lundi 19 novembre 2007

Pour téméraires seulement - Faire bon usage


Pour téméraires seulement

Je vous avertis ce concours "Le dernier mot" de la Radio de Radio-Canada est pour ceux et celles qui n'ont pas froid aux yeux et ont la gorge chaude (je sais, je déroge au sens premier, je m'amuse !). C'est dans le cadre de l'émission "Vous m'en lirez tant" avec Raymond Cloutier. Généreusement, je vous transmets l'invitation et je me suis permise de rajouter mon fion en italique :

Le dernier mot est un jeu radiophonique qui s’adresse à des candidats téméraires qui souhaitent écrire dans un des genres suivants : humour (monologue ou sketch), publicité, paroles de chanson de type rap, script télé ou cinéma. Timides et mauvais joueurs, s’abstenir ! Le jeu se déroule en ondes, face à un jury de trois personnalités reconnues pour leur verve*. Les candidats doivent relever différents défis d’écriture, le tout sous la pression et… sous l’oreille attentive des auditeurs d’un bout à l’autre du pays! (tout pour mettre à l'aise !)

Cinq (5) finalistes devront montrer de quoi ils sont capables, à la radio, devant un jury formé de personnalités du milieu culturel qui auront la lourde tâche (je ne suis pas sûr que c'est eux qui auront la tâche la plus lourde !) de les départager. Pour cela, ils leur lanceront successivement plusieurs défis d’écriture, à relever en temps limité. Chaque défi se soldera par l’élimination d’un ou de plusieurs candidats.

*Michel Vézina, Pascale Montpetit, Yves Desgagnés (un jury assez dégourdi hein ?)


Est-ce que ça vous tente ? Ça fait un peu casse-gueule, non ? J'ai hâte de voir s'il va y avoir plusieurs candidatures. En tout cas, ils auront la mienne, non pas que je sois si téméraire que ça mais je me suis dit, tiens je vais y participer pour vérifier le principe de la loi inversée, il s'agit que tu ne veuilles pas vraiment gagner pour que ... tu gagnes !


Faire bon usage


Je ne suis pas certaine que je me sentirais complètement à l'aise dans ces soupers de famille ... vous allez comprendre. Cependant, lisez jusqu'au bout, la fin est très jolie, pour ne pas dire "cute".

Le bon usage est la référence grammaticale en français. Pour la première fois depuis 1993, une révision complète est apportée à l'imposant outil. Celui qui a supervisé cette refonte, le Belge André Goosse, présente quelques-uns des changements qu'on trouve dans cette nouvelle édition.

Selon le premier conseiller linguistique à Radio-Canada, Guy Bertrand, Le bon usage est la bible des gens qui travaillent avec le français et de ceux qui en sont amoureux, point à la ligne.
À 81 ans, André Goosse préside le Conseil international de la langue française. Il est aussi le gendre de Maurice Grevisse, le célèbre grammairien belge.

« Sa fille était dans la même classe que moi à l'université de Louvain. J'étais passionné par le français et j'avais quelques interrogations. Je lui ai demandé de transmettre ma question à son père, ce qu'elle a fait. J'ai ensuite élargi mes sujets de conversation avec elle et je l'ai épousé. »

C'est ce que l'on appelle faire vraiment bon usage de ses relations.

Aucun commentaire: