mardi 12 janvier 2010

Le Vrac à Venise

Permission accordée : vous pouvez lire un livre en avion !
Lisez ... elle est forte celle-là. On peut soigner un individu de la paranoïa mais pas un pays !

Amis canadiens, vous pourrez finalement vous rendre à Los Angeles un livre à la main. Transport Canada a annoncé que l’interdiction d’amener des livres dans ses bagages à main n’était qu’un simple malentendu. Ainsi, les agents de sécurité des aéroports ne pourront plus refuser les bouquins des voyageurs en direction des États-Unis.
Après la tentative d’attentat du 25 décembre, Transport Canada avait augmenté les mesures de sécurité dans les aéroports. Les autorités avaient notamment dressé une liste restreignant les articles pouvant être mis dans les bagages à main. Une liste incluant ordinateurs portatifs et autres caméras, mais excluant les livres. Aussitôt, des groupes de pression, sur Facebook et ailleurs, avaient critiqué la décision de Transport Canada. Mission accomplie.

(tiré du Libraire)

Je ne le lis pas, je le vis
Avez-vous remarqué le titre que je lis ? Maleficium. À voix haute ! Eh bien, pour la première fois de ma vie, j’ai demandé à Marc de terminer la fin du chapitre en silence, j’étais trop dégoûtée. Je considère que je fais un honneur à Martine Desjardins, en arrivant pas à me raisonner, ça proclame combien c'est bien écrit ! Alors hier, quand j’ai déniché cette entrevue signée Elsa Pépin (collaboratrice spéciale La Presse) avec l'auteure, je me suis dit : mission accomplie !

«J'écris pour la même raison que je lis. Je n'ai pas envie de me retrouver dans la cuisine de ma voisine. J'aime apprendre des choses, m'évader. J'ai une vie très tranquille et l'écriture est pour moi une activité d'imaginaire. J'essaie d'arriver à écrire un livre qui ne pourrait être écrit que par moi.» J'ai un faible pour les bizarreries littéraires. Mon ambition était d'écrire une curiosité littéraire.»

Chantal Guy n’a jamais si bien dit !
"Bref, la personne qui donne un livre se dévoile autant qu'elle croit dévoiler celui ou celle qu'elle gâte. D'où le caractère intime du présent, beaucoup plus intime que ces huiles de bain tellement à la mode dans les échanges de cadeaux. On cherche souvent la neutralité dans ce type d'échange, mais elle est impossible lorsqu'il s'agit d'un livre. On dit forcément quelque chose en offrant des mots, qu'ils soient ou pas les nôtres. C'est là tout le périlleux et la beauté de la chose. C'est aussi le meilleur exemple de la complexité de l'autre, qui devient plus évidente à mesure que l'on vieillit".
L'art de donner un livre - cyberpresse - Chantal Guy

Les « meilleurs vendeurs » d’une librairie à l’autre
Après une petite recherche hier - en passant, peu de librairies indépendantes ont des sites Internet - je m'interroge toujours autant sur ce qui fait la différence entre ces listes.

Pantoute (Québec)
1. Ru, Kim Thuy, Libre expression
2. L’énigme du retour, Dany Laferrière, Boréal
3. La canicule des pauvres, Jean-Simon Desrochers, Herbes Rouges
4. La traversée des sentiments, Michel Tremblay
5. Le monde, le lézard et moi, Gil Courtemanche, Boréal

Gallimard (Montréal)
1. L’énigme du retour, Dany Laferrière, Boréal
2. Le Ciel de Bay City, Catherine Mavrikakis, Boréal
3. Paul à Québec, Michel Rabagliati, La Pastèque
4. Tarmac, Nicolas Dickner, Alto
5. Cœur rouge dans la glace, Robert Lalonde, Boréal

Biblairie GGC (Sherbrooke)
1. L’énigme du retour, Dany Laferrière, Boréal
2. Paradis, clef en main, Nelly Arcan, Coups de tête
3. Le Cocon, Janette Bertrand, Libre expression
4. La traversée des sentiments, Michel Tremblay, Leméac/Acte Sud
5. Faim de la terre, Jean-Jacques Pelletier, Alire

Librairie Vaugeois (Québec)
1. L’énigme du retour, Dany Laferrière, Boréal
2. HKPQ, Michèle Plomer, Marchand de feuilles
3. La traversée des sentiments, Michel Tremblay, Leméac/Actes Sud
4. La faim de la Terre 1, Jean-Jacques Pelletier, Alire
5. Le monde, le lézard et moi, Gil Courtemanche, Boréal
6. Paradis, clef en main, Nelly Arcan, Coups de tête
7. Maleficium, Martine Desjardins, Alto

Je termine par la Librairie Vaugeois, et ce n’est pas un hasard. Ça m’apparait évident que la littérature québécoise y est mise de l’avant. Parce que ce je n’ai pas dit, c’est que chez Gallimard par exemple, le 5ième rang est en fait au 16e rang, si on compte les romans d’ailleurs et autres œuvres non fictives. Je reste convaincue qu’un libraire qui s’implique a un pouvoir sur le choix de lecture de sa clientèle, delà certaines disparités.

Hier, j’ai pris le temps de me pencher sur le blogue de la Librairie Vaugeois (voilà pourquoi ce billet a tardé !) et j’y ai découvert tellement de liens intéressants. C’est une mine d’informations sur la littérature, et qui est fréquemment mise à jour. Bien entendu, je rajoute ce lien à ma liste !

Mon agenda

J'ai un nouvel agenda (coudonc, grosse nouvelle !), et j'y retrouve des citations sur la littérature à chaque semaine, je partage celle de cette semaine :

Les romanciers sont plus à nu dans leurs oeuvres de fiction que dans leur autobiographie.
Madame de Staël

Jolie illustration du titre trouvée ici.

18 commentaires:

helenablue a dit...

Que de richesses dans ce Vrac,

j'adore,

je partage complétement les propos de Chantal Guy, même si je me permet d'y mettre un petit bémol, il est des présents parfumés qui touchent parcequ'ils ont une histoire, un petit roman à eux tout seul, un sens, sinon c'est vrai, quand on offre un livre c'est un peu se soi qu'on offre, hi,hi,c'est pas peu dire, autant le contenu que le contenant d'ailleurs...

Hum, j'ai pas suivi, c'est quoi cette histoire de livre en avion?

Jules a dit...

On se promène dans les mêmes sphères! La semaine dernière lorsque j'ai vu l'article mentionnant la fin des livres dans l'avion, je pensais que c'était fait exprès pour donner un coup de pouce aux livres électroniques!!! :)

J'adore le site de Vaugeois et je n'avais pas pensé le mettre dans mes liens, c'est fait! Je copie.

Pour ce qui est d'offrir des livres, j'ai aussi lu qu'il faut offrir un livre qu'on a pas lu pour ne pas être catalogué dans le cas où le livre serait mauvais... Franchement!!! Cette année dans l'échange à 10$, j'ai offert un CD de Félix Leclerc. Il fallait voir comment chacun a essayé de s'en débarasser... Finalement, celle qui était contente de l'avoir obtenu à la fin du jeu, est celle qui était aussi contente de recevoir un livre comme cadeau d'hôtesse plutôt qu'une bouteille de vin...

Suzanne a dit...

Très intéressant billet comme toujours. Merci Venise.
Euhm moi aussi je copie pour le site de Vaugeois et vais en profiter pour déposer aussi celui de La Recrue et du Pigeonographe.

Venise a dit...

@ helenablue : Je vais bientôt lire ton "un peu de toi" ...

L'histoire sur le livre en avion est la première que je cite. Imagine toi que Transport Canada avait interdit d'apporter un livre dans ses bagages à main. Le portable oui, mais pas un livre !!! Après des pressions de toute part, entre autres via Facebook, ils sont revenus au gros bon sens.

Venise a dit...

Jules : Un livre comme cadeau d'hôtesse, comme c'est charmant ! Toi, tu oses. C'est triste pour le CD de Félix Leclerc. Moi, j'aurais sauté dessus !

Venise a dit...

@ Suzanne : C'est super gentil pour ces trois sites. Ça rend doublement service si on considère combien les liens sont importants. Maxime, le webmestre du Pigeonographe, nous a expliqué que c'est un facteur important pour apparaître dans la ou les premières pages des moteurs de recherche.

De la visibilité pour ces sites, veut dire plus de visibilité pour nos livres et écrivains.

Ginette a dit...

Quand je pense!

Moi je pensais à mes aiguilles à tricoter
qui devraient rester dans la grosse valise.

Pas mon livre!

Ginette a dit...

Oups! La librairie Vaugeois je suis passée d'vant tantôt en allant à la bibliothèque.

Je n'achète plus tellement de livres.
Difficile de s'en défaire.
Surtout quand on avait une bibliothèque dans laquelle il y avait des livres D'Anne Hébert, d'Yves Thériault, de Félix Leclerc d'origine.
C'est ce qu'on appelle "casser maison".

Trader a dit...

La Librairie Pantoute, rue St-Jean, cela me rappelle une autre époque, avant qu'elle devienne LA librairie de référence du Vieux-Québec comme de la région elle-même.

Un employé d'éditeur m'avait dit que, dans la région, c'était alors la librairie qui vendait l'invendable.

Comprendre par "invendable", les livres autres que les best sellers...

J'y suis retourné quelque part l'été dernier. Beaucoup de changements: un style qui n'a plus rien à voir à ses débuts sympahtique.

Les affaires sont les affaires...

Maxime a dit...

Pas de livre en avion!? :-O Roohhhh une chance qu'ils ont changé d'avis, parce que Blue tu ne m'aurais pas revu de sitôt! ^^ Sinon j'adore cette citation de Chantal Guy, merci de partager avec nous. :-)

Venise a dit...

Ginette : Oui, c'est sûr qu'à prime abord, des aiguilles à tricoter nous semblent plus ... euh, agressif ?

:-))

Venise a dit...

Ginette : Moi aussi "oups" ... j'ai oublié de vous répondre pour votre feu bibliothèque. Le moins que l'on puisse dire est que c'est une pratique du détachement. Je n'en suis pas encore là. Chaque chose en son temps.

Venise a dit...

Trader : Vendre l'invendable, c'est à dire ce qui n'est pas des best-sellers. C'est triste quand on y pense. Je veux pas trop bien y penser, je veux continuer à faire mon petit travail de diffusion de romans non best-sellers et à croire que certains libraires le font, sinon, je me découragerais. Et non, je veux pas me décourager :-).

La prochaine fois que tu vas faire un tour, essaie la Librairie Vaugeois ;-)

Venise a dit...

@ Maxime : Lire en avion, ça tient justement l'esprit occupé et les esprits occupés ne pensent pas à faire des attentats (n'importe quoi, mais j'essaye fort !).

Je finis par croire qu'ils pensent tous que l'on se promène avec des briques. Bais oui, ils ont dû confondre, on ne devrait plus appeler les gros romans, des briques, c'est trop confondant pour certaines personnes ;-D

La Librairie Vaugeois a dit...

Un grand merci à toi Venise de nous avoir inclus dans ton billet. Nous t'en sommes très reconnaissantes!

Venise a dit...

@ Librairie Vaugeois : Moi, ce qui me fait plaisir est qu'il n'a pas été nécessaire que je le porte à votre attention, vous l'avez découvert ! (ça sous-entend qu'il vous arrive de me lire :-)

Et ce qui me fait bien plaisir aussi, ce sont les commentaires de personnes qui lisaient déjà votre blogue ou qui vont rajouter le lien à leur liste. Ça, c'est chouette aussi.

mhv a dit...

Bonjour Venise,

Je t'envoie le lien vers les meilleures ventes recueillies par l'Association des libraires du Québec. Puisque que l'Association doit recevoir et calculer les données de plusieurs librairies, cette liste arrive toujours plus tard.
http://www.alq.qc.ca/meilleures_ventes/index.php?annee=2009&mois=12

Venise a dit...

Merci MHV ! Je viens d'aller la scruter avec ma loupe !

Je vais la suivre maintenant. Faut croire que j'aime ce genre de sondage.