jeudi 18 mars 2010

Et quand le vrac te traque

Parle-moi de ça !
Vous savez peut-être déjà que Nikolski a remporté l’équivalent du Combat des livres au Canada anglais, Canada Reads 2010 ? Je vous le dis quand même. Il y a de quoi être fier de Michel Vézina qui l’a défendu. Ses arguments ont porté, c’est un excellent débatteur. Pour répliquer aux autres débatteurs qui rechignaient sur la complexité du roman, il a pris l’exemple de l’album de photos de famille où lorsque l’on découvre les membres, on n’a pas nécessairement besoin de les voir en ordre pour saisir l’histoire.

C’est le troisième titre québécois qui gagne depuis le début de Canada Reads, et la fierté vient de cette première pour un roman récent. Peu de nos romans récents seraient traduits. Les répercussions sur les ventes seraient, d’après la maison d’édition anglaise, très importantes. Nicolas Dickner, prudent, attend avant de s’emballer. En tout cas, c’est certainement de l’ordre de la bonne nouvelle !

J’ai réécouté cette entrevue avec Nicolas Dickner, le traducteur, Lazer Lederhendler et Michel Vézina ne serait-ce que pour réentendre ce dernier (j’ai bonifié sa déclaration) :
« Les mots les plus importants sont ceux que le romancier retire. Le lecteur est une personne qui a la capacité d’imaginer ce qui n’est pas écrit. La force d’un romancier est cette faculté de créer des images dans l’esprit du lecteur, images qui font qu’il s’approprie de l’histoire ».
Quelque chose d’inattendu
Je vous ai glissé quelques mots sur la chance que j’ai eu de dénicher sur Amazon un exemplaire du documentaire sur Gabrielle Roy de Léa Pool. On m’assurait qu’il ne se trouvait plus nulle part. C’est la première fois que j’achète via Amazon et j’ai eu la surprise de constater que des particuliers passent par cette plateforme pour vendre de leurs copies neuves, cette fois à 11.99 $. Ne me demandez pas pourquoi ils ont des copies neuves ... mystère. J’ai donc reçu un paquet à la maison, pas identifié par Amazon, adressé à Marsi. On en était à croire qu’il avait une fan à Ste-Anne-de-Bellevue ! Quand Marsi y a découvert le DVD et me l’a remis (un peu déçu !), j'y ai déniché une lettre intitulée « Quelque chose d’inattendu » et deux suçons rouges en forme de cœur. Vous avouerez que pour une première expérience via Amazone, c’est vraiment inattendu ! Je n’ai pas encore visionné le documentaire mais j’ai hâte.

Venise et Marsi traqués par le trac
Si ça vous tente d’entendre parler de notre expérience interview de Venise à Marsi devant 78 élèves (garçons seulement) du secondaire 2 et 3 du Collège Mont Ste-Anne à Sherbrooke mardi, la Babillarde sur Le pigeonographe en dit plus long que court.

En passant et en finissant, demain, je mets en ligne une entrevue avec une écrivaine qui publie et vend beaucoup de romans historiques.

7 commentaires:

ClaudeL a dit...

Ouais! Il y en a qui ont le tour de garder leurs lecteurs! Faut-il supposer? Un choix de réponses avec ça?

Micheline Lachance
Pauline Gill
Nicole Fyfe-Martel
Nadine grelet
aucune de ces réponses

Venise a dit...

ClaudeL : HA HA ! Comme ça, tu es sûre de l'avoir parmi tes réponses. Belle astuce !

Trader a dit...

Bien content pour Dickner. D'autant plus qu'il était défendu par un bon critique, Michel Vézina.

Ce qui m'étonne, c'est que les contradicteurs disaient de son roman qu'il était compliqué! Je pense que c'est le concept même de ce genre de débat - où les uns et les autres doivent s'en tenir à une attitude d'opposition pour "vendre" un livre - qui en est responsable. C'est pourquoi je ne suis pas très attiré par cette formule, autant en anglais qu'en français (encore moins en français pour des raisons personnelles...).

Nikoslki est facile à lire, quand bien même il y a quelques niveaux. À certains égards, si je me rappelle encore un peu la lecture, c'est un exercice de style que Dickner s'était imposé. Ce n'est pas nécessairement mon genre de lecture de prédilection, mais dans son genre, Nikolski est un excellent roman.

ClaudeL a dit...

Je n'en ai nommé que quatre, il y en a plus. Il faudrait que je trouve celle (puisque mes quatre sont des femmes)qui a publié dernièrement pour crier bingo. Je dirais Micheline Lachance, mais je pense Nadine Grelet, sans trop savoir pourquoi.

Venise a dit...

Tu as raison, Trader, ils ont dit qu'il était compliqué pour y trouver un défaut bien sûr. Un combat sans descendre l'autre est ce qu'il y a de plus difficile pour l'être humain. Le combat des livres d'ici s'y sont essayé fort l'an passé, et oups, c'était dur, quasiment pas réalisable. Celui de cette année commence lundi, je vais le suivre, mais disons que l'année passée c'était très stimulant, j'en avais lu 4 sur 5 et cette année, aucun ! Imagine-toi qu'ils vont être obligés de descendre L'énigme du retour !!

Venise a dit...

... Énigme du retour que j'ai (même dédicacé) mais pas encore lu.

Venise a dit...

ClaudeL : Tu vas être surprise ! Ça s'en vient, je vais faire les liens vers les oeuvres de l'auteure et puis hop !