mercredi 17 décembre 2008

J'habite le village global

Nul n’est prophète en son village, excepté Fred Pellerin. Et on ne fera pas la Babine là-dessus. Quant à moi, j’ai réalisé que je me tiens loin du compte. J’ai reçu « Le Trait d’Union » fascicule publié par la Municipalité d’Eastman et un titre a tout de suite attiré mon attention :

À Eastman, on célèbre le livre toute l’année.

"Lors de la dernière enquête de la Statistique du Québec (1999) portant sur les habitudes de lectures des Québécois, deux régions seulement enregistraient des gains au niveau du lectorat : l’Estrie et la Montérégie.

Avec plus de 500 abonnés à la bibliothèque d’Eastman, Eastman n’est pas en reste. En 2008, les bénévoles de la bibliothèque ont enregistré plus de 5000 prêts de documents. Plus de 7000 ouvrages sont soigneusement répertoriés et la collection ne cesse de s’enrichir grâce aux dons des citoyens et aux acquisitions que le budget permet pour cette activité essentielle à la qualité de vie du village.

De nombreuses activités sont également proposées à la population : cercle de lecture, ateliers et cercle d’écriture, rencontres d’écrivains, causeries littéraires, animation pour la Journée mondiale du livre, vente de livres usagé, sentier des lettres, concours de la plus belle lettre des écoliers, sans oublier la grande fête des lettres des Correspondances d’Eastman, qui aura lieu du 6 au 9 août 2009.

Et suivait un avant-goût de 4 causerie ou conférence : Femmes et société dans les romans (12 février) - L'amitié avec le professeur de théologie Patrick Snyder inspirée de son livre : L'Amitié revisitée : de Platon au village global (26 février) - Écrire et lire en Amérique (19 mars) - Le roman des grands oubliés (16 avril)".
L’article m’a fait plaisir, le village du livre ! Ça fait ne pas regretter de l’avoir choisi. Mais j’avoue que de ne pas y lire de mention du Passe-Mot m’a fait un petit pincement. Pas douloureux, juste achalant. Il me semble qu’il manque quelque chose. Et puis, part la roulette de la réflexion : l’internet, on dirait que ce n’est pas fait pour rejoindre les proches. Y être le moindrement populaire ne veut en rien dire que tu seras connu de ton village. Le net, c’est pour rejoindre le lointain, le village global. Ce qui explique probablement que je sois moins porté à parler des activités de mon village, sachant que je suis peu suivi, peu lu par mon environnement immédiat. Ais-je tort ? Fred Pellerin, ce lutin endimanché, me clamerait un gros oui et rajouterai que c’est à moi de me faire connaître par l’oral. Qu'il a raison ! Je lui donne raison. J’aime l’oral aussi. Que les mots sautillent et s’éparpillent dans de bonnes ou boudeuses babines me plaît autant que lorsqu’ils s’allongent sur des lignes droites, toujours droites maintenant que nous n’utilisons plus le manuscrit qui les faisait danser.

Je l’ai dit, il n’est pas question que je fasse la Babine … puisque je m’en vais voir le film (enfin !) ce soir. Et peut-être vais-je y apercevoir une laitière, une étrangement emmitouflée, qui déambule dans ce village de circonstance, tirant sur sa charrette de pintes de lait s’entrechoquant dans une neige de sel. Parce que, oui, la neige dans Babine, c’est du sel. Techniquement, économiquement, y paraît que c’était préférable. Dans un village de féérie, on croit ce que l’on nous dit.

Et quand je pense que tout à l’heure nous allons assaisonner notre neige de sel pour descendre notre côte jusqu’à notre village pas global pour deux sous. Et que je l'aime donc quand même ! Je vous en prie, chers Eastmontois, chères Eastmontoises, si vous êtes à lire ces lignes, levez-vous bien droit et annoncez-moi bien fort votre présence, que je puisse me confondre en excuses.

Il y a de ces jours où l'on aimerait se tromper.

4 commentaires:

Mistral a dit...

Fallait leur demander de faire davantage, genre pousser votre char. Ou ben pas lésiner sur le gros sel!

:-)

line a dit...

Que dire ? C'est un oui vraiment fâcheux et je suis vraiment désolée; j'aurais du y penser. Ça confirme une chose pour moi : loin des yeux, loin du coeur. Puisque la liste annonçait des événements, est-ce que tu serais partante pour en faire un autour du Passe Mot ? Je pourrais en assurer la promotion et l'organisation. On s'en reparle si tu es d'accord.

Venise a dit...

Évidemment que je suis d'accord ! J'assume ma responsabilité entièrement là-dedans, toi, tu es cadeau. Je veux justement me faire un petit matériel promotionnel.
Écoutons la leçon "Fred Pellerin", l'écrit ne remplacera jamais l'oral et vice et versa.
Merci Line d'être là. Ça fait du bien.

Venise a dit...

@ Mistral : Marc y travaille depuis 2 heures. Il en fait un défi personnel. Et pour le sel, il en faudrait une vanne avec un chemin de 200 mètres. Cette idée d'avoir de longs chemins comme ça aussi. Mais les chemins sont longs avant d'atteindre le ciel. C'est à voir comme ça ou à voir comme la contrainte de la construction, vision beaucoup plus terrestre ... Et c'est une longue histoire.