vendredi 11 janvier 2008

L'auteure de "Les Accoucheuses" me répond !

Bonjour Anne-Marie Sicotte, la reine-mère de Léonie et Flavie qui sont devenues mes amies. Elles m'appartiennent à moi aussi maintenant. Leur sort me tient à coeur. J'alimente un blogue littéraire québécois "Le Passe-Mot de Venise" et que j'ai parlé avec enthousiasme des Accoucheuses, tome I et II. Une personne, Danaée, dont le roman va bientôt être publié à Septentrion m'a laissé le commentaire suivant :
Venise, tu es vraiment LA lectrice que tout auteur cherche à séduire! Quel bel enthousiasme! On sent que l'histoire et surtout ce personnage fort de Flavie t'a vraiment interpelée. Je suis certaine qu'Anne-Marie Sicotte serait heureuse de lire ton billet d'aujourd'hui! (Danaée)


La suite est remplie de l'aide de mon cher mari qui trouve tout sur l'Internet. Il y a déniché cette très intéressante entrevue (que je vais m'empresser de faire paraître sur Le Passe-Mot), ainsi que l'adresse de votre courriel, afin que je vous mette dans le coup. Je ne sais pas si vous le réalisez, mais à l'heure actuelle, les très nombreux blogues littéraires jouent un rôle important pour la littérature et particulièrement notre littérature. Pour prendre mon exemple, mais je pourrais en prendre tant d'autres, depuis que je parle de votre saga, plusieurs personnes ont pris la ferme résolution de les acheter et les lire. Et moi de même, je prends souvent mes sources d'inspiration des autres bloggeuses. Je dis bien "bloggeuses", car la réalité des blogues littéraires fait remporter haut la main les femmes. On y retrouve peu d'hommes ... malheureusement !
Je vous invite dans mon blogue, www.passemot.blogspot.com vous y trouverez rapidement le dernier billet sur "La révolte".
Venise
L'amie de vos personnages
Réponse de Anne-Marie Sicotte reçue dans ma boîte courriel cet après-midi :
Bonjour Venise, que je remercie chaleureusement pour l'enthousiasme tellement palpable qu'il irradiait à travers l'écran! J'ai pris soin de lire votre billet sur votre blogue et je tiens à vous dire que si tous les critiques étaient aussi soigneux que vous, cet art s'en porterait cent fois mieux! Ce n'est pas parce que vous m'encensez que je réagis ainsi, mais parce que vous prenez le temps de détailler les sources de votre jugement, y compris les sources intimes qui sont parfois si importantes pour colorer notre opnion. Que l'on aime et surtout que l'on aime pas, il est vital (et instructif) pour l'auteur et pour la santé de l'art de la critique d'expliquer avec précision ses motivations. Il faut en faire un exercice positif et non destructeur. Il faut dire que j'ai été échaudée hier seulement, en visitant le site de Québec Loisirs où une première critique d'une lectrice est affichée pour le tome 2. C'est une critique assassine, comme on dit, et horripilante par sa brièveté. Chacun a droit à son opinion, mais qu'elle soit étayée!
Je n'ai malheureusement pas le temps de consulter les blogues littéraires, mais je suis ravie de savoir leur rôle pour la diffusion des nouvelles du monde littéraire et comme forum de discussion sur les oeuvres valables. Entre mes trois enfants, mes recherches, mes lectures, mon écriture, mon chum et un nécessaire besoin de distraction et de mouvement, je ne suis pas tellement capable de prolonger mon temps devant l'ordinateur. Puis-je vous faire une suggestion? Proposer une chronique à l'Unique, le journal de lUNEQ, à ce sujet. Peut-être que je suis la seule écrivaine ignorante, mais peut-être pas... Vous pourriez peut-être, également, faire des suggestions à l'effet que ces sites deviennent des moyens de communications entre auteures et lectrices. Moi même, je serais ravie de jaser par votre blogue interposé, en autant que ça ne me prenne pas trop de temps.
Votre analyse pénétrante sur les deux premiers tomes de la trilogie me fait chaud au coeur. Vous avez bien compris mon rythme qui, comme vous dites, a le défaut de sa qualité. Sans doute que je pourrai encore m'améliorer, éviter certaines redondances (qui en sont pour certains mais pas pour d'autres), mais il est certain que je préfère, et de loin, installer un monde avant que d'y garrocher mes lectrices. Le meilleur moyen de faire passer un message historique, c'est de faire vivre une réalité par personnages interposés. (Malheureusement, le ministère de l'Éducation ne l'a pas encore compris et l'enseignement de l'histoire à l'école est bancal.) J'ignorais que mes personnages, et surtout Flavie, toucheraient à ce point. En effet, si Flavie est une création de mon imaginaire, mais en fait, elle est vivante; je ne sais pas comment, mais j'ai réussi à lui insuffler la vie. Elle est devenue une créature autonome, qui me dicte son destin autant que je le lui impose.
Vous semblez croire qu'une femme comme Flavie au 19e siècle est un anachronisme: je suis convaincue du contraire. Bien sûr, j'ai imaginé cette révolte précise; mais je suis persuadée que de telles révoltes étaient monnaie courante. Toutes celles qui n'avaient pas intériorisé le discours dominant (comme Flavie), toutes celles qui sentaient la vie courir dans leurs veines, elles ont eu un moment de révolte. Une minute, une heure ou des années... mais cette révolte a existé. Elle s'est exprimée de toutes sortes de manières, même en destruction contre soi, tandis que Flavie, sage-femme, d'un milieu libéral et instruit, l'a exprimée ainsi. Tout le monde n'est pas contre elle: elle a sa mère, son beau-père, sa Marguerite, son Joseph, et même son père et son mari dans une certaine mesure. Elle a Françoise et Marie-Claire, ainsi que ces quelques féministes du temps dont elle a des échos.
Quand vous en aurez envie, j'aimerais que vous me donniez des exemples de quelques tournures de phrases, d'effets de style qui vous ont agacée.
Sur ce, je vous souhaite bonne continuation et je vous remercie encore pour vos phrases d'encouragement.
Au plaisir
Anne-Marie Sicotte
(Vous pouvez utiliser tout ce que vous voulez de ce courriel dans votre blogue, si vous le souhaitez.)

5 commentaires:

JULES a dit...

Ma chère Venise, je suis émue pour toi... C'est une belle récompense pour toi qui met tant d'efforts(et ton âme!) dans tes billets! Tu es convaincante, je vais le lire!!! :o)

Carole a dit...

Cela fait plaisir de recevoir un courriel d'auteur, c'est une récompense personnelle que nous recevons. Merci de le partager avec nous Venise.

Lucie a dit...

Touchant, senti, articulé, plein d'une présence palpable, ce mot d'auteur. Une agréable façon d'amorcer une journée... Après l'avoir lu, je me sens moralement obligée de me plonger dans un livre dès que possible!
Merci pour ton enthousiasme contagieux!

Danaée a dit...

Tu avais bien raison! Ce billet m'a ravie! Pour toi d'abord, mais aussi pour cette opinion de l'auteur elle-même sur son oeuvre. Quant à sa proposition d'approcher l'UNEQ pour y publier un article, cela me semble très pertinent.

Merci encore, chère Venise, pour ton incomparable enthousiasme... qui est, ma foi, fort contagieux!

Anonyme a dit...

awesome blog, do you have twitter or facebook? i will bookmark this page thanks. jasmin holzbauer