que murmurer. Mon sentiment du devoir étant exacerbé, cela retirait du plaisir de partager.

Parlons-en du plaisir ! Je suis revenue sur cette voie. Je repars en neuf, habillée d’une nouvelle attitude. J’ai déposé mon égo dans la marge. C’est fou ce qu’une réputation, qui s’étage pierre après pierre, peut devenir lourde si on n’y prend garde. J’ai vécu beaucoup, beaucoup de choses durant cette période de deux ans et j’avance aujourd’hui avec de nouvelles dispositions d’esprit.

La Volumineuse n’est pas que gourmande de dévorer des livres, elle est rieuse, lumineuse, s’anime de la joie de s’exprimer sur le milieu littéraire. Dans ce juste milieu que Marsi et moi occupons, on tente de tenir l’équilibre entre deux pôles : le paraitre et l’être. Il est clair que je vais vous parler de Marsi (vous avez vu, il apparait dans ma nouvelle bannière !) dont le talent se confirme dans une œuvre animalière. Je vais partager sa carrière qui prend de l’essor, sa manière de le vivre, et la mienne aussi. Il m’offre le cadeau de sa parole et j’aime la porter haut. 

Je n’ai pas que fait le ménage dans ma tête, dans mes genoux également. Je porte deux genoux flambant neufs, suite à deux opérations. « Nickel », comme disent les jeunes ! Deux yeux neufs, également (des lentilles intraoculaires).

Je me lance donc, et j’ai hâte de vous parler de ces trois titres assez récents et fraichement lus :
- L’Inextinguible de Maxime-Olivier Moutier – Collection Hamac-Carnets
- Une sentinelle sur le rempart – Parcours d’un médecin –Jean Lemieux -Québec-Amérique
- 160, rue Saint-Viateur Ouest – Magali Sauves – Mémoire d’Encrier
**Deux premiers titres reçus en exemplaire de presse

J’espère que vous me suivrez. 😊 - Personne n’écrit uniquement pour soi ! Par contre, je me suis souhaité, avant même d’écrire la première ligne, de rédiger un peu plus pour moi. C’est fou, n’est-ce pas, de devoir se forcer pour se destiner une action ! Les altruistes doivent pencher vers eux et les égocentriques, vers les autres. Pour atteindre et chérir l’équilibre. J’ai pris conscience que si on ne retire plus de plaisir d’une action, on finit par braquer le projecteur sur l’autre, et l’autre, eh bien lui, perd une part de liberté de réagir. 

J’ai parlé du fond, je me promets également de ne pas m’en faire autant pour la forme, je parle des fautes de français, ou des coquilles. Parce que oui, j’en fais, et parfois par ignorance (les plus dures à me pardonner !) d’autres fois, par distraction. Nous, les blogueurs, nous ne bénéficions pas de correcteurs. Les écrivains et les journalistes, même les plus chevronnés, en bénéficient et en sont grandement soulagés. Il me semble qu’ils devraient, plus que quiconque, être conscients qu’il n’est pas évident ce recul indispensable à une relecture correctrice.

Lors de mes derniers billets du Passe-Mot, Marsi devait me lire avant que je publie. Durant sa lecture et mes nombreuses relectures, je serrais les dents, stressée plus que nécessaire. Fini les dents serrées ! La Volumineuse ouvre grand la bouche pour accompagner chaque éclat de rire et et chaque éclat de dire.

Pour le plaisir, bienvenue chez La Volumineuse !

mardi 29 novembre 2016

Journée de récolte

Anne-Brigitte Renaud, auteure & éditrice
Dimanche fut une excellente journée pour Marsi et moi. Il en faut de ces jours vécus comme des encouragements évidents, qui nous disent à voix haute que nous sommes sur la bonne voie.

Michèle Plomer, auteure & éditrice
C’est la littérature qui a remercié les artistes que nous sommes, par l’intermédiaire de deux éditrices et auteures : Michèle Plomer et Anne-Brigitte Renaud. Je vous explique comme cela s’est passé.
Ces deux femmes ont décidé l’an passé de se lancer dans la grande aventure de l’édition, mettre en livres des œuvres qui se démarquent aux Éditions qu’elles ont nommées « Chauve-Souris ». Comme on n’est jamais mieux servis que par soi-même, elles ont commencé par une œuvre de leur cru « Sueurs froides » et suivait cette année le premier titre d’une jeune auteure estrienne du nom d’Annie Lagrandeur.

Annie Lagrandeur - Auteure
Hier, c’était donc son lancement à la Maison bleue près du Parc Howard à Sherbrooke. L’Association des auteures et auteurs de L’Estrie niche dans ce bâtiment et c’est eux que l’on doit remercier pour cette superbe idée d’organiser des lancements brunchs à 11 h 00 les dimanches (relâche l’hiver). Mais ce n’est pas tout. En plus d’offrir les lieux, trois grandes pièces, on demande aux organisateurs de l’évènement d’inviter un artiste. C’est là que Marsi entre en scène puisqu’il a été l’invité de ces dames.

Nous avons naturellement assisté au lancement de « La charmeuse de vent », un premier roman né après un séjour en Chine et au Japon. « Annie Lagrandeur explore l’âme d’un jeune Québécois amoureux d’une Chinoise aussi difficile à saisir que le vent ». On remettait avec chaque exemplaire une plume… À la lecture, nous découvrirons probablement le sens de ce geste.

Marsi entouré de son ours et son orignal
Voici un porc-épic marsien !
Pour Marsi, cinq chevalets étaient installés dans la pièce d’entrée où cinq tableaux animaliers jetaient leur énergie paisible. C’est que depuis un an, mon bédéiste préféré se plait à faire naître des animaux à la plume, où les infimes détails côtoient les masses pleines. Comme je lui dis souvent, je crois bien qu’il a trouvé sa ligne ! Se crée un contact entre l’œuvre et celui qui la regarde car vous êtes plusieurs à adopter ces bêtes stylisées. Hier, la magie a opéré puisque quatre œuvres se sont vendues, voilà pourquoi je parle d’une journée de récolte pour nous.

Les yeux fermés sur leur monde intérieur.
Un perroquet - Un boa

Ça faisait bien du monde heureux hier.

mercredi 16 novembre 2016

Mission Katy Cosmik ou retour de Venise

Je suis un peu gênée... nerveuse en tout cas. Malgré la réputée citation; charité bien ordonnée commence par soi-même, je suis gênée de rouvrir Le Passe-Mot avec une de nos créations « Mission Katy Cosmik ». J’ai longuement réfléchi, trop, va s’en dire. Avec quel article renouer avec Le Passe-Mot, avec vous mes lecteurs ?

J’ai vécu un mois et demi sabbatique et je vous l’ai fait vivre sans le moindrement vous en aviser. Je n’ai pas trouvé cela chic de ma part. Mais que voulez-vous, il arrive parfois dans cette vie pas toujours facile que nous nous sentions coincés, gelés, ou peut-être simplement lasses et épuisées.

C’est bien sûr ce qui m’est arrivé mais plus encore; j’ai subi une deuxième chirurgie en un an. Disons que j’en ai ma claque du médical ! Si encore le médical ne venait pas tempérer mon goût pour la lecture. Depuis un mois, je ne lis plus. J’ai recommencé hier soir. Bais oui, hier soir. Pour cela, j’ai dû me pardonner la dizaine de livres qui attendent d’être commentés et pour lesquels, ô calamité, je n’ai pris aucune note. Oui, aucune note, là j’avoue que ce n’est pas l’idée du siècle. Habituellement, j’aime faire passer une histoire romancée par le filtre du temps ; qu’est-ce qui m’en reste après 1 ou 2 mois ? Mais là, certains, ça fait 3 mois, si ce n’est pas 4.

Comment vais-je les aborder ? Je ne peux pas présenter une critique en bonne et due forme, non. Je donnerai mes impressions. C’est différent, des impressions. Une critique doit inclure l’ensemble de l’œuvre, les impressions peuvent exposer le plus, ou le moins frappant. J’irai ainsi pour les dix prochains titres, après je reprendrai ce que je juge comme de bonnes habitudes ; prendre des notes et faire un effort d’englober l’œuvre.

Avec des impressions, il se peut que certains commentaires soient courts. Ça peut paraitre injuste. Quand on aime une œuvre, de dire qu’on l’a aimée en peu de mots passe très bien, cependant quand on ne l’a pas aimée, le communiquer en peu de mots peut être vu comme un manque de respect. Je le conçois, de là mon malaise et de là les excuses que je présente ici sans ambages.

Ouf… Je me sens un peu soulagée. J’ai descendu la barre, vous savez cette barre que l’on se place haute parfois ? Nous, les dévoués blogueurs bénévoles devons vérifier où est placé cette barre pour arriver à continuer. À persister dans le plaisir.

C’est quand même impressionnant de voir que Le Passe-Mot a roulé sans moi pendant un mois et demi. Avec presque autant de visiteurs, c’en est troublant et même touchant. La bestiole vit sans sa nourricière, n’est-ce pas beau !

Je suis de retour. Je ne dirai pas pour de bon, car on ne sait jamais ce que le mauvais a à dire. Il s’exprime comme il veut et comme il peut.

N’empêche que Mission Katy Cosmik, l’œuvre de Marsi et de moi (oui, oui, mon nom y est) est sur les tablettes des librairies et même ce vendredi et samedi, nous serons côte à côte au Salon du livre de Montréal.

Kiosque Québec/Amérique-Stand 260

Vendredi : 13 h à 14 h
Samedi : 11 h à 12 h

J’espère que vous viendrez nous voir. Nous jaser ça.

dimanche 2 octobre 2016

Télésérie d'Hugo Léger

Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, du même auteur, j’avais placé « Le silence du banlieusard », premier de mon top 10 en 2013. C’est dire que j’avais des attentes face à ce titre.

Vous savez combien nous, les Québécois, sommes friands des téléséries. Hugo Léger s’approche de cette réalité, à sa façon, par le biais du vedettariat. Un homme simple et pas seul, avec une conjointe qu’il aime, tombe en amour de la vedette d’une télésérie très populaire. C’est un peu gênant pour lui, il se prend au jeu au point tel qu’il cache de sa conjointe pour savourer sa vive émotion, face à face avec son téléviseur. Il aime tout de cette vedette, qui incarne à l’écran une procureure, et s’imagine qu’ils ont des atomes crochus. On le voit fortement entiché, pas loin d’être hypnotisé.

Cet homme pratique le métier rare et inusité de comportementaliste canin. Son travail l’amènera à côtoyer cette vedette sacrée de l’écran.

J’ai beaucoup aimé le début de l’histoire lorsque l’homme est ensorcelé par les images envoûtantes d’un écran. L’amour qui paralyse, qui donne un choc ramène à une émotion que nous avons déjà presque tous déjà éprouvée : l’idolâtrie. Qui n’a pas à tout le moins déjà voué un amour démesuré et déconnecté pour une personne loin de soi : chanteur, animateur, comédien, magicien ? Être un fan, n’est-ce pas cette émotion mais en plus mesurée ? Cette partie du roman contient sa part de magie et de mystère, lesquels j’ai appréciés.

J’oubliais de vous parler d’une audace de l’auteur : il a entrepris de nous décrire chaque épisode de la télésérie. Nous lisons donc une télésérie. Gros défi qu’il s’est donné puisque regarder du fictif à l’intérieur du fictif est un concept amusant mais qui ne tient pas nécessairement en haleine. Le lecteur ne perds jamais de vue, que ce qu’il lit est fictif et ne se laisse pas obligatoirement obnubilé comme le personnage de Xavier Lambert.

J’avais évidemment hâte de savoir qu’est-ce qu’il arriverait à ce Xavier : allait-il quitter sa conjointe pour un sentiment issu hors de sa vie ? Est-ce que le fait qu’il soit tombé éperdument amoureux signifiait qu’il n’aimait pas vraiment sa conjointe ? Était-ce, comme la croyance populaire le veut, nous commettons un acte extraconjugale parce qu’il y a déjà une fissure dans notre relation ? J’avais à cœur ces questions et les possibles réponses m’interpelaient.

C’était sans compter que l’auteur ne m’amènerait pas nécessairement dans ces dédales, en fait, qu’il serait même tenté de les contourner.

Revenons au fait que notre homme est comportementaliste canin, ce qui l’amènera à fréquenter la fameuse vedette de son écran. Celle-ci deviendra un être de chair et d’os, faisant partie intégrante de son quotidien. Je vous avoue ma déception. C’est comme si la magie avait disparu d’un coup de baguette. La sublimation s’est volatilisée et nous nous sommes retrouvés au cœur d’une banale histoire de trio amoureux. Le questionnement perdait du coup beaucoup de sa subtilité.

Et c’est sans compter que je ne sois pas arrivé à croire au métier du protagoniste principal. Je n’ai pas vu Xavier Lambert, incarnant un comportementaliste canin. Pour un roman qui aborde l’apport et la portée du fictif dans nos vies, ce métier est resté pour moi une mise en scène avec tout le côté artificiel que laisse parfois le fictif quand le rendez-vous est manqué.

Un roman concept, auquel on ne peut reprocher le manque d’audace mais qui, malheureusement, survole le thème abordé.