mercredi 17 septembre 2008

Chère Venise

Vous savez tous combien j'aime la correspondance. J'en ai lue en j'en lirai, j'en ai écris et j'en écrirai. Aussi, lorsque la Martha de Marie Laberge s'est pointée le nez, vous avez été quelques uns à l'apporter à mon attention.
Je ne suis pas encore inscrite, je m'en étonne moi-même. J'hésite, je suis un peu récalcitrante. Qu'est-ce que vous voulez, j'ai de la difficulté à ne pas prendre le mot correspondance au pied de la lettre !

J'ai écouté attentivement Marie Laberge défendre "Les nouvelles de Martha" avec Christiane Charette qui s'est fait très directe, voici certaines questions qu'elle a posées :

CC : Pourquoi ne pas avoir fait un roman comme d'habitude ?
ML : À force d'entendre cette remarque courante de mes lectrices : "On dirait que vous l'avez écrit pour moi" est né le désir d'approfondir cette sensation en creusant l'intimité par le "je". En même temps, offrir des nouvelles à des personnes qui n'en reçoivent jamais par la Poste.
CC : Pensez-vous avoir des hommes lecteurs ?
ML : Oui, j'en ais déjà un d'inscrit ! Il va y en avoir d'autres, c'est certain ! C'est périodique, quelques pages une fois par mois est une bouchée abordable même pour les gens très occupés.
CC : Est-ce que cette initiative s'est déjà fait ailleurs ?
ML : Je pense bien que non, que c'est une toute première fois.
CC : Est-ce que vous pensez faire de l'argent avec ça ?
ML : Alors là, non, et surtout pas la première année ! En calculant que les timbres pour les 26 envois vont coûter 13-14 $ et toutes les dépenses inhérentes au site web et à l'administration du projet, c'est sûr que non. Le prix ne devait pas s'élever à plus de 33 $ pour éviter que des personnes s'en privent faute du budget nécessaire. Ces lettres seront des pièces uniques, des pièces de collection puisqu'elles ne seront jamais publiées.
CC : Est-ce que vous en avez terminé l'écriture ?
ML : Non, une partie seulement. Même si le projet est de tenir le rythme une fois toutes les deux semaines, il est concevable qu'il puisse y avoir des empêchements, un retard, mais les 26 envois sont garantis.

Et maintenant la fameuse, je dirais la fatale question :

CC : Est-ce que vous prévoyez répondre à ceux qui vont inévitablement vous écrire, touchées qu'ils vont être par les nouvelles de Martha ?
ML : À ce moment-là, c'est la créatrice de Martha qui va prendre la parole et préciser qu'il est impossible à Martha de répondre.

Voilà, pour les questions de Christiane Charette. La mienne maintenant, posée via son site et à laquelle j'ai reçue une réponse une semaine plus tard.

Venise : Est-ce que le côté personnalisé de la lettre se résume à inscrire le nom du destinataire ?
Patricia Huot : C'est en effet en ce sens que les lettres sont personnalisées. Dans votre cas, cela serait "Chère Venise".

13 commentaires:

Laurence a dit...

Bonjour Venise!
Ah! Cette initiative me fait revenir à l'adolescence, à l'époque où, entre copines, nous entretenions une correspondance passionnée pendant l'été. Et puis lorsque j'allais en camps de vacances, ma mère m'écrivait 2 ou 3 fois par semaine. Recevoir ces lettres était pour moi une joie pure! C'est drôle, quand même, le pouvoir d'une lettre... Enfin, je vais peut-être m'inscrire, moi aussi, par curiosité. Et puis, 33$, c'est le prix d'un livre (un peu cher) de nos jours. La seule chose, c'est que je me demande: si les lettres sont écrites au fur et à mesure (bien qu'une partie ait déjà été écrite), Marie Laberge n'aura pas l'occasion de les retoucher, d'examiner l'ensemble, avant de partager le tout avec le lecteur. C'est risqué. Risqué mais intéressant. C'est l'occasion d'accompagner l'auteure dans son processus créatif... Enfin, parlant de livres, j'aimerais bien vous envoyer le mien. J'ai une pleine boîte de mon dernier roman et je souhaiterais distribuer tout ça - je m'apprête à réaliser un déménagement international, et une grosse boîte de livres, c'est lourd!!! ;-) Seriez-vous d'accord pour en adopter un exemplaire? Vous m'avez l'air d'être une grande lectrice, j'aime votre passion, alors ce serait pour moi un plaisir de partager mon univers romanesque avec vous. Si vous en avez envie, je pourrais vous l'envoyer (tout ça gratuitement, évidemment, et sans obligation aucune d'en parler sur votre blogue - je serais bien gênée de vous embarrasser). Vous pouvez m'écrire à mon adresse personnelle: lacaravane08@gmail.com

Bonne journée!

Laurence

Venise a dit...

@ Laurence : Je vais commencer par répliquer à la fin de votre message : un gros OUI pour recevoir votre livre. Comment pouvez-vous en douter une seconde !!!
Et de deux, votre déménagement international m'intrigue : passez-vous de l'autre côté de l'atlantique ?
++++
Marie Laberge et sa correspondance. Vous vous inquiétez un peu du fait qu'elle en a déjà écrit une partie mais quant à ça, elle pourrait avoir déjà écrit les 26 textes. Qu'est-ce qui nous dit qu'elle tiendra compte des réactions de ses lectrices qui vont lui écrire ? CC ni moi n'ont pensé à lui poser cette question et sans plus tarder, je vais la laisser sur son site. Encore une semaine d'attente pour la réponse !

Caro[line] a dit...

Je souhaite pouvoir m'inscrire alors que j'habite en France... Je trouve le concept tout simplement génial ! Non pas que ce soit une lettre commençant par "Chère Caroline," mais c'est l'idée de recevoir toutes les deux semaines un petit bout de livre... :-)

JULES a dit...

Je me suis inscrite déjà. J'anticipe déjà l'attente entre chaque lettre!! Je m'excite juste à l'idée de recevoir mon Châtelaine à chaque mois, imagine une lettre écrite par Marie Laberge!!

Venise a dit...

@ Caro(line) : J'ai vu qu'il y avait un formulaire spécial pour les hors Canada. Si ça continue tous les rédacteurs de la Recrue vont s'inscrire ! Presque. C'est vrai que le "Chère Venise" est peu important, par contre, je suis drôlement intriguée si les commentaires vont venir modifier l'histoire. J'espère que l'on va me répondre pour cette question.
@ Jules : Tu me fais rire ! C'est si beau l'enthousiasme.

Laurence a dit...

Re-bonjour Venise! Quel bel enthousiasme de lecture! :-)

Oui, je suis dans les boîtes jusqu'aux oreilles... je m'apprête à revenir m'installer au Québec après 7 ans de vie à l'étranger, toute une aventure!

Je n'ai pas réussi à trouver votre email sur votre blogue alors je vous laisse le mien, pour que vous puissiez me laisser une adresse où vous envoyer un exemplaire de mon dernier roman. lacaravane08@gmail.com

Au plaisir de continuer à vous lire!

Laurence

réjean a dit...

Ces lettres ne seront jamais publiées ? Alors là, je suis surpris. Boréal n'a pas flairé la bonne affaire ? Personnellement, je croyais que sa maison d'édition lui donnerait un coup de main, ne serait-ce que techniquement parlant. Y a-t-il un nombre limité de participants ?

Venise a dit...

@ Réjean : D'après ce qu'elle en a dit dans l'entrevue, c'est sa propre initiative et ce sont ses propres sous qui sont investis dans cette entreprise. Peut-être que Boréal va s'en mordre les doigts un jour. En ce moment, c'est elle qui investit, c'est donc elle qui récoltera.
Si jamais, vous voulez écouter l'entrevue radiophonique, le début est à saveur politique (très senti) et la suite va pour Martha :
http://www.radio-canada.ca/radio/christiane/modele-document.asp?docnumero=64162&numero=1880

Venise a dit...

@ Réjean : J'ai oublié de répondre à la question des participants. Je n'ai jamais entendu qu'il soit question de limite de participants. Je vous dirai que bien au contraire, quant à avoir mis en place la "grosse machine" vaut mieux que nous soyons le plus grand nombre à attendre notre missive de Martha.
J'ai invité la personne qui s'occupe du site à venir visiter Le Passe-Mot, qui sait, peut-être aurons-nous une réponse plus précise à ce sujet.

Caro[line] a dit...

Il s'avère que quand tu cliques sur le lien pour les hors-Canada, tu es renvoyé sur une page de contact, avec un formulaire générique de contact (tes coordonnées et ta question à envoyer à tel email). J'ai donc envoyé ma question par email (il y a plus d'une semaine) et eu toujours aucun retour... Je retournerai à la charge sous peu !

Karine a dit...

Je ne suis pas encore inscrite... mais j'y songe. Vois-tu, mon problème de "courrier intermittent" pendant l'hiver me fait drôlement hésiter! Des plans pour que je retrouve les lettres 6 mois plus tard, illisibles sous la neige!

Venise a dit...

@ Caro(line) : J'ai bien l'impression que la gardienne du site le visite hebdomadairement. Disons, que ce n'est pas tout à fait une attitude "bloguale".
@ Karine : D'après moi, ton facteur est allergique aux paquets mais pas aux grandes enveloppes brunes. Et puis, moi à ta place, je sauterais sur l'occasion de la guérison de ton traumatisme épistolaire !

réjean a dit...

À propos du nombre de participants, cela continue de m'intriguer, d'autant plus que Marie Laberge semble vouloir s'occuper d'à peu près tout. Imaginez qu'il y ait 100, 1000, 10000 personnes inscrites. C'est quand même toute une organisation que d'envoyer autant de lettres personnalisées aux deux semaines. De quelles infrastructures bénéficient-elles pour assurer tout ça. Je croyais que son éditeur était derrière elle, mais ça ne semble pas être le cas. Je suis curieux de savoir. J'espère qu'on aura des détails de tout ça.