dimanche 22 mai 2016

Les murailles d'Érika Soucy

Érika Soucy est une poétesse et elle a créé un personnage de poétesse dans son roman. Celle-ci veut vérifier qu’est-ce que son paternel peut bien trouver dans son travail en dehors de la civilisation, c'est-à-dire sur le chantier La Romaine. La curiosité peut naitre dans le cœur d’un enfant de toujours voir son père quitter pour de longues périodes : est-ce qu’il s’échappe d’une certaine réalité ? Est-ce qu’il s’échappe d’elle ?

C’est avec la complicité de son père qu’elle se fait passer pour un commis de bureau et arrive sur les lieux pour une semaine avec crayons et questions. Elle, dont le but premier est de sonder, et d’écrire de la poésie, je me suis demandé si elle allait trouver l’inspiration. J’étais aussi inquiète qu’elle ! De petites cabines pour dormir sur des terrains vagues, jonchés de pierres, une cafétéria bruyante, de gigantesques engins à véhiculer sur de longues distances. Et le langage direct employé par des hommes, des hommes et toujours des hommes. Quelques femmes seulement sont engagées dans les cuisines et elles sont pour la plupart des Indiennes.

Un univers rarement décrit dans un roman, déjà un bon point pour l’idée.

La poétesse arrive dans ce milieu de gars qui ne font pas dans la dentelle. Elle s’inquiète de son audace ; trouvera-t-elle le temps long ? Regrettera-t-elle ce geste de laisser sa famille derrière elle, son bébé d’un an et son chum ? D’ailleurs, tout au long du roman, c’est à son conjoint qu’elle adresse le journal qu’elle écrit sur les lieux.

Sa transplantation se fera facilement, je dirais même immédiatement, ne serait-ce que par le langage qu’elle emploie. Elle écrit peut-être comme une poétesse (on n’aura pas le loisir de le vérifier!), mais elle parle comme son père, son oncle et tous les hommes de chantier. Le moins que l’on puisse dire est que ça tombe bien. On pourrait aussi dire que c’est arrangé avec la « fille des vues » mais comme c’est facile de jouer le jeu, l’auteure est habile, presque ensorcelante, nous sommes preneurs de ces dialogues d’un naturel remarquable. On entend ce livre, autant que nous le lisons.

L’auteure a pris l’option d’explorer les faits mais touche à peine aux émotions, les effleurant, ce qui me fait dire qu’il s’agit presque d’une approche documentaire. On apprendra l’horaire de vie de ces hommes-là, le compte-rendu du travail qu’ils accomplissement, se mesurant parfois à aussi grandiose que des montagnes mais la jeune femme restera en surface de sa relation avec son père. Ou de son oncle. Pourtant, c’est un important geste de retrouvailles de sa part d’aller passer une semaine sur son « terrain de jeu » pour mieux le comprendre, laissant avec regret son bambin.

Ce roman est à prendre pour le meilleur qu’il a à offrir, une observation fidèle de ces hommes expatriés de leur famille qui travaillent dans des chantiers où tout est ramené aux besoins rudimentaires : travailler, manger, dormir, boire. Et parfois, boire trop. Dans des dialogues directs, rythmés au point de chanter à nos oreilles. 

1 commentaire:

anne des ocreries a dit...

Là, je suis remplie de curiosité. Ce livre m'intéresse.